"Nice Smart Valley" (...)

"Nice Smart Valley" : retours d’expériences

Produire de l’électricité renouvelable par le solaire, la stocker, l’injecter selon les besoins, la distribuer dans le réseau... Autant d’opérations complexes, mais "invisibles" pour les usagers, qui font appel à de nouvelles techniques, actuellement testées sur sept communes de la couronne niçoise depuis trois ans dans le cadre de Nice Smart Valley (1).

Il s’agit d’une opération ambitieuse intitulée "Interflex". Elle a été lancée en 2016 après appel d’offres européen. Les équipes lauréates se trouvent en Suède, Allemagne, Pays-bas, Tchéquie et sur Nice. Après une phase de recherche, de validation en laboratoire et de fabrication des matériels, ce programme en est maintenant à une expérimentation "grandeur nature". EDF, GRDF, Engie et Enedis travaillent ensemble pour préparer un futur proche puisque l’électricité distribuée en 2030 devra comprendre 50% d’énergie renouvelable.

Flexibilité

La modernisation du réseau, notamment les compteurs communicants Linky, ainsi que des usages de plus en plus connectés, augmentent considérablement les sources de flexibilités potentielles. L’enjeu est donc de fabriquer de l’électricité en quantité et de l’avoir à disposition à l’instant T qui n’est pas forcément celui où elle a été produite. Il faut donc "lisser", ce qui n’est pas si simple.

Pour cela, Interflex travaille déjà sur le comportement des usagers reliés au système : grosso modo, un tableau de bord va leur indiquer à quelle heure lancer la machine à laver ou réduire des consommations. Mais il y aura aussi de la technique, comme la gestion automatisée du chauffage et de la climatisation. Et du stockage de l’électricité quand elle n’est pas consommée, y compris dans les batteries des voitures électriques. Une expérience est en cours avec une entreprise de la région niçoise sur une flotte d’une dizaine de
véhicules.
Une autre expérience dite d’ilôtage est réalisée sur les îles de Sainte Marguerite et Saint Honorat où deux grosses "batteries" vont permettre d’amortir une coupure d’électricité de quatre heures minimum par exemple si le câble d’alimentation venant du proche "continent" est endommagé.

Depuis l’automne 2018, plus de deux cents clients particuliers et entreprises recrutés par EDF se sont engagés à changer leurs habitudes. Le retour d’expérience permettra de peaufiner ce système "Interflex" appelé ensuite à être dupliqué dans toute l’Europe, s’il tient toutes ses promesses.

(1) Saint Jeannet, La Gaude, Cannes et les Iles de Lérins,
Guillaumes, Carros, des quartiers de Nice et Isola.

Photo de Une : Autour de Bernard Mouret, directeur régional de Enedis, les différents partenaires engagés dans cette expérimentation. (DR JMC)

deconnecte