Les préconisations du CESE pour construire les solidarités de demain


Economie


7 juillet 2020

La CESE a présenté ce jour 28 préconisations pour les solidarités de demain



Générations nouvelles : une co-construction citoyenne pour l’avenir

Dans une mission de collaboration et de participation citoyenne, le CESE a décidé d’inviter 30 citoyens français, tirés au sort, représentants la diversité du pays afin de co-construire cet avis. Aux côtés des experts du CESE, ils ont pu mener, débattre, s’instruire et confronter leurs idées sur différentes problématiques politiques, financières, sociétales, environnementales, qui forment les enjeux de demain.

28 préconisations ont été adoptées.
Propositions notamment centrées sur la panne de « l’ascenseur social » qui se définie par le cumul des inégalité des revenus, de patrimoines, d’accès aux droits fondamentaux, de faible mobilité sociale, etc, que l’État n’arrive pas à réduire et qui continuent de peser sur la situation sociale générale. La commission avance quelques pistes pour tenter de changer les choses.

Une collaboration efficace

Pour les rapporteurs du projet d’avis, la collaboration entre les experts du CESE et les citoyens était primordiale, «  le but était d’apporter collectivement des réponses aux problèmes identifiés surtout après que la crise sanitaire ait autant mis en avant l’importance des projets d’avenir collaboratif  » indique Jamal Teskouk. En à peine quelques mois, les différents acteurs ont dû s’entendre pour réussir à proposer une synthèse finale, « le groupe a créé, débattu et adopté son propre texte qui va être intégré dans l’avis que le CESE va envoyer au Premier ministre » ajoute Danielle Dubrac.
Cette initiative a été plus qu’appréciée par les citoyens tirés au sort. Nathalie fait partie du groupe qui a participé au projet et elle est la première à faire un retour sur cette aventure : « Nous voyons qu’il y a une rupture avec les pouvoirs politiques et économiques […] et ces recommandations s’adressent à tous. Nous voulons qu’elles incitent le gouvernement à reprendre contact avec la réalité du monde et du pays dans ses prises de décision. » La jeune femme tient à montrer que le système actuel a besoin d’être repensé, elle prend notamment l’exemple des manifestations : «  Tel est désormais le mode d’expression des citoyens. S’ils sont dans les rues, c’est parce qu’ils n’ont pas d’autres moyens d’expression, le vote ne représente plus ce que l’on pense. […] La modalité d’échange du groupe citoyen CESE a démontré la nécessité de créer une nouvelle démocratie. » Après avoir travaillé plusieurs mois sur ces problématiques majeures, la jeune femme estime que c’est maintenant qu’il faut prendre les choses en main : « Le 16 mars 2020, nous avons découvert comment un monde peut être ébranlé du jour au lendemain et nous devons agir maintenant, pour les nouvelles générations » a-t-elle annoncé avant de clore son discours.

Quelques exemples de préconisations :
- Refonte globale de la fiscalité dans le sens de la justice fiscale et de l’efficacité sociale, économique et environnementale
- Étude sur la création d’un droit à la formation au profit des jeunes qui auront arrêté leurs études et commencé à travailler entre 16 et 18 ans
- Proposition d’une approche multidimensionnelle de la mesure de la prospérité et du bien-être dans les sociétés, prenant en compte les besoins des générations futures
- Renforcement du rôle de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP)
- Demande que le financement de la perte d’autonomie des personnes âgées repose sur un socle renforcé de solidarité nationale et vise une meilleure couverture du reste à charge

Consultez le complet des recommandations ci-dessous


Marion Rolland