Economie

Identification

28 novembre 2019

Ministres, Amazon, (...)
Ministres, Amazon, météo... un curieux effet boomerang
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

- Décidément, en France, les anciens gardes des Sceaux ont une curieuse propension à venir "goûter" par eux-mêmes de la qualité des services de la justice dès qu’ils ont quitté la place Vendôme  : après François Bayrou, poussé à la démission, après Jean-Jacques Urvoas, condamné pour avoir transmis des informations confidentielles, c’est maintenant au tour de Michel Mercier d’être mis en examen pour des emplois présumés fictifs des assistants d’eurodéputés du MoDem. Un effet boomerang ?

- À en croire Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire d’État au Numérique et présentement député LREM, Amazon aurait détruit 7 900 emplois "nets" (1) en France en 2018. Dans le même temps, le champion du commerce on line a réalisé dans notre pays un chiffre d’affaires de 6,6 milliards d’euros... Libraires, petits commerçants, employés ont trouvé le chemin de Pôle Emploi par les effets induits de cette nouvelle économie qui se révèle aussi ravageuse pour l’économie réelle en dur...

-  Il y a, comme Whirpool à Amiens, des dossiers emblématiques. Une usine de machines d’électroménager qui se délocalise en Pologne, mais pas ses employés. Des aides publiques, un repreneur, et au final une nouvelle déconfiture qui laisse un goût amer. En allant auprès des ouvriers la semaine dernière, Emmanuel Macron, qui est aussi un local de l’étape, savait qu’il se rendait dans une essoreuse garantie made-in-France. Il n’a pas été déçu du voyage...

- De la même façon que les ministres de l’Éducation attendent avec impatience les vacances scolaires pour voir la fin des manifestations estudiantines, le pouvoir a pu constater la semaine dernière que la météo exécrable a douché les enthousiasmes des gilets jaunes : la grenouille au secours du gouvernement, on aura tout vu !

- Tandis que les experts judiciaires ont tenu un séminaire à Nice sur le secret professionnel, le Premier ministre envisage de permettre aux médecins de "déroger" au secret médical pour signaler les cas de maltraitance sur les femmes "en cas d’urgence absolue". Louable intention, mais à la lumière des débats de l’UCECAAP, on mesure combien elle sera difficile à mettre en pratique. Le corps médical est attaché à un secret qui protège d’abord les patients, leur "intégrité" physique comme morale. La même discrétion est d’ailleurs exigée des services sociaux. Il faudra donc faire évoluer le droit pour faire avancer le Schmilblick...

(1) Différence entre les emplois créés (livreurs, etc.) et les emplois détruits dans le commerce physique.

deconnecte