Réouverture des restaurants : 57% des Français prévoient de retourner au restaurant dans le mois


Economie


27 mai 2020

Les clients veulent retrouver le plaisir des restaurants, en sécurité et la majorité des professionnels est prête

En bref

· 57% des Français prévoient de retourner au restaurant dans le mois de la réouverture des établissements
· 65% des Français déclarent qu’ils iront autant ou plus qu’avant au restaurant.
· 71% des Restaurateurs pensent rouvrirent leur restaurant dès qu’ils seront autorisés

Des utilisateurs motivés, mais soucieux des conditions


Selon l’enquête réalisée au mois de mai, près de 58% des Français déclarent qu’ils iront au restaurant aussi souvent qu’avant, et 7% déclarent même vouloir s’y rendre plus qu’avant.

Les Parisiens et les Strasbourgeois, bien que sévèrement impactés par la crise sanitaire, manifestent plus fortement leur volonté de retourner au restaurant puisque respectivement 66% et 69% d’entre eux déclarent vouloir y retourner autant ou plus qu’avant. En tête des habitants les plus frileux, les Bordelais avec malgré tout 56% des gens prêts à retourner au restaurant.

Au global, la réouverture des restaurants est donc attendue avec impatience  : 57% des utilisateurs prévoient de retourner au restaurant dans le mois de la réouverture des établissements, et 77% dans les 3 mois qui suivent.
En termes de budget, l’étude ne prévoit pas d’impact majeur : 1 Français sur 4 seulement estime que son budget a été impacté et prévoit de faire plus attention qu’auparavant à ses dépenses.
Cependant, pour s’assurer de rouvrir dans les meilleures conditions possibles, il est aujourd’hui essentiel que les restaurateurs rassurent leurs clients. En effet, 78% des personnes interrogées déclarent qu’il est « très important » ou « essentiel » d’être informé des mesures sanitaires mises en place par les restaurants. Par ailleurs, la majorité (73%) des interrogés qui souhaitent moins aller aux restaurant craignent que la convivialité de leur expérience au restaurant soit dégradée par les mesures sanitaires qui seront mises en place.

Des restaurants désireux de rouvrir et d’augmenter leurs revenus

Selon l’enquête réalisée auprès des restaurateurs, 71% d’entre eux pensent rouvrirent leur restaurant dès que possible et pensent être en mesure de respecter les nouvelles mesures qu’il faudra mettre en place. En effet, 73% des restaurateurs estiment qu’ils pourront séparer les tables d’une distance d’au moins un mètre. Pour compenser ce manque à gagner, près de 23% des restaurants estiment qu’ils devront rallonger les plages horaires.
Concernant les tarifs, 53% des restaurants souhaitent conserver les mêmes prix qu’avant la crise sanitaire ; et 60% envisagent d’introduire des offres spéciales dans leur menu.
Par ailleurs, pour répondre aux inquiétudes des utilisateurs et sécuriser leurs revenus, 41% sont intéressés par la mise en place de menus digitaux, 36% par les paiements digitaux et 28% par les outils digitaux d’optimisation.

Quelles différences à l’international ?

Parmi les marchés dans lesquels LaFourchette est implantée, l’Italie, l’Espagne et le Portugal sont les pays les plus prudents concernant la réouverture.
Quel que soit le marché, le frein principal de retour dans les restaurants reste le risque sanitaire. Concernant le budget, seuls les Italiens et les Portugais prévoient majoritairement de dépenser moins au restaurant qu’auparavant.

LaFourchette, au service des restaurants pendant la crise

Peu après la fermeture des restaurants, LaFourchette a lancé la plateforme aidonsnosrestaurants.fr, qui permet aux restaurants de proposer à leurs clients des bons prépayés pour maintenir un flux de revenus pendant la fermeture temporaire de leur établissement. L’opération a généré plus d’un million d’Euros de préventes et d’intentions d’achat.
L’entreprise a également offert gratuitement son logiciel de gestion des réservations, LaFourchette Manager, et a offert aux restaurants proposant un service de livraison/vente à emporter la possibilité de promouvoir gratuitement ce service sur le site et l’application LaFourchette.


Valérie Noriega