GRDF mobilisé en Région Sud Paca pour assurer la continuité de ses missions de service public


Economie


15 avril 2020

Les gaziers mobilisés en Région Sud pour que l’on puisse continuer à se chauffer, avoir de l’eau chaude et cuisiner.

Chaque jour, sur les 700 gazières et gaziers que compte l’entreprise en région PACA, près de 75 d’entre eux interviennent sur le terrain ou sont présents sur nos sites pour assurer la continuité de l’activité de l’entreprise. Les salariés des plateformes d’urgence sécurité gaz restent mobilisés 7J/7 et 24h/24 et ont répondu à plus de 20 000 appels ces 4 dernières semaines. Plus de 150 salariés positionnés en situation de réserve peuvent être mobilisés à tout moment et 340 collaborateurs sont de leur côté en télétravail.

Le Plan de continuité d’activité définit un socle de missions essentielles

GRDF a remis son plan de continuité d’activité aux pouvoirs publics le 10 mars. Ce plan a ensuite été déployé sur tous les territoires en lien avec les collectivités. Depuis le passage au stade 3 du plan gouvernemental et les décisions prises en matière de confinement, GRDF se concentre exclusivement sur le maintien de ses missions essentielles pour assurer la distribution du gaz en préservant un haut niveau de sécurité industrielle. Les missions essentielles, dites activités de degré 0, visent précisément à assurer la chaîne de sécurité gaz : interventions d’urgence gaz et dépannages, mises hors service nécessitant une mise en sécurité, conduite et exploitation du réseau. Elles permettent également de maintenir les interventions de santé publique par la mise et la remise en service des clients afin qu’ils puissent continuer à se chauffer, avoir de l’eau chaude et cuisiner.

Une adaptation des modes de travail nécessaire

Afin de préserver les équipes exerçant ces missions essentielles et dans la perspective d’une crise durable, des mesures de séparation physique des équipes ont été mises en place très rapidement. Les plateformes de réception des appels d’urgence sécurité gaz comme les bureaux d’exploitation du réseau de distribution, ont été répartis sur un plus grand nombre de sites afin que les différentes équipes ne se rencontrent pas. La prise de travail à domicile des techniciens sans passer systématiquement par leur agence d’intervention a été développée. Des modes opératoires d’intervention ont été instaurés afin de protéger nos salariés et les clients. A titre d’exemples, toute intervention sur le terrain nécessite de respecter ces modes opératoires et notamment les distances sociales qui s’imposent entre deux personnes. La mise en place d’appels préalables est désormais obligatoire pour vérifier que les clients n’ont pas à leur domicile de personnes souffrantes.

Une mobilisation de toute l’entreprise

Tous les salariés dont la présence physique au poste de travail, chez le client, sur voirie ou sur chantier n’est pas indispensable, restent donc à leur domicile. Ces salariés poursuivent leur activité en travaillant ou se formant à distance, ou sont mobilisables pour assurer un roulement des équipes notamment sur le terrain. Pour permettre l’afflux supplémentaire de connexion à distance, la direction des systèmes d’information a été fortement mobilisée pour permettre 10 000 connexions simultanées de salariés à la maille nationale (contre 2 000 avant la crise). De nouveaux outils de communication pour maintenir le lien et diffuser des informations à l’ensemble des salariés ont été mis en place. Pensée avant la crise pour une diffusion à partir du mois d’avril, la WeLoveGaz radio, podcast quotidien, a finalement été lancée dès le 18 mars pour s’adapter à la situation exceptionnelle et valoriser la mobilisation des salariés.

En complément, sur la région Provence Alpes Côte d’Azur, chaque jour un salarié volontaire publie sur le réseau social interne de l’entreprise, une vidéo « home made » pour témoigner du déroulement de sa journée de travail pendant la crise, en lançant pour conclure à ses collègues « Gazières, gaziers, on garde le contact ! ». Un moyen simple et dynamique de conserver le lien social entre collègues et de valoriser l’investissement de chacun.


Valérie Noriega