Menton : le festival de musique rassemble les meilleurs interprètes du moment


Vie locale


29 juillet 2016

Tous, ils sont tous passés par Menton, les grands interprètes de cette musique dite classique, mais qui finalement ne l’est pas tant que ça !
Les pierres du parvis Saint-Michel résonnent toujours des coups d’archet de Rostropovich et d’Isaac Stern, des arpèges sur les claviers bien tempérés de Marguerite Long et de Sviatoslav Richter… Mais ce qui est formidable, c’est qu’en bientôt soixante dix années d’un succès non démenti, ce festival a conservé toute sa fougue et son attrait en continuant à faire venir les plus grands musiciens du monde.

L’été 2016 est comme ses devanciers plein des promesses d’une programmation exceptionnelle qui va, sur dix sept soirées consécutives, entre le 30 juillet et le 14 août, charmer les oreilles les plus sensibles tandis que la lumière flottante des torches sur les murs de la basilique invitera le public à la rêverie en se laissant bercer par la musique.

Allez, juste quelques noms, pour donner l’envie d’acheter son ticket chic pour un choc émotionnel garanti : la chanteuse Ute Lemper accompagnée du quatuor Vogler, les pianistes Boris Berezowski pour un hommage à Richer et Nicholas Angelich avec le Quatuor Ebène, le violoniste Renaud Capuçon accompagné au piano par la jeune Khatia Buniatishvili pour un programme Dvorak, Grieg et Beethoven. Mais aussi les voix des King’s Singers qui se mettront au service du jazz comme de Debussy ou de Brahms, et encore Lars Vogt qui se verra confier le concert de clôture avec le Royal Northern Sinfonia pour un programme 100% Beethoven, concertos et 7ème symphonie.

Il y aura également huit concerts programmés en fin d’après-midi dans le musée Cocteau, autant d’occasions de découvrir de jeunes interprètes prometteurs, et une série de concerts « Off » organisés sur le square des Etats-Unis et sur l’esplanade Francis-Palmero.
Et des master-classes de violon se dérouleront du 5 au 10 août avec la Zakhar Bron School of Music. Ces séances pourront être ouvertes au public.


Jean-Michel Chevalier