Les mobilités douces au coeur du prochain PDU de Grasse


Economie


19 juin 2018

Concrètement, il s’agit de définir une "stratégie des mobilités" pour les dix ans à venir. De réduire autant que possible la part des voitures au profit de modes plus respectueux pour l’environnement (et pour le portefeuille), pour un meilleur partage de l’espace public.

Pour les transports en commun et le covoiturage

Plusieurs actions ont été retenues, dont la poursuite des efforts déjà accomplis pour les transports urbains (Sillages) qui ont été réorganisés en 2015 avec une offre accrue, une nouvelle "billettique" et le suivi en temps réel du passage des bus.

Après la création l’année dernière d’une première aire de covoiturage à Mouans-Sartoux, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes, la CAPG et la ville de Grasse ont fait réaliser un même espace au carrefour de l’Alambic à l’entrée de la Pénétrante. Elle sera livrée dans les prochains jours. Même effort sur Peymeinade, qui disposera d’une aire à la fin de l’année. De plus, pour faciliter les mises en relation entre conducteurs et passagers, trois plateformes ont été retenues à l’issue d’un appel à projet à l’échelle départementale : Klaxit (Paris), Instant System et Ridygo (Sophia Antipolis), ainsi que Drivekidz, à destination des parents d’élèves de Grasse pour organiser leurs trajets entre familles.

Des bornes de recharge pour les voitures électriques

Dans le cadre du Pôle Métropolitain, les communautés d’agglomération de Cannes-Lérins, du Pays de Grasse, des Préalpes d’Azur et de Sophia Antipolis ont souhaité développer et sécuriser la mobilité durable sur leur territoire en proposant un nouveau service public de recharge pour véhicules électriques et hybrides. 95 bornes de recharge seront ainsi opérationnelles dès la fin du mois de juin : 34 sur la CASA, 35 sur la CAPG et 26 sur Cannes Pays de Lérins.

Des vélos à assistance électrique en location

La CAPG va proposer en location longue durée (au mois ou au trimestre) vingt-trois vélos à assistance électrique d’une autonomie de cinquante kilomètres. De type mixte ville-VTT, ils seront proposés en trois tailles et seront réservables via une plateforme. Le service sera testé cet été auprès de plusieurs entreprises du "Bois de Grasse" et du Plan de Grasse avant d’être étendu. Les prix de location se veulent incitatifs : 32 euros par mois, 85 euros par trimestre, équivalent aux abonnements "Sillages" sur la même durée. Après la liaison Grasse - Saint Vallier, après des aménagements en cours au Tignet, la création de bandes cyclables va aussi être poursuivie sur le quartier du Plan de Grasse.
Enfin, ceux qui aiment la marche à pied ne sont pas oubliés : les nombreuses "traverses" de Grasse qui permettent de passer d’un quartier à l’autre vont être réaménagées et fléchées.


Jean-Michel Chevalier