#Agirpour : les conseils du Wilson Club pour changer ses habitudes managériales


Economie


12 juin 2020

Romy Hidreau a donné des conseils pour adapter ses habitudes managériales et sa com’

Adapter son management aux nouveaux besoins

Avec la crise du Covid-19 et toutes les conséquences que cela entraîne, beaucoup de choses changent. Les besoins et demandes ne sont plus les mêmes, « il est pourtant primordial pour les managers de s’adapter aux personnes à qui ils s’adressent pour répondre précisément à leurs attentes » indique Romy Hidreau.
Voici quelques conseils pour se rapprocher de ses collaborateurs :

- Faire preuve d’agilité, de flexibilité et de réactivité

« Il faut comprendre que les situations changeront toujours et il faudra en permanence s’adapter pour faire de son mieux  » entame la spécialiste. Un manager doit donc faire preuve de souplesse et de flexibilité envers les demandes de son entourage professionnel. Répondre vite et bien aux besoins, quitte à modifier son processus habituel, changer sa manière de penser, ses habitudes, prendre de nouveaux réflexes, «  ce ne sont pas les plus gros qui mangent les plus petits, mais les plus rapides qui mangent les plus lents. » illustre Romy Hidreau. Cette agilité à s’adapter, permettra à n’importe quel directeur d’innover et de trouver de nouvelles idées pour gérer au mieux son entreprise et anticiper les besoins de sa clientèle.

- Être transparent et à l’écoute

Il faut changer sa manière de manager. Ne plus procéder à un management descendant, c’est-à-dire un responsable qui ordonne à ses salariés, mais mettre en place un management participatif, où le responsable travaille avec tout le monde (équipes, collaborateurs, fournisseurs, etc). Il écoute les idées, les propositions, les avis, « plus les gens sont invités à participer et plus ils sont motivés. » Mais surtout, il doit faire preuve de transparence, y compris avec les clients, c’est un signe d’humilité. « La transparence, c’est dans les deux sens, il faut dire quand les choses vont bien, mais il faut aussi dire dans les choses ne vont pas bien, il faut dire quand on sait quelque chose et dire quand on ne le sait pas. »

- Co-construire, impliquer et rassembler

Échanger avec le reste de l’équipe est important, surtout avant les prises de grosses décisions qui concernent toute l’entreprise. Cela évite les changements brusques, les incompréhensions, les mauvaises surprises et éventuellement les conflits. « En ce moment plus que jamais on a besoin d’avoir nos équipes à nos côtés, la tempête n’est pas encore totalement passée. » Il faut rester au plus proche de ses coéquipiers pour co-construire l’avenir de la société.

-  Créer du sens et des valeurs

C’est le moment pour les chefs d’entreprise d’exposer clairement leurs valeurs et de redonner du sens à leur manière de travailler. « Les générations X ou Z que vous souhaitez embaucher, ces jeunes d’aujourd’hui, ont besoin d’être au service de quelque chose de bon, ils veulent être au service d’un monde plus chouette que celui d’aujourd’hui, c’est à vous de créer cet avenir » explique l’intervenante. Il faut imposer et bien entendu respecter ses valeurs. L’entreprise doit en être l’incarnation même.

Adapter son management en communiquant mieux

La communication interne est la clé de la réussite. Tout du moins, l’une des clés qui permettra à un responsable de construire un bel avenir avec ses équipes. «  Si le manager se sent bien, l’entreprise et les salariés se sentiront bien aussi, et inversement » explique Romy Hidreau. Voici quelques conseils pour favoriser l’entente et la bonne humeur au sein de son équipe :

- Savoir gérer ses émotions

« Et oui, quand on est entrepreneur, on a aussi des émotions, mais on ne doit pas se laisser piéger par elles. Cela a d’ailleurs été le vrai challenge du confinement » poursuit-elle. Le conseil que donne Romy Hidreau ? Lâcher prise ! C’est-à-dire, ne plus se prendre la tête pour des choses inutiles, se reconcentrer sur l’essentiel pour ne pas se rendre malade et surtout ne pas culpabiliser parce que l’on n’a pas réussi à faire tout ce que l’on avait prévu « c’est un gros travail à faire sur soi, c’est le plus difficile, mais il faut se "lâcher la grappe" et juste tenter de faire de notre mieux. »

- Faire preuve de courage

En tant que manager, il faut savoir prendre des décisions difficiles, même si elles sont impopulaires et il faut le faire sans culpabiliser, savoir dire oui, mais aussi savoir dire non quand c’est nécessaire. Demander des conseils à d’autres collègues est aussi un symbole de courage, il ne faut pas avoir honte « vous savez, aujourd’hui, il y a plein de managers de grandes enseignes qui demandent quotidiennement des conseils à leurs collègues, collaborateurs ou coachs, cela est tout à fait normal  » ajoute Romy Hidreau.

- Être bienveillant

Prendre soin de ses coéquipiers est essentiel. C’est le rôle premier d’un dirigeant : «  Pour que ça fonctionne, tout le monde doit se sentir bien. Surtout, après la période que l’on vient de vivre, il faut être d’autant plus vigilant aux potentiels risques psychosociaux. » Remercier et encourager ceux qui le méritent, éventuellement dire les choses sans agressivité ni reproches pour entrer dans une démarche positive de résolution des problèmes. « Il est important de redynamiser l’équipe. […] Leur offrir, par exemple, un poste de travail confortable en réglant, ce que j’appelle, le petit caillou dans la chaussure, les petits problèmes du quotidien (logiciel qui ne fonctionne pas, problème de connexion, imprimante non-fonctionnelle, etc). »

De nombreux conseils que Romy Hidreau a livrés avec joie et bonne humeur, « il y a tellement de choses à dire, mais je vous ai au moins parlé de l’essentiel  » termine l’intervenante en souriant.

Le Wilson Club organisera d’ici quelques semaines, une formation en présentiel pour approfondir cette thématique. Tous ceux qui souhaitent en savoir plus seront invités à se joindre à la réunion.


Marion Rolland