Déconfinement : ce qui

Déconfinement : ce qui nous attend pour les Alpes-Maritimes

Le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez et les principaux chefs des services de l’Etat ont tenu ce vendredi après-midi (8 mai) une audioconférence avec les représentants de la presse pour faire le point sur les dernières décisions concernant le déconfinement.

La santé

Romain Alexandre, représentant de l’ARS : «  19 patients sont hospitalisés actuellement (vendredi) en réanimation dans les Alpes-Maritimes, c’est un nombre faible qui confirme la trajectoire à la baisse depuis 15 jours. Le dépistage de toutes les personnes présentant des signes du Covid-19 sera effectué et les cas contacts seront invités à s’isoler. Les généralistes sont mobilisés en premier niveau, puis les brigades de l’Assurance maladie avec 70 personnes qui feront des enquêtes investigation. Le suivi des contacts est essentiel pour casser les chaînes de contamination. Il y aura 30 sites de prélèvement PCR dans les Alpes-Maritimes ».
Concernant le cas spécifique de Mougins, où de nombreux pensionnaires sont décédés dans un EHPAD du groupe Korian, l’ARS a confirmé la tenue d’une inspection ouverte le 6 avril.

Le retour à l’école


Inspecteur Académie. : « Chaque situation d’école a été étudiée par les inspecteurs. Le protocole sanitaire s’impose dans toute sa rigueur. Je souligne la qualité du dialogue avec les maires, qui ont été contactés un à un. Il y a encore des aménagements à réaliser dans certaines communes (marquages au sol, rangement de matériels etc.), en toute transparence avec les parents."
Interrogé sur le refus de certains élus (Lionnel Luca, Villeneuve-Loubet par exemple) de rouvrir les écoles, l’Inspecteur d’Académie considère que cela «  relève davantage de l’inquiétude des maires de mettre en place le protocole qui fait 54 pages. On prendra le temps qu’il faudra pour le mettre en œuvre. Le dialogue permet de faire évoluer les choses. La société a besoin que l’école reprenne, les enfants veulent sortir du confinement et retrouver leurs camarades ».

Questions diverses

Le préfet a répondu à une série de questions « diverses » sur la vie quotidienne.

- Couvre feu de 22 heures  : il prendra fin le 11 mai.
- Le port du masque peut-il être imposé dans tout l’espace public par un maire ? « Les arrêtés pris doivent répondre à un principe de proportionnalité. Nous les regarderons de très près pour voir si l’on ne serait pas dans une mesure trop générale qui s’éloignerait des principes du droit. Les services préfectoraux font, d’ici lundi, leur travail d’analyse ».
Les arrêtés municipaux de Cannes et de Mandelieu sur le port du masque n’ont pas été contestés par le contrôle de légalité « car ils étaient bien ciblés ».
- Pourra t-on être à quatre dans une voiture ? « Juridiquement oui, mais la distanciation physique est recommandée, et il y a donc intérêt à porter le masque ».
Mariages  : « il appartient aux maires de les reporter en mai sauf raisons impérieuses, et de réduire le nombre de participants  ».
- Frontière avec Monaco : libre circulation entre la France et la Principauté.
- Corse : « encore dans l’attente de précisions » pour se rendre sur l’Il de Beauté.
- Réouverture des restaurants de plage : « ce sujet n’est pas encore à l’ordre du jour ».
- Grande distribution  : « Cap 3000 et Polygone ont transmis un dossier avec leurs dispositifs de sécurité et pourront ouvrir lundi. Il y aura des contrôles de nos services ».
- Pétanque : « on pourra jouer à l’extérieur, cela me semble possible, à condition de ne pas se regrouper autour du cochonnet », mais ce sera « plus compliqué » dans les espaces couverts.
- Golf  : « Le golf pratiqué en extérieur, oui pour bénéficier du grand air et des espaces verts ».

Photo de Une : Le préfet Bernard Gonzalez. (Photo Archive JMC)

deconnecte