Economie

Identification

30 juin 2015

5ème rencontre de la (...)
5ème rencontre de la mer : La mobilisation se poursuit pour une Méditerranée saine
Service Rédaction
Les Petites Affiches

Acteurs essentiels de la mise en oeuvre des directives cadres européennes Eau et Stratégie pour le Milieu Marin, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et la Direction interrégionale de la mer Méditerranée présentent le 1er juillet 2015 à Montpellier les derniers travaux engagés en faveur de la Méditerranée : une nouvelle version de Donia, l’application qui guide les mouillages en mer, la réalisation de la première carte bioacoustique des eaux côtières, le suivi des algues brunes filamenteuses qui envahissent les fonds marins et l’édition d’un premier guide sur la restauration des nurseries des petits fonds côtiers montrent une avancée significative dans la mobilisation de moyens techniques, humains et financiers.

Mercredi 1er juillet 2015 à Montpellier Sur le thème : « Qualité des eaux marines de Méditerranée »

Une nouvelle version de l’application DONIA

La nouvelle version de l’application DONIA d’assistance au mouillage écologique sera disponible cet été. Entièrement relookée pour la rendre plus agréable et plus ergonomique, elle contient désormais un dispositif d’observations citoyennes qui permettra de partager, entre utilisateurs de l’application, des informations sur la qualité de l’eau, les pollutions ou des événements comme par exemple un incident de mer ou la présence de macrodéchets.

Du son pour écouter les poissons : le monde du silence ne l’est pas !

Les chercheurs de l’université de Grenoble et la chair Chorus déploient un nouveau dispositif de surveillance de l’état de santé de la Méditerranée. Ce réseau baptisé CALME (cartographie acoustique du littoral méditerranée) utilise des méthodes innovantes pour caractériser la faune et la flore et les activités maritimes qui les altèrent.
45 points d’observations sont en cours d’installation. Ils vont permettre d’ici quelques mois d’élaborer la première carte bioacoustique des eaux côtières méditerranéennes.

Suivre l’inquiétant épisode des algues brunes filamenteuses : une conséquence du changement climatique

Les réseaux de surveillance de la Méditerranée ont signalé la présence importante et anormale d’algues brunes filamenteuses sur les fonds côtiers. Pour suivre l’évolution de ce phénomène qui inquiète les usagers de la mer et la communauté scientifique, Andromède Océanologie a positionné 30 thermomètres dans les secteurs les plus atteints afin de mesurer l’évolution de la température des eaux. Des plongeurs surveillent par ailleurs l’impact de ces mucilages sur la faune et la flore.

Les travaux sur la restauration écologique des petits fonds côtiers se poursuivent et s’intensifient avec les premiers travaux dans les zones portuaires.

Les résultats obtenus sur 16 chantiers – études, projets pilotes et travaux – engagés en 2014 confirment la possibilité d’agir pour restaurer les fonctions nurseries des petits fonds côtiers.

Pour accompagner cette nouvelle politique et encourager les collectivités à mettre en oeuvre ces solutions, le premier guide technique sur « la restauration écologique des nurseries des petits fonds côtiers de Méditerranée » vient d’être édité par le CNRS. Ce travail est le fruit d’une collaboration active entre des partenaires institutionnels comme l’agence de l’eau et le conseil départemental du Var, les chercheurs et des sociétés spécialisées comme la société Ecocéan.

118 millions d’euros pour la mer en 2014

L’agence de l’eau a investi 118 M€ en 2014 en faveur de la Méditerranée pour soutenir 1 400 opérations de lutte contre la pollution domestique, la pollution industrielle, la pollution agricole, de restauration écologique des zones humides et de la zone côtière, de connaissance du milieu marin, d’observatoires et de réseaux de surveillance, d’information et de sensibilisation ou encore de coopération internationale.
Parmi la totalité des aides accordées, 87 M€ ont été alloués aux opérations de lutte contre la pollution, 20,5 M€ à la restauration écologique des eaux côtières et des zones humides littorales, 3,3 M€ pour la surveillance des eaux côtières et 2,1 M€ aux études.
En 2015, la priorité porte sur la gestion des eaux pluviales qui polluent les plages les jours d’orage.
La préservation de la Méditerranée s’inscrit pleinement dans l’application des directives européennes dont la directive cadre eau, la directive baignade et la directive cadre stratégie pour le milieu marin.

Une avancée significative dans la mise en oeuvre de la directive cadre stratégie pour le milieu marin

Le programme de surveillance, quatrième élément du plan d’action pour le milieu marin (PAMM) de Méditerranée occidentale, vient d’être approuvé par arrêté inter-préfectoral du préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et du préfet maritime de la Méditerranée.
Elaboré en association avec les parties prenantes et en prenant en compte les consultations des organismes et du public prévues par les textes, il a pour objet de décrire l’ensemble des dispositifs permettant l’évaluation permanente du milieu marin pour répondre aux enjeux fixés par la directive. Il permettra ainsi d’évaluer l’atteinte du bon état écologique. Il servira également à évaluer l’efficacité des mesures mises en oeuvre dans le cadre du programme de mesures.
Ce programme de mesures, cinquième et dernier élément du PAMM, comporte l’ensemble des actions concrètes et opérationnelles, en vue d’atteindre ou de maintenir le bon état écologique des eaux marines à l’horizon 2020. Encore au stade de projet (une consultation du public et des instances s’est achevée le 18 juin dernier), il sera validé en fin d’année.

DIRM – AGENCE DE L’EAU - 5ème rencontre de la mer Montpellier le 1er juillet 2015 Hôtel Mercure centre Comédie, 6 rue Spirale, 34 000 Montpellier ordre du jour

Matinée (10h00 – 13h00) : politique mer agence de l’eau / DIRM

9h30 : accueil des participants
10h00 : Introduction
10h15 : point d’informations DIRM
- Etat d’avancement de la DCSMM (surveillance, programme de mesures, consultation du public)
- Les enjeux de la planification de l’espace maritime et de la gestion des usages à l’échelle de la façade : travaux en cours ou à venir

11h00 : point d’information agence de l’eau
- Bilan des aides de l’agence en 2014
- Etat des eaux lagunaires
- Points d’informations sur les travaux (restauration écologique, campagne de surveillance 2015, changement climatique, carte de perte de biodiversité marine)

12h00 : points locaux
- Opération « vert demain » du syndicat SIEL
- Présentation du programme de coopération scientifique MARBEC (Ifremer)
- Suivis des interactions et gestions des usages dans les aires marines protégées, exemple de la côte agathoise (ville d’Agde)

Après-midi (14h30 – 17h00) : Atelier scientifique « mer et lagune »

- Introduction (Agence de l’eau)
- Comment appréhender l’état écologique des peuplements de poissons en milieu lagunaire ? (Ifremer)
- Connectivité des milieux, de la lagune à la mer : les poissons (CNRS) et le lien hydrologie (Ifremer)
- Conclusion (Agence de l’eau) : restauration, site atelier lagune, journée spécifique 2016

A propos de la Direction interrégionale de la mer Méditerranée
La direction interrégionale de la mer (DIRM) est un service de l’Etat en charge de la conduite des politiques de l’État en matière de développement durable de la mer, de gestion des ressources, de régulation des activités maritimes et de renforcement de la sécurité en mer. Elle assure, sur l’ensemble de la façade méditerranéenne française, la promotion d’une gestion intégrée de la mer et du littoral sous l’autorité des préfets coordonnateurs compétents. La DIRM comprend de nombreux services spécialisés, assurant un maillage fin des 1800 km du littoral méditerranéen.

A propos de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse - www.eaurmc.fr - @SauvonsLeau
L’agence de l’eau est un établissement public de l’Etat dédié à la protection de l’eau et garant de l’intérêt général.
Elle perçoit l’impôt sur l’eau payé par tous les usagers : ménages, collectivités, industriels, agriculteurs… Chaque euro collecté est réinvesti auprès des collectivités, industriels, agriculteurs et associations pour mettre aux normes les stations d’épuration, renouveler les réseaux d’eau potable, économiser l’eau, protéger les captages d’eau potable des pollutions par les pesticides et les nitrates, restaurer le fonctionnement naturel des rivières. L’agence de l’eau emploie 380 personnes et dispose d’un budget annuel d’environ 500 millions d’euros.

deconnecte