Finance

Identification

17 juillet 2017

Congrès Régional des (...)
Congrès Régional des Experts-comptables de PACA : s'adapter à la (r)évolution numérique
Pierre BROUARD
Les Petites Affiches

La transition (ou révolution ?) numérique était le thème central du 5e Congrès Régional des professionnels du Chiffre, de l’Audit et du Conseil PACA, qui s’est déroulé au palais des Congrès de Juan-les-Pins sous la direction de Lionel Canesi, président du Conseil Régional des experts-comptables PACA.

Les participants ont pu assister à un JT du numérique, à des pitchs de startups, des témoignages de chefs d’entreprise ayant réussi dans l’univers du numérique, des conférenciers spécialisés et des ateliers de formation homologués.
Charles-René Tandé, président national de l’Ordre des experts-comptables a expliqué que "l’expert comptable doit être au service de l’économie. Comme l’a dit Emmanuel Macron, il dépend du ministère de l’économie et non du budget".
Le président s’est aussi dit "surpris du nombre de cabinets pas encore passés à la numérisation. Il y a 20 000 experts-comptables à faire passer sur le numérique, ce n’est pas une mince affaire. Nous devons nous adapter en permanence".
Le vice-président Jean Saphores est intervenu pour souligner que l’expert-comptable devait se rendre incontournable et devait être un intermédiaire. "La profession a un atout incroyable : la proximité. Nous avons un capital à faire fructifier. Car tout cela ne se fera pas sans l’humain".
On laissera le dernier mot à un jeune expert-comptable, Jérémie Lacombe, qui voit l’avenir dans "la création de maisons du chiffre grâce au numérique avec des experts-comptables, des notaires et autres. C’est une question de survie pour nos cabinets".
La salle des congrès de Juan-les-Pins était bien remplie et très attentive à des discours et débats passionnants.

Lionel Canesi : "Se projeter dans cinq ans"

" Sommes-nous prêts à relever le défi technologique ?
Avons-nous intégré les nouvelles attentes de nos clients, maîtrisons-nous la culture startup, nos formations, initiales ou continues, sont-elles adaptées à la nouvelle donne numérique ?
Nous devons nous projeter dans cinq ans pour que chacun d’entre-vous se prépare à cette transition numérique. L’enjeu principal, c’est la relation avec le client.
Nous devons transformer cette relation et nous demander comment rendre les informations à nos clients. Que veut le client ? Qu’est-ce qu’on peut lui apporter pour prendre le virage numérique ? Pour répondre à ces questions, nous devons aussi avoir une politique de formation et accompagner les startupers qui doivent contracter le virus expert-comptable
"

Numérique : ce qu’ils en pensent

Charles-René Tandé, président du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables
"Pour faire face à la reconfiguration des régions, à la mandature raccourcie, à la transition numérique, comment s’adapter ? La spécialisation de
l’expert-comptable est une réponse au marché. L’expert-comptable doit élargir la mission de base vers le full service, le conseil courant (congrès à Lille en septembre) et une mission à plus forte valeur ajoutée : le marché du conseil. En France, c’est 80 milliards d’euros. Les experts-comptables pourraient en récupérer 5 milliards
".

Jean Saphores, vice-président du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-
comptables

"Doit-on appeler cela révolution ou transition numérique ? Dans les années 1997-98, nous avons anticipé la dématérialisation, nous avons créé nos normes. En 2000, j’ai créé "jedeclare.com". Il fallait anticiper : en 2015, 100% du fiscal était numérique. Nous avons un autre partenaire qui fait sa transition numérique, c’est l’administration fiscale. Tout va très vite. On retrouve cela dans tous les métiers du tertiaire. Nous devons rendre les experts-comptables incontournables".

Des startupers proposent leurs services
Quatre startupers de quatre domaines différents ont témoigné de leurs relations avec les experts-comptables : "Un peu de réticence de leur part" pour une jeune chef d’entreprise comptable. Un second startuper propose la gestion des mails, partage du savoir-faire, protection des données, un troisième l’analyse de données. Le quatrième étant un expert-comptable qui a anticipé "l’automatisation de la comptabilité dès 1986".

Photos (PBrouard)

deconnecte