Le sport de haut niveau confiné au vestiaire


Sport


16 avril 2020

Si le printemps ne le sera pas, l’automne sera sportif les dates vont s’enchainer !

L’épidémie de coronavirus bouscule tous les calendriers, y compris sportif, avec l’annulation de nombreuses épreuves et le report d’autres quand cela est possible.
Si tout va bien, la Grande Boucle 2020 partira donc de Nice comme prévu mais avec deux mois de retard. C’est la première fois que l’épreuve est ainsi reportée en plus d’un siècle d’existence. Les premiers coups de pédale seront donnés le 29 août sur la Côte d’Azur. Conséquence de ce déplacement, le Giro, la Vuelta sont également retardés tandis que les championnats du monde sur route s’intercaleront au milieu de ces grands tours. Mais nombre de « classiques » sont encore dans le brouillard du Covid sans que l’on sache encore si elles pourraient être maintenues ou au moins adaptées à la situation.
Les Jeux Olympiques, l’autre grand rendez-vous planétaire, sont reportés d’un an. Ils se tiendront à Tokyo en 2021. Ce décalage est apparu comme la meilleure solution pour les athlètes qui se retrouvent maintenant sur un pied d’égalité pour leur préparation physique.
Pour les amateurs du ballon rond, le grand débat qui agite les clubs est moins la suspension du championnat que les négociations autour des droits de retransmission télévisée qui représentent une grande partie de leurs recettes. Et aussi de négocier avec les joueurs et leurs agents des baisses de salaires. Des stars ont déjà fait des dons. Les clubs pro se retrouvent exsangues et veulent alléger leur masse salariale, surtout en Ligue 1 avec ses 35 000 euros de salaire médian. Au milieu de tout cela, des contrats et du droit du travail…

Si tout va bien, on devrait pouvoir retourner au stade fin juillet pour retrouver le PSG, l’OM et l’OGCN…

C’est encore la mêlée ouverte pour les rugbymen : sport physiquement exigeant, la concentration des matchs sur une courte période n’est pas envisageable. Casse-tête donc pour caler sur le calendrier la fin du Top 14 et la coupe d’Europe. Le retour sur les pelouses est envisagé pour le mois d’août, il ne reste plus qu’à transformer cet espoir…

Sports mécaniques : c’est encore l’incertitude pour le Grand Prix de France de Formule 1 (qui devait se disputer le 28 juin sur le circuit du Castellet dans le Var, tandis que le GP Moto (du 15 au 17 mai au Mans) craint la sortie de route. Pour tous ces grands rendez-vous, l’aiguille oscille entre annulation, report et huis clos. Toute cette filière économique est sur les dents…


Jean-Michel Chevalier