Economie

Identification

9 mars 2017

Les femmes ont-elles (...)
Les femmes ont-elles un cerveau ?
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

Avez-vous vu à la télé ce "brave" député qui est intervenu la semaine dernière devant le Parlement européen pour donner sa vision de la place des femmes dans notre société ? Non ? Alors vous avez manqué un grand moment... Bien que polonais, il paraissait à jeun, et ses propos n’en ont que plus d’intérêt.

Cet individu a demandé sans rire à ses collègues s’ils savaient combien de femmes figurent dans le classement mondial des cent premiers joueurs d’échecs.
Silence dans les rangs de députés.
"Zéro" a t-il alors affirmé, triomphant.
Pour lui, aucun doute, c’est l’évidence de l’infériorité intellectuelle de la gent féminine. En passant, rappelons-lui que l’ordinateur bat désormais les meilleurs joueurs homo-sapiens, quel que soit leur sexe...
Il a ensuite poussé son "raisonnement" plus loin en déclarant que les dames sont physiquement moins développées que les hommes. Ce qui, il faut le reconnaître, est exact : elles sont plus petites et mesurent en moyenne en France 1,76 mètre contre 1,79 mètre pour les messieurs. Moins fortes aussi, puisque la championne d’haltérophilie chinoise Kim Un-ju n’est capable de soulever en "épaulé-jeté "que" 164 kilos de fonte contre 214 kilos pour le Kahzakh Rahimov.
Si notre député veut une "preuve" supplémentaire de la faiblesse physique féminine, il peut disputer un match de tennis contre Serena Williams. À moins qu’il ne préfère se mesurer à la boxeuse championne
olympique Estelle Mossely...
La conclusion toute "scientifique" de cet eurodéputé tombe alors avec l’autorité de la chose jugée : "il est normal que les femmes soient moins payées". CQFD !
Elles seraient donc moins intelligentes, moins capables ? Mais bien sûr, et les exemples dans l’histoire sont nombreux : Marie Curie, Indira Gandhi, mère Teresa, Simone Veil, Maggie Thatcher et beaucoup d’autres ont démontré toute leur vie une faiblesse coupable, doublée d’une regrettable absence d’intelligence et d’un évident manque de volonté !
À cette courte liste, on pourrait ajouter les noms de Virginia Rometty, PDG d’IBM ; d’Indra Nooyi, PDG de Pepsi ; de Meg Whitman, ancienne PDG de eBay et actuelle présidente de Hewlett Packard ; de Mary Barra, DG de General Motors, et de tant d’autres femmes qui dirigent avec leurs cerveaux atrophiés de toutes petites entreprises ne faisant vivre - chacune - que quelques centaines de milliers de familles de part le monde. Notre député polonais me fait penser à Lino Ventura dans les Tontons flingueurs, qui affirmait qu’un "c.. ça ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnait". Ce dérapage est là pour rappeler que dans notre démocratie rien n’est jamais acquis, et que les causes, même les plus évidentes, doivent toujours être défendues contre des forces obscures.

deconnecte