Jean-Luc Videlaine : « Chaque entreprise doit évaluer ses risques sanitaires »


Economie


4 mai 2020

Jean-Luc VIDELAINE répond aux questions pour Les Petites Affiches.

Quelles sont les obligations de l’employeur vis-à-vis des salariés avec la sortie du confinement ?

Jean-Luc VIDELAINE. Une soixantaine de fiches sera disponible à la date du 11 mai, présentées par métier ou de manière transversales et permettant aux entreprises d’appliquer la démarche à suivre en fonction de leur activité. Il y a également une dizaine de fiches qui concernent l’agriculture et l’agroalimentaire. Chaque secteur d’activité est couvert par une fiche, disponible sur le site du ministère du travail. C’est le respect de ces mesures qui doit être la règle, sous le contrôle de l’Inspection du travail.

Jusqu’à quelle date les entreprises peuvent-elles profiter du système de chômage partiel étendu ?

JLV. Le dispositif concernant le chômage partiel ne s’arrête pas à la date du 11 mai. Sans cette mesure, liée à la décision de confinement, le chômage aurait explosé en France puisque les entreprises se sont retrouvées dans une situation de sous-activité. C’est pourquoi le dispositif de chômage partiel va continuer d’exister. Ce qui va changer, ce sont les conditions d’indemnisation qui feront l’objet de discussions avec les partenaires sociaux.

Quelle est la situation dans le Var ?

JLV. A fin mars, 20 000 entreprises bénéficient des mesures de chômage partiel, soit 131 467 salariés. Cette situation est inédite ! En France, 50% des salariés sont au chômage partiel. On note, également une augmentation du chômage dans le Var avec + 8, 2% en mars. En avril, la hausse sera plus importante puisque on va enregistrer l’inscription de ceux qui ne seront pas embauchés en tant que saisonnier, la saison commençant au 15 avril pour les activités balnéaires.


Gilles Carvoyeur