Le député Jean-Louis Masson inquiet de l’impact économique de la crise sanitaire


Economie


11 juin 2020

Une crise sanitaire qui révèle la difficulté du métier de chef d’entreprise.

Pendant deux mois, la filière automobile a été particulièrement mise à mal. Et, vu le contexte sanitaire, il souhaitait se rendre compte des conséquences de cette crise économique forte.

« Les métiers de l’automobile exigent un haut niveau de technicité, surtout pour le Groupe Lombardot, positionné sur le haut de gamme. Une grande entreprise qui renaît, cela me satisfait pleinement », explique Jean-Louis Masson.

Pour l’élu national, cette crise a révélé la difficulté du métier de chef d’entreprise : « Je suis très admiratif du travail de M. Lombardot. C’est un chef d’entreprise motivé par la passion, qui a le souci de développer son Groupe. Être entrepreneur, c’est un perpétuel tracas ! Il faut beaucoup de courage pour être un entrepreneur en France, aujourd’hui. Et, pourtant, la France en a besoin à l’image de M. Lombardot, un homme qui sait déplacer des montagnes comme le montrent les 40 millions d’€ investis par le Groupe dans les sites automobiles de Toulon-Est » !

ROLE DES ELUS LOCAUX

Pour le parlementaire, les élus locaux ont un rôle à jouer dans la relance économique à venir. Et dans cette perspective, le rôle du parlementaire sera d’être le lien entre les territoires et Paris.
Et, il s’interroge : "Comment va-t-on pouvoir favoriser la reprise ? Par l’investissement, probablement. Les investissements des élus locaux doivent reprendre, maintenant que l’épisode des élections municipales est clôturé. Dans ce combat pour la reprise des investissements, je suis déterminé à être le porte-parole des collectivités."
Puis, il explique sa vision : « Avec quels leviers ? Par le plan d’investissements européen, le plan de relance français, par le rôle de l’État et de la Région Sud, et par les efforts consentis par le Département, pour l’accompagnement social, par le rôle de la Métropole et des communes. Cette visite m’a donné beaucoup d’espoir. Je sais que M. Lombardot est un chef d’entreprise qui va s’accrocher pour passer le cap de cette crise ».


Gilles Carvoyeur