Décryptage

Identification

5 septembre 2019

Agenda parlementaire (...)
Agenda parlementaire : la promesse de nouvelles manifestations ?
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

Cocktail explosif pour cette rentrée avec la réforme des retraites, celle des Institutions, le projet de loi sur la bioéthique et celui sur la réforme de l’audiovisuel...

Prudence de sioux

Alors que la rentrée 2018 a été désastreuse pour un gouvernement encore secoué de l’affaire Benalla, celle de 2019 sera t-elle plus calme ? Rien n’est moins sûr, tant les dossiers "patates chaudes" qui attendent les ministres sont nombreux. Et d’abord celui des retraites, dont on vient d’apprendre qu’il ne sera sans doute pas ficelé avant la fin du printemps. Pour l’exécutif, qui sait que l’opinion publique est éruptive, c’est principe de précaution et prudence de sioux... Suffisant ?

Futurs retraités dans la rue

Les Avocats, les cheminots, les pilotes de ligne, les enseignants, les professions libérales... Aux côtés des salariés, ils sont nombreux à redouter les effets de la réforme des retraites. Au prétexte d’égalité, la fusion de tous les régimes en un seul vire au cauchemar pour le pouvoir d’achat de ceux qui bénéficient d’une caisse bien gérée. Les Avocats, par exemple, qui dénoncent une hausse des cotisations et une baisse des pensions qu’engendrera la réforme. Des syndicats de toutes obédiences appellent à manifester le 16 septembre.

Urgence(s)

La moitié des services d’urgence des hôpitaux déjà en grève depuis l’été, suivis par les sapeurs-pompiers professionnels de nombreux départements. Dans les deux cas, il s’agit d’obtenir plus de postes pour mieux soigner et secourir (la presse a fait état de personnes restant plus de 24 heures sur des brancards dans des hôpitaux débordés), mais aussi des revalorisations salariales (prime de feu des pompiers pas augmentée depuis 18 ans...). Appel à manifester samedi 7 septembre.

Bercy aussi...

Même les Impôts entrent dans la danse, avec des agents qui ont dû digérer le prélèvement à la source alors que leurs effectifs sont rognés et que le gouvernement a prévu 2 000 suppressions de postes dans les services de Bercy sur le quinquennat. En région, une nouvelle organisation territoriale se met en place pour compenser. Manifestation attendue le lundi 16 septembre.

Institutions... manchotes ?

Nicole Belloubet a présenté au Conseil des ministres de la rentrée les trois projets de loi réformant les institutions. Réduction de 25% du nombre des parlementaires, limitation du nombre des mandats, instauration d’une dose (20%) de proportionnelle, recours élargi au référendum et l’inscription de la protection de l’environnement dans la Constitution vont dans le sens des gilets jaunes qui ont porté ces revendications. Reste maintenant à les faire voter, ce qui est une autre paire de manches...

LOM : le dernier looping ?

Le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) revient devant les députés et les sénateurs puisque ceux-ci n’avaient pas réussi à s’accorder au printemps en commission mixte paritaire sur un texte commun. Au terme des débats, qui n’ont pas été dénués d’arrière-pensées politiques, l’Assemblée pourra décider de cette loi LOM sans tenir compte de l’avis du Sénat...

Bioéthique

Autre sujet épineux, le projet de loi de bioéthique sera examiné par l’Assemblée à partir du 24 septembre. Procréation, modifications génétiques, intelligence artificielle... les sujets de conflit ne manquent pas dans ce débat sociétal qui répond à la promesse électorale d’Emmanuel Macron d’ouvrir le droit aux couples de lesbiennes et aux femmes seules d’accéder à la procréation médicalement assistée. Un projet de loi aussi clivant que le mariage pour tous en son temps...

Audiovisuel

Le projet de loi sur l’audiovisuel public arrive également à l’agenda des parlementaires. Dans un monde où le numérique a bousculé les codes et les habitudes, il s’agit de repenser la place de la radio et de la télé, confrontées à une érosion de leur audimat. Là encore, un sujet éminemment politique, où d’aucuns ne manqueront pas de voir la main du diable pour défendre des intérêts au moins autant personnels et financiers que déontologiques..

Photo de une (DR )

deconnecte