Euro de foot : bon pour le business, mais...


Actualités


6 mai 2016

Quatre matchs à Nice, sur les 51 inscrits au programme, et des milliers de spectateurs attendus à l’Allianz Riviera : l’Euro 16 de football constitue une opportunité pour l’économie locale. S’il fallait encore convaincre les entreprises azuréennes de l’intérêt de cet événement, le directeur du marketing de l’UEFA, Sébastien Klotz, est venu en personne mercredi en parler à la CCI-06 devant un parterre de patrons.

Pendant la compétition, douze millions de personnes seront reçues en France dans les stades et dans les fanzones. Deux mille entreprises originaires d’une centaine de pays ont réservé des places pour leurs relations publiques. Il y aura environ 150 millions de téléspectateurs par match. Tout cela fait de l’Euro l’une des manifestations sportives les plus suivies au monde...

« C’est bon pour le business et pour le moral car c’est une grande fête populaire » a assuré Sébastien Klotz qui invite les Alpes-Maritimes à profiter pleinement de cet effet d’aubaine. Il a notamment cité le match Espagne-Turquie qui sera joué dans la plaine du Var et pour lequel toutes les places se sont arrachées.

Cher le ticket
Des bémols tout de même dans cette communication bien orchestrée par l’UEFA : il n’y a plus aucun billet grand public en vente dans les réseaux. Les 100 000 derniers, proposés mardi matin sur internet, se sont envolés en quelques heures. Les entreprises ont encore quelques possibilités si elles veulent recevoir des invités en achetant des « packages-hospitalité ». Mais il leur faudra faire rougir la carte bancaire : à partir de 950 euros HT par personne pour certains matchs, et à partir de 1900 euros HT par personne pour ceux joués à Nice. Pas à la portée de tout le monde...

« Je n’ai aucun problème avec ces prix, je reconnais que c’est cher » confesse le responsable marketing de l’UEFA. « Il faut bien comprendre que les demandes affluent du monde entier et qu’à Hong- Kong ou ailleurs il y a des entreprises capables d’investir ces sommes ». Il s’est pourtant dit prêt à « rediscuter marginalement » le prix du package pour les matchs disputés à Nice, ce qui semble indiquer quelques fauteuils encore libres dans les loges et salonsVIP...

A ces tarifs, il est évident que les PME qui composent majoritairement le tissu économique local ne jouent pas dans la même division et n’ont pas les moyens de s’offrir même un petit strapontin pour leurs opérations de RP. Mais, « marginalement », elles espèrent bien profiter de la venue à Nice des supporters pour ne pas rester hors-jeu et au contraire engranger des recettes. Premier match le 12 juin, ce sera la Pologne contre l’Irlande du Nord.

- Jacques Gaborit (Fédé du commerce) « Nous voulons participer pleinement »
« Il y aura beaucoup de monde dans les fanzones. Ces personnes ne pourront pas assister aux matchs mais vont rester pendant plusieurs jours à Nice. Nous avons plus de 6000 commerces en ville. La question qui se pose aujourd’hui c’est : comment se joindre à cet événement ? Nous avons fait des propositions – affiches, T-shirts, drapeaux, concours, etc. – mais nous n’avons pas obtenu de réponse. L’Euro est une vitrine fabuleuse pour Nice. Il faut que les gens qui ne viennent que pour l’Euro aient envie de retourner sur la Côte d’Azur. En attendant, il faudrait que les commerces aient un visuel identifiant à l’Euro, que sur les comptoirs nous ayons un petit socle avec les drapeaux des équipes pour que nos visiteurs se sentent bien accueillis. Nous allons lancer une appli gratuite qui leur donnera des informations utiles ainsi que des ristournes et promos ».

- Fiona Gurrieri (Groupe VIP 360) « On hésite encore... »
« Notre entreprise est basée à Sophia où elle emploie sept personnes. Nous développons notre concept de réalité virtuelle et de vidéo à 360 degrés par des franchises. Pour l’Euro, l’offre de l’UEFA nous paraît intéressante : un accueil des invités, une loge, des prestations VIP. Mais le prix est conséquent, et nous n’avons pas encore décidé d’acheter ou pas des places. Cela nous permettrait de nous différencier, d’inviter des prospects pour faciliter les contacts et marquer les esprits par un beau cadeau » explique la responsable marketing de la société.

- Jacques Kotler (Commission commerce CCI) « On accompagne l’évènement »
« Pour les matchs disputés à Nice, toute la ville sera mise aux couleurs de l’Euro. Avec Atout France, cinq mille affiches seront distribuées aux commerces de la région pour accompagner l’événement. Des packs animation, avec des tombolas ou autres, seront mis en place pour créer du buzz ».