Lancement de la 2e édition du label "territoire durable - une cop d’avance" pour répondre au changement climatique


Economie


15 mai 2019

Les inscriptions sont ouvertes pour les villages, villes et intercommunalités de Provence-Alpes-Côte d’Azur jusqu’au 12 JUILLET 2019

[ PALMARÈS 2018 : 17 COLLECTIVITÉS RÉCOMPENSÉES DONT LA VILLE DE CANNES, LAURÉATE DU TROPHÉE RÉGIONAL ]

La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur a adopté son plan Climat le 15 décembre 2017. Un an après l’entrée en vigueur des accords sur le climat, Renaud Muselier, Président de la Région, a souhaité faire de son territoire un moteur en matière d’environnement. Afin d’accompagner les collectivités à s’engager dans la transition écologique, la Région, en partenariat avec l’Etat, a alors lancé la labellisation "Territoire durable - Une Cop d’avance", animée par l’ARPE-ARB. Ce dispositif permet aux collectivités candidates de bénéficier du programme d’accompagnement de l’ARPE-ARB et de ses partenaires et de valoriser leurs actions.

La première édition du Label “Territoire Durable – Une COP d’avance“ a été l’occasion de récompenser, en 2018, 17 collectivités dont 6 ayant obtenu le Label niveau 3 : Cannes (06) qui a aussi reçu le Trophée “COP d’avance“, Pays du grand Briançonnais-Écrins-Guillestrois (05), Métropole Nice-Côte d’Azur (06), Mouans-Sartoux (06), Meyrargues (13) et Châteaurenard (13). CF. leurs démarches en pages suivantes.

Les inscriptions pour la 2ème édition du Label “Territoire Durable – Une COP d’avance“ sont ouvertes jusqu’au 12 juillet prochain.

LE LABEL "Territoire Durable - Une COP d’avance" récompense les collectivités qui s’engagent dans la transition écologique en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il est attribué pour 3 ans. Il identifie le niveau de
performance de 1 à 4. Plus le chiffre est élevé, plus il s’approche de l’excellence.

LE TROPHÉE "COP d’avance" récompense la meilleure collectivité́ de l’année pour son engagement dans le domaine énergétique et son action en matière d’adaptation au changement climatique.

QUESTIONS PRATIQUES

Qui peut participer ?
> toutes les communes, communautés de communes, communautés urbaines ou d’aggloméramétropoles, territoires des contrats régionaux d’équilibre territorial

Comment participer ?
> rendez-vous sur territoires-durables-paca.org : remplissez le questionnaire, joignez
les documents demandés et déposez votre dossier avant le 12 juillet 2019

Quelle est la composition du jury ?
> la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement
et du logement (DREAL), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), l’Agence régionale de santé (ARS) et l’Agence régionale pour l’environnement - Agence régionale de la Biodiversité (ARPE-ARB).

Quels sont les critères d’évaluation ?
> la démarche territoriale de développement durable,
> le soutien de la transition énergétique,
> l’adaptation au changement climatique,
> le développement de nouvelles mobilités, de l’économie circulaire,
> la préservation de la biodiversité, de l’eau et des ressources naturelles,
> la promotion d’une alimentation durable…

Quelques exemples Cannes, Labellisée niveau 3

Lauréate du trophée régional "Une COP d’avance"
Cannes est engagée depuis plus de 15 ans dans une démarche exemplaire de développement durable. En effet, cette commune de 74 000 habitants a effectué une transition écologique remarquable : elle fait partie des premiers Agendas 21 (2008) auquel elle impulse une nouvelle dynamique avec le Plan Climat adopté en 2014 et le lancement du second Agenda 21 en 2015. Puis elle a investi la question de l’énergie en réalisant un Plan climat énergie territorial (PCET) et devient "Territoire à énergie positive pour la croissance verte". En matière énergétique, la commune a réalisé des investissements importants : l’installation d’un système de télégestion de l’éclairage public, la création d’une chaufferie bois de 2 MW dans le quartier de Ranguin, la mise en place de réseaux électriques intelligents pour gérer les flux d’énergie et d’eau (eau potable, eaux usées, arrosage).
En outre, Cannes envisage la création d’une station d’épuration à filtres plantés de roseaux ou à énergie positive, la station d’épuration actuelle optimisant d’ores et déjà sa consommation énergétique. Les boues issues de la station sont méthanisées de façon à produire de l’électricité, de la chaleur et du biogaz qui est réinjecté dans le réseau gaz de la ville.

Le nouveau quartier "Cannes Maria" s’est vu décerner fin 2017 le label EcoQuartier étape 3 (Ecoquartier livré). Il s’agit de la première opération d’aménagement à obtenir cette distinction dans le département des Alpes-Maritimes.
Plusieurs opérations de rénovation ou de réhabilitation ont suivi la
démarche du référentiel qualité "Bâtiments durables méditerranéens"
(BDM), en particulier la Villa des Bleuets et l’école de la Frayère.
Un panel d’actions est proposé aux habitants  ; citons notamment la création de 91 parcelles de jardins familiaux, le lancement du défi "Objectif Zéro Déchet" [qui permet à 60 familles volontaires de se rendre chez certains
commerçants munis de leurs propres contenants], le balisage de 100 km de pistes de jogging et de randonnée dans le cadre du projet "Cannes, capitale du sport en plein air" [16 pistes classées selon 4 niveaux de difficulté] et la
plantation d’un verger dans la basse vallée de la Siagne pour alimenter une future ferme pédagogique.
La préservation de l’environnement naturel est au coeur des démarches de la Ville avec la cession des 80 hectares du Massif de la Croix des Gardes au Conservatoire du Littoral en 2000, les rendant ainsi définitivement
inconstructibles. Pour lutter contre l’érosion marine, une digue sous-marine dans la baie de la Croisette vient d’être construite et le ré-ensablement massif des plages de la Croisette se poursuit.
Enfin, avec l’opération "Cannes jardine au naturel", la commune développe également des jardins secs pour rationaliser l’arrosage de l’espace public.

Quelques exemples - Métropole Nice-Côte d’Azur Labellisée niveau 3

La Métropole Nice-Côte d’Azur est un des premiers territoires à avoir engagé en 2008 un Agenda 21. En janvier 2019, elle finalisera son Plan climat énergie territorial et envisage de lancer en juin son Agenda 21
3e génération.
Le premier bilan du Plan climat 2013-2018 fait état de nombreuses réalisations : projets Autobleue et VéloBleu, ligne L2 du tramway, développement du pool de véhicules électriques, passage en LED d’une partie de l’éclairage public, développement des smartgrids (projets NiceGrid, CityOpt, IRIS, Nice Smart Valley), réalisation de bâtiments énergétiquement performants (EcoVallée), engagement de plusieurs projets de réseaux urbains de chaleur et de froid… et a également permis la labellisation Cit’ergie de la Métropole. Cette labellisation, prononcée en 2015 pour 4 ans, permet de souligner la qualité de la politique énergie en vue de la transition énergétique.
Après 4 années d’expérimentation, NiceGrid, le réseau électrique intelligent basé dans la Plaine du Var, s’est terminé fin 2016. Parmi les points positifs, on peut citer l’autoconsommation locale de l’électricité photovoltaïque
et la réduction de la pointe électrique. La technique de l’ilôtage (isolement complet du réseau national) a été testée sur un quartier de Carros. Cette expérience représente une première mondiale.
Le projet CityOpt guide les familles vers l’efficacité comportementale, par l’utilisation de nouveaux outils issus des technologies de l’information. Il inclut la participation de familles volontaires sur le territoire métropolitain pour tester, en situation réelle, ces démarches innovantes. 120 foyers de Nice-Ouest ont répondu à 25 alertes en modérant leur consommation électrique. L’originalité du projet est d’avoir développé une interface spécifique, disponible sur une tablette numérique mise à disposition des participants, leur permettant d’avoir un retour sur l’impact réel de leurs éco-gestes, de connaître les économies réalisées à leur échelle et de soutenir le développement d’un projet local en les faisant bénéficier des économies réalisées. Les résultats du projet montrent une réduction pouvant aller jusqu’à 28 % des consommations en période de pointe.

Quelques exemples - Mouans-Sartoux Labellisée niveau 3


La commune est engagée dans un Agenda 21 depuis plus de 10 ans. Elle est inscrite dans une démarche de Plan climat énergie territorial intercommunal.
Ses propositions lui ont permis d’être reconnu comme Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) qui donne droit à une valorisation spécifique lors de la réalisation de travaux standardisés comme l’isolation de combles, le remplacement de chaudières ou des ouvrants.
Parmi ses réalisations, on peut citer l’installation de panneaux solaires thermiques sur la toiture du gymnase communal pour la production d’eau chaude sanitaire et de chauffage, l’étude de projets privés d’installation photovoltaïque sur les constructions individuelles pour plus de 3000m² et sur les toitures d’entreprises privées qui accueillent aujourd’hui près de 10 000 m² produisant environ 15 % des besoins en énergie sur la commune de Mouans-Sartoux.
Un projet d’installation de panneaux photovoltaïques en vue d’une autoconsommation collective sur 3 bâtiments communaux dans le cadre d’un appel à projet régional est actuellement à l’étude.
Mouans-Sartoux a prévu la réhabilitation énergétique d’une école, via le remplacement de toutes les ouvertures, grâce à un financement par des Certificats d’Economie d’Energie attribués par le Ministère de la transition
écologique.
La commune a élaboré un Schéma directeur des pistes et stationnements cyclables et des itinéraires piétons et a été classée 1e ville de Provence-Alpes-Côte d’Azur par le baromètre de la Fédération française des cyclistes. En outre, 4 bornes de recharges pour véhicules électriques sont mises à disposition des habitants.
La commune a également obtenu en 2015 le label de "Ville Etoilée" attribué par l’Association nationale de protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN) sur la base d’une politique de modération de
l’éclairage nocturne : coupures programmées, réductions de puissance des ampoules, organisation de soirées d’observation du ciel, etc.
L’alimentation durable est un axe fort de sa démarche de développement durable avec la création d’une régie agricole qui alimente la restauration scolaire et la création d’une maison de l’alimentation durable pour diffuser les bonnes pratiques

Palmarès de la labellisation 2018 "Territoire durable – Une COP d’avance" : 17 collectivités récompensées

6 collectivités labellisées niveau 3
Cannes (Alpes-Maritimes)
Pays du grand Briançonnais-Écrins-Guillestrois (Hautes-Alpes)
Métropole Nice-Côte d’Azur (Alpes-Maritimes)
Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes)
Meyrargues (Bouches-du-Rhône)
Châteaurenard (Bouches-du-Rhône)

6 collectivités labellisées niveau 2
Pays Serre-Ponçon Ubaye Durance (Hautes-Alpes)
Fuveau (Bouches-du-Rhône)
Jouques (Bouches-du-Rhône)
Venelles (Bouches-du-Rhône)
La Croix-Valmer (Var)
Avignon (Vaucluse)

2 collectivités labellisées niveau 1
Communauté de communes de Serre-Ponçon (Hautes-Alpes)
Gréasque (Bouches-du-Rhône)

3 collectivités engagées dans la démarche
Communauté de communes Vallée de l’Ubaye (Hautes-Alpes)
Communauté d’agglomération Terre de Provence (Bouches-du-Rhône)
Communauté d’agglomération Grand Avignon (Vaucluse)


Proposé par Valérie Noriega