Aéroport : quand la Chine s’éveille au tourisme et aux affaires sur la Côte


Economie


13 août 2019

On en parlait depuis des lustres, maintenant c’est fait ! La liaison aérienne directe Pékin - Nice tant espérée a été ouverte vendredi dernier. Elle met la capitale chinoise à dix heures et demie de celle de la Côte d’Azur, à peine plus que pour aller de la Promenade des Anglais aux Champs-Élysées en train et en taxi...
Avec cette ouverture et celles prochaines - fin 2019 ou début 2020 - de dessertes directes sur Shanghai et Canton, c’est un marché potentiel gigantesque qui s’ouvre pour la Côte d’Azur. La perspective de beaux jours pour les professionnels du tourisme qui se frottent déjà les mains à l’idée de recevoir en nombre hommes d’affaires et touristes qui viendront découvrir la Riviera, le Haut-pays, leurs paysages, art de vivre, monuments et expositions, et événements comme le Festival de Cannes, le Grand Prix de
Monaco, le carnaval et l’Ironman...
Jusqu’à présent, les touristes chinois venant en Europe atterrissaient à Paris, Londres ou Rome, et ne venaient pas forcément dans notre région... Ces trois lignes nouvelles changent la donne.

Le lobbying intensif a payé

JPEG - 169.1 ko
Nice accueillie la Chine en vol direct depuis le 2 août ! (DR Ville de Nice)

Deuxième plateforme aéroportuaire en France après Orly et Roissy, l’aéroport de la Côte d’Azur va recevoir cette année 14 millions de passagers. Un succès dû en premier lieu aux compagnies qui ouvrent de nouvelles lignes et offrent davantage de sièges sur des avions plus gros, mais aussi au lobbying intensif mené par les collectivités (Département avec le CRT, Métropole, les principales villes). Les Chinois ne sont d’ailleurs pas les seules cibles du démarchage azuréen. À commencer par la Grande-
Bretagne, sur la plus haute marche du podium en nombre de visiteurs depuis des années (en partie grâce à easyJet), et en espérant qu’il n’y ait pas de coup de frein donné par le prochain Brexit. Mais aussi par les Américains, deuxième nationalité étrangère la plus représentée sur le tarmac de la Baie des Anges.
"La modernisation de l’aéroport est l’une des raisons de ce succès, cela prouve notre dynamisme et nous rend plus attractifs" commente Charles-Ange Ginésy. "Maintenant, avec la venue d’Air China, il faudra que nous nous adaptions aux nouvelles clientèles pour leur offrir des prestations à la hauteur".
Président du Comité Régional du Tourisme, le maire de Cannes David Lisnard va dans le même sens. Il pointe "la transformation complète de nos métiers avec la digitalisation. Les Chinois vont pouvoir surfer sur leur propre réseau social (un milliard d’utilisateurs !) pour visiter la Côte d’Azur. Ils auront toutes les informations nécessaires sur leurs smartphones : visites, événements, billetterie etc. Cela va à l’évidence modifier notre organisation territoriale. Nous avons des champs de progression inouïs dans le Haut-pays et sur le littoral en développant les séjours week-end. Il y a là de nouveaux produits à monter".
Éric Ciotti chiffre à 75 000 le nombre d’emplois dans le tourisme et à 5 milliards les recettes directes de cette activité dans le département. Pour lui, "le marché asiatique présente un énorme potentiel" et il voit dans l’ouverture de la ligne Pékin - Nice la poursuite du développement de notre région".

Des opportunités de business autour de l’Ecovallée

Quant au président de la Métropole Christian Estrosi, il a annoncé que des groupes d’investisseurs chinois, et notamment les sociétés Citic et Jue Yao Investment, sont "très fortement intéressés par notre territoire et par l’Ecovallée" pour établir des activités autour des smartcities, et que la ville de Nice recevra en octobre le forum culturel franco-chinois autour du thème "l’attractivité culturelle moteur de l’innovation" qui pourra "laisser entrevoir des opportunités de coopération multisectorielle ainsi qu’une croissance des relations commerciales". Une manifestation qui servira de tremplin à l’année culturelle franco-chinoise consacrée au tourisme culturel.

JPEG - 177.9 ko
David Lisnard entouré des responsables touristiques de la Côte d’Azur et de Monaco, inaugurent le "pop up". (DR CRT Côte d’Azur)

Terminal 1 : un accueil 3 étoiles pour les visiteurs étrangers

"Le fruit d’un travail collectif par les équipes de l’Aéroport et par les principales destinations (Antibes, Cannes, Menton, Monaco, la
Métropole NCA) qui investissent depuis vingt ans dans la promotion sur le marché chinois avec l’appui du Département et de la Région
". Ainsi s’explique, pour David Lisnard, président du Comité Régional du Tourisme CRT Côte d’Azur, le choix de Nice par les autorités chinoises.
Mais maintenant que la porte de l’Empire du milieu est largement ouverte, encore faut-il que l’accueil réservé à nos visiteurs soit à la hauteur des espérances et du rêve...
Aussi l’aéroport vient-il de créer un "pop up store" dans la zone arrivée du Terminal 1 pour que les touristes et les hommes d’affaires venus de toute la planète puissent avoir un véritable contact humain pour les aider à choisir un hôtel, une visite, une animation...
Car si l’on a bien compris que les applications, journaux et blogs sont des "prescripteurs" de notre destination, rien ne vaut le contact dans la vraie vie. Tout comme la disponibilité et le professionnalisme du serveur du cours Saleya, du plagiste, du restaurateur, du taxi. De tout cela dépend la perception globale de l’accueil et l’envie - ou pas - de revenir.
"Cet accueil mettra en évidence ce que la Côte d’Azur et la principauté de Monaco peuvent offrir de mieux. Il permettra de stimuler toute la chaîne touristique. Ici, il a tout son sens, car le Terminal 1 reçoit une très forte proportion de passagers étrangers qu’il ne faut pas décevoir. Offrons avec générosité ce supplément d’âme".

Compagnies : la guerre du ciel...

Les transporteurs à bas coûts continuent leur conquête du marché métropolitain : leur trafic a connu une augmentation de +9% l’an passé, soit 59,1 millions de passagers. La progression est ainsi de plus de 15 millions de passagers depuis 2015, les compagnies régulières voyant leurs parts de marché grignotées. Sur toutes les plateformes françaises, les principaux transporteurs à bas coût renforcent ainsi leur position. Même si elle n’est pas "low cost", easyJet reste l’acteur dominant avec 41% de l’activité de ce secteur de et vers la France métropolitaine avec 24 millions de passagers. Ryanair (16%) et le groupe Transavia (12%) complètent ce podium selon les chiffres du Ministère de la Transition écologique. Sur Nice, il y a longtemps qu’easyJet a dépassé Air France en nombre de passagers.

Quelques chiffres

- 122 destinations directes (sans charters) dont 98 à l’international cet été au départ de Nice Côte d’Azur.
- 780 732 passagers à l’arrivée au mois de juin (+7,9% par rapport à juin 2018)
- 13,85 millions de passagers en 2018, soit la 8ème année de croissance consécutive !
- 61 compagnies volent depuis Nice vers 43 pays.
- 77 373 "mouvements" d’avions l’an passé sur les aéroports de la Côte d’Azur.


Jean-Michel Chevalier