Economie

Identification

1er août 2019

Charte croisière au (...)
profil
Proposé par Valérie Noriega
Les Petites Affiches

La Mairie de Cannes et la CCI Nice Côte d’Azur ont élaboré en juillet une charte engageant les croisiéristes dans une démarche inédite de protection de l’environnement.

La rade de Cannes accueille chaque année de nombreux paquebots de croisière.
Pour préserver la destination, protéger l’environnement et valoriser la baie de Cannes, la Mairie de Cannes et la CCI Nice Côte d’Azur innovent et inscrivent les opérateurs de croisière dans un cercle écologique vertueux grâce à la mise en œuvre de mesures environnementales fortes.
Par la signature d’une charte, les compagnies de croisière s’engagent auprès de la Mairie de Cannes et de la CCI Nice Côte d’Azur pour des escales très respectueuses de l’environnement, au-delà des réglementations nationale et internationale.

JPEG - 217.2 ko
Les signataires de la charte jeudi 25 juillet. Gauche à droite : James S.Mitchell (Norwegian Cruise), David Lisnard et Jean-Pierre Savarino © Mairie de Cannes

La protection de l’environnement est un enjeu majeur pour Cannes. La Mairie prévoit donc dès le 1er janvier 2020, d’imposer les normes de cette "charte croisière" à la totalité des navires mouillant en baie de Cannes, sous peine de se voir interdire de débarquer leurs passagers à Cannes. "Il ne s’agit pas d’être contre les croisières mais contre la pollution en favorisant les embarcations respectueuses de la qualité de l’air, de l’eau de mer et des fonds marins." explique David Lisnard, maire de Cannes

4 engagements forts pour protéger l’environnement

Norwegian Cruise Line Holdings Ltd. a été la première compagnie à signer cette Charte le 25 juillet. Silversea Cruises s’est à son tour engagée début août Ce 8 août Crystal Cruises est le troisième croisiériste à signer cette charte qui représente un grand pas en avant en matière d’écologie. Les trois compagnies de croisière opérant en baie de Cannes s’engagent ainsi à :

- Réduire leurs émissions polluantes dans l’air (notamment en utilisant un carburant à 0,1% de soufre dès l’entrée de la zone de pilotage obligatoire et pendant toute la durée de l’escale au mouillage)
- Réduire la pollution en mer (Zéro rejet d’eaux usées traitées ou non en zone de pilotage et de mouillage, etc.)
- Protéger la biodiversité (Contourner par exemple les
herbiers de posidonies lors des manœuvres et ancrages, etc.)
- Mettre en œuvre une démarche environnementale globalisée (Favoriser les démarches en faveur de l’environnement auprès des agents réceptifs et des autocaristes...).

Une initiative à généraliser

Cette charte environnementale sera revue et actualisée chaque année. Elle est appliquée à la fois de façon incitative et rigoureuse par la mise en place d’un bonus financier pour les compagnies participantes, et en contrepartie un contrôle strict du respect des engagements (effectué indifféremment par l’autorité portuaire, le port de Cannes et/ou le pilote).
"Nous envisageons la signature à la rentrée de la charte avec MSC Croisières, qui par ailleurs applique déjà les dispositifs environnementaux prévus. Avec ces trois compagnies, qui cumulent plus de 70% des escales et des passagers à Cannes, nous sommes en passe de gagner notre pari de n’accueillir en 2020 que des embarcations respectueuses de l’environnement, sans avoir à mettre sa menace à exécution de refuser le débarquement des passagers des navires non respectueux." conclut David Lisnard.

Quelques chiffres

L’économie croisiériste à Cannes en chiffres
- 4e port français derrière Marseille, Ajaccio et le Havre ;
- 356 756 passagers en 2018 en escale, 15 400 en tête de ligne (418 000 passagers prévus en 2019) ;
- 146 escales (166 escales prévues en 2019) ;
- Norwegian est la première compagnie en nombre d’escales à Cannes avec 34 escales et 157 424 passagers prévus en 2019
- MSC et Norwegian réalisent à elles-seules deux tiers du chiffre d’affaires (68 escales avec les plus gros paquebots)
- Dépense moyenne par passager : 34,5 € en escale ; 134 € en tête de ligne ;
- Impact économique : les retombées annuelles totales de la Croisière pour le bassin Cannois représente 56,5 M€ (impact économique direct, impact indirect et 25 M€ environ + impact induit)
- Redevance portuaire : 1,75M€ ;
- La durée moyenne d’une escale à Cannes est de 10h ;
- Durée moyenne à terre 4,5h ;
- 68% des croisiéristes en escale sur la Côte d’Azur prévoient de revenir sur la Côte d’Azur dans les 3 ans ;
- 93 % des croisiéristes participent à une activité touristique.
(Données étude CCI 2018 avec BVA bureau d’étude et de conseil).

Photo de Une : illustration DR

deconnecte