Des plages privées menacée

Des plages privées menacées par la loi

Depuis le décret de 2006, les restaurateurs de plage, qui sont soumis
à la loi Littoral, sont en lutte contre des menaces de fermeture

Un tiers de plages privées sur la Côte d’Azur
La France compte 1500 plages en concession, dont un tiers se trouve sur la Côte d’Azur. Ces établissements sont soumis à la loi littoral et notamment à un décret de 2006 qui limite l’occupation des plages-restaurants à 20% du domaine public maritime. Il prévoit aussi que leurs structures soient démontables et les oblige à fermer au moins six mois par an.

Les propositions des plagistes
A l’issue de leur convention nationale, les 30 et 31 mai 2016 à Cannes, les plagistes ont proposé « une modification du décret plage de 2006 pour la densité et la démontabilité des équipements en prenant en compte les territoires et les patrimoines ». Ils ont aussi demandé « une augmentation de la durée de la concession de 12 à 18 ans ».

Etablissements démontés en fin de saison
Le principe de la démontabilité des établissements est inscrit dans la loi Littoral, le décret de 2006 imposant désormais aux concessionnaires de démonter leur établissement à chaque fin de saison pour faire place nette en hiver.
A Villeneuve-Loubet, une demande a été présentée par la mairie pour une ouverture à l’année.

132 plages privées
Le nombre de plages privées : Antibes (7), Beaulieu-sur-Mer (2), Cagnes-sur-Mer (6),Cannes (32), Cap d’Ail (4), Eze (2), Golfe-Juan (5), Juan-les-Pins (33), Mandelieu-la-Napoule (3), Menton (9), Nice (15), Roquebrune-Cap-Martin (1), Saint-Jean-Cap-Ferrat (2), Saint-Laurent-du-Var (2), éoule-sur-Mer (5), Villefranche-sur-Mer (1), Villeneuve-Loubet (3).

2000 emplois directs
Les 132 plages privées comptent de 30 à 40 salariés en moyenne, soit 2000 emplois directs et 6000 emplois indirects. Un millier de ces postes seraient menacés selon René Colomban, gérant du Blue Beach à Nice, président de la fédération nationale et responsable du syndicat des plagistes niçois.

Nice-Cannes-Antibes :
105 ME de chiffre d’affaires

Selon un audit sur les plages privées sur la période 2009 - 2013, on comptait à Nice quinze établissements générant un chi re d’a aires de 20 M€. A Cannes, les concessions généraient 40 M€, à Antibes-Juan-les-Pins 35 M€. Trois plages en régie municipale ont vu le jour : « Richelieu » à la Garoupe (Antibes), « Macé » et « Zamenho » à Cannes.

Cannes et Antibes-Juan-les-Pins : 22 plages menacées de fermeture
Huit plages sont menacées de fermeture à Cannes et quatorze à Antibes-Juan. D’autres doivent être réduites ou déplacées. Des cas sont en discussion actuellement à Cagnes-sur-Mer, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Cap-d’Ail, Golfe-Juan.

Nice : pas de fermeture
A Nice, les concessions alternent plages publiques et privées. Elles bénéficient de structures en dur, sous la Promenade des Anglais, qui ne font pas partie du domaine maritime. Aucune fermeture n’y est donc envisagée actuellement.

deconnecte