Economie

Identification

8 août 2019

Loi Pacte : les commissai
Loi Pacte : les commissaires aux comptes ne veulent pas être autant... "impactés"
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

"Il y a une vraie détresse psychologique dans nos rangs à l’idée de se retrouver sans activité d’ici trois ans" commente Farouk Boulbahri, président de la Compagnie régionale. Avec Stéphane Segheri, il a entrepris un travail de longue haleine. Pour faire remonter sur Paris les difficultés et les angoisses.

Victimes collatérales

"Nous avions entrepris dans notre région Sud-Est et Corse une réflexion il y a dix-huit mois qui a abouti à la création de l’association ADICA pour accompagner les professionnels dans cette période transitoire délicate" poursuit le président. "La loi PACTE, les textes légaux et réglementaires étant passés par là, nous avons décidé de travailler main dans la main avec la Compagnie de Paris qui s’est jointe à nous. Cela a abouti en juin, à notre initiative, à la création de CAC-Idem pour que nous obtenions des indemnisations pour ceux qui perdent leurs mandats du jour au lendemain, victimes collatérales de cette loi PACTE".
La Compagnie nationale a dans le même temps créé l’association Soutien CAC, pour - comme son nom l’indique - soutenir les commissaires aux comptes en difficulté et en détresse psychologique.

"Nous travaillons sur la constitution d’un fond d’accompagnement pour permettre la transition de cette loi qui nous impacte de plein fouet. L’idée, c’est de pouvoir négocier avec les banquiers pour obtenir des amortissements d’emprunts viables" poursuit Farouk Boulbahri. A
lors qu’actuellement, ceux qui de Marseille à Nice en passant par Bastia ont une activité 100% commissaire aux comptes vont droit dans le mur.

L’état sera assigné

Les différentes Compagnies se sont donc mobilisées pour sensibiliser le gouvernement et Bercy afin que des mesures soient prises. Dans le même temps, des assignations individuelles seront adressées à l’État avec le soutien de toute la profession.
Le dispositif Soutien CAC comprend une aide psychologique ainsi qu’un soutien financier et juridique. Des relais de proximité sont créés pour aider les commissaires aux comptes dans la recherche de solutions à leurs difficultés.
Une cellule d’écoute et d’assistance (numéro vert 0 800 94 25 94) pourra, en cas de besoin, orienter vers le dispositif APESA (Aide Psychologique pour les Entrepreneurs en Souffrance Aigue).

Photo de Une DR

deconnecte