On connait les trois premiers projets Tech for Good qui seront accompagnés par la couveuse Az’UP


Tech


4 novembre 2019

Après avoir lancé la première promotion du programme de pré-incubation « Le Starter  » qui propose 3 mois de formation et d’accompagnement pour réaliser une étude de faisabilité, construire le business plan, définir une stratégie commerciale… Az’UP, co-fondé par Intermade, La French Tech Côte d’Azur et Véolia, lance La première promotion du programme d’accompagnement la couveuse. Celui-ci propose quant à lui un accompagnement d’une durée de neuf mois (renouvelables), avec la possibilité de bénéficier d’un hébergement physique ou juridique au sein de la structure. Les porteurs de projets seront formés dans le domaine du marketing, de la gestion financière ou de la stratégie commerciale… Ils travailleront également en réseau avec des partenaires, des prestataires, des financeurs.

La philosophie d’Az’UP est d’accompagner des start-up qui contribue à relever des défis sociaux et environnementaux.

Aujourd’hui, la croissance est aussi portée par des start-up ou des associations, qui adressent leurs solutions aux enjeux majeurs dans l’éducation, la santé, l’agriculture, l’économie circulaire ou le vivre ensemble… « Les startups sont le fer de lance de la Tech For Good. Avec les membres fondateurs d’Az’UP, nous sommes fiers de contribuer à cet élan ! ». Les projets retenus n’ont pas forcément de la Tech car « les méthodes issues de l’économie sociale et solidaire ne sont pas facilement transposables au monde de la Tech  ».

Trois projets seront accompagnés pendant 12 mois, pour favoriser l’entrepreneuriat à fort impact social


PERMACULTIVE

En réponse aux crises écologiques actuelles (dérèglement climatique, perte de la biodiversité, perte de la fertilité des sols). Permacultive souhaite permettre former le plus grand nombre et développer des îlots de biodiversité au sein des entreprises pour pouvoir répondre activement à ces problématiques. Depuis 2018 Permacultive diffuse, valorise, transmet et enseigne, les éthiques, principes et méthodes de conception en permaculture dans les Alpes-Maritimes.
«  Nous organisons des Cours Certifiés de Permaculture, des stages pratiques (permacamp), des initiations à la permaculture, des cycles de formation au jardinage écologique, compostage et lombricompostage. Nous avons aussi apporté notre expérience pour de la conception et du conseil en aménagements écologiques pour des projets à destination de particuliers et
d’entreprises
. » précisent les fondateurs.

POTAGERS COMPOSTEURS AUTONOMES PAR « POTAGER EN VILLE » - Nice
Spécialiste de l’agriculture urbaine Potager en ville se positionne comme un acteur incontournable associatif & citoyen en faveur d’un territoire durable résilient et innovant depuis 2016. Ils partent du constat que notre territoire et nos villes ne sont pas suffisamment résiliantes pour faire face aux risques de rupture des systèmes d’approvisionnement alimentaire. Ils proposent l’agriculture urbaine comme pouvant être une solution contribuant à la durabilité des villes.

A3PR MOULIN DE ROURE – Arrière-Pays Niçois


Projet global autour de la réhabilitation d’un moulin à eau à Roure dans l’arrière-pays.
Celui-ci est capable de produire de l’huile d’olive et de la farine dans le même moulin, ce qui est original car très rare. L’objectif est d’installer un paysan-boulanger dès avril 2020.

«  A travers ces projets d’utilité sociale, la French Tech Côte d’Azur aux côtés d’inter-made et de Véolia pourront tracer une feuille de route de la Tech For Good selon les 17 objectifs de développement durable définis en 2015 par les Nations unies pour l’horizon 2030.  » précise Jessica Pellegrini Directrice Générale de La French Tech Côte d’Azur. Ces objectifs sont par exemple : fin de la pauvreté, zéro faim, bonne santé et bien-être, éducation de qualité pour tous, égalité entre les sexes, énergie propre à un prix abordable, réduction des inégalités, lutte contre le changement climatique…

Le programme de formation se déroulera au CEEI Nice Côte d’Azur avec des consultants du tissu local.


Proposé par Valérie Noriega