En mai, l’activité reprend fortement dans les entreprises


Economie


29 juin 2020

Une nette amélioration !

En mai, 5 % seulement des salariés étaient dans une entreprise dont l’activité s’était arrêtée, après 12 % en avril et 19 % en mars. Les entreprises dont l’activité a diminué de plus de moitié ne représentent qu’un quart des salariés (27 %, après 45 % en avril).

AMELIORATION NETTE

Cette amélioration est particulièrement nette dans les secteurs de la fabrication de matériels de transport (2 % à l’arrêt après 26 % en avril), de l’hébergement restauration (49 % à l’arrêt après 72 % en avril), de la construction (2 % à l’arrêt après 16 % en avril), ainsi que dans les plus petites entreprises (12 % à l’arrêt en mai après 26 % en avril dans les entreprises de 10 à 19 salariés).

Les causes de la chute d’activité esquissent le passage d’un choc sanitaire à un choc de demande. Les causes de chute d’activité évoquées sont la perte de débouchés (50 %, après 45 % en avril) ou les fermetures administratives (28 %, après 30 %), loin devant le manque de personnel pouvant travailler (stable à 14 %) et les difficultés d’approvisionnement (8 % après 11 % en avril).

Les difficultés rencontrées par les entreprises changent un peu de nature également : les difficultés liées à la gestion sanitaire se réduisent fortement, de même que celles relatives à l’approvisionnement, alors que celles liées à l’aval se stabilisent.

REDUCTION D’EFFECTIF CONTENUE

Au contraire, les difficultés liées au manque de débouchés augmentent à nouveau ce mois-ci, en particulier dans les secteurs de la fabrication de matériel de transport et de la fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques, de machines, et dans les secteurs liés à l’énergie.

Les réductions d’effectifs restent, comme en avril, contenues globalement, même si elles sont significatives dans certains secteurs, avec une forte hausse en mai dans l’hôtellerie-restauration. Elles passent majoritairement par le non-renouvellement de CDD.


Gilles Carvoyeur