Avril 2020 : un mois (...)

Avril 2020 : un mois "hors norme" pour les embauches en région PACA

A compter du 16/03/2020, en raison de la pandémie de COVID19, des mesures ont été prises par le gouvernement imposant la suspension d’un certain nombre de secteurs d’activité. Le mois d’avril est particulièrement hors norme car il correspond à un mois complet de confinement. Certaines entreprises sont plus exposées que d’autres en raison de la nature de leur activité ou de leur taille.

En bref

Les embauches chutent de 59,1% sur avril
➢ Tous les types de contrats sont touchés
➢ Les CDI et CDD d’un mois ou plus régressent fortement dans tous les départements de la région PACA
➢ Le secteur HCR et les services fortement impactés
➢ Un recul important des embauches dans les entreprises quelle que soit leur taille
➢ Profil des embauches : 62,1% des embauches en CDI sont des hommes

Les tendances

- Les mesures prises dans le cadre de la gestion de la crise du coronavirus ne sont pas sans incidence sur les embauches du mois d’avril 2020, en recul de 59,1% (tableau 1). Si tous les types de contrats sont touchés, les CDD de plus d’un mois régressent plus fortement (-70,4%), notamment en annuel -86%. A contrario, les CDD d’un mois ou moins, après une baisse de 3 points sur mars, représentent 73,4% des embauches d’avril et fléchissent moins fortement (-54,5%). Les CDI reculent de 66,1% et ne représentent que 15,4% des DPAE d’avril.

- Les CDD d’un mois ou moins régressent de façon légèrement moins prononcée. Leur poids dans les DPAE d’avril évolue mensuellement de +7 points, en faveur du secteur des services (graphique 3). Chacune de ses branches régressent en annuel de 60% à 100%, à l’exception des hébergements médico-social et social (-28,3%) et les activités pour la santé humaine (-30,1%), qui représentent respectivement 37,6% et 28,2% des déclarations d’avril 2020.

En avril, la situation exceptionnelle engendre de grosses difficultés pour les entreprises : l’évolution annuelle des DPAE est dans l’ensemble au mieux nulle, ou fortement en décroissance.

Pour les CDI, les transports de fret et services de déménagement accusent, malgré leur classement en tête de liste, une régression de -62,1%. Le commerce de détail en magasin non spécialisé suit la même tendance (CDI -68,5% et CDD longs -57,6%).

Les restaurants et services de restauration mobile, ainsi que les hôtels et hébergement similaire (CDD longs uniquement), maintiennent un nombre de DPAE supérieur à d’autres branches, alors qu’ils figurent également parmi les secteurs les plus en difficultés.

Le confinement a un impact visible sur les secteurs liés au tourisme, aux lieux conviviaux et aux loisirs. L’interdiction des déplacements, réduits au strict minimum, imposée à la population, conduit à une baisse importante du recours à des CDD longs dans le commerce de détail de carburants en magasin spécialisé. La fermeture des cantines et restaurants impacte également les besoins en renforts chez les fabricants de produits laitiers.

Le secteur du commerce

Les CDI relevant du secteur du commerce régressent de 73,9% (soit 3 840 DPAE en moins par rapport à avril 2019). Les CDD de plus d’un mois reculent un peu plus fortement de 79,5%, avec 4 300 déclarations en moins.

Aucune branche du secteur ne connaît une évolution annuelle positive sur le mois d’avril. Les plus impactées sont les autres commerces de détail en magasin spécialisé (-87,8% pour les CDI et -90,9% pour les CDD longs). Le commerce de détail en magasin non spécialisé comptabilise le plus d’embauches en CDI et CDD longs sur avril, mais régresse annuellement.

Le commerce de véhicules automobiles est en grande difficulté et ne représente plus que 5,5% des déclarations du secteur.
L’impact de la crise est favorable au commerce de produits alimentaires, de boissons et de tabac qui représente désormais 11,2% des DPAE d’avril en CDI et 10,2% en CDD longs.

Le secteur de la construction

Le secteur de la construction enregistre une nette régression annuelle des embauches en CDI (-73,1% avec 2387 DPAE en moins) et en CDD de plus d’un mois (-73,7%).

La tendance annuelle à une forte baisse est généralisée dans le domaine de la construction. On retrouve notamment les travaux de finition (-78,6% pour les CDI et -79,5% pour les CDD longs), les travaux d’installation électrique, plomberie et autres travaux d’installation (-81,5% pour les CDI et - 68,1%), fortement concernés par les mesures de distanciation sociale mises en place dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Les chiffres dépeignent également les projets à l’arrêt avec une forte chute des embauches dans la construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels et l’activité de démolition et préparation des sites, et ce pour tous type de contrat. En nombre de DPAE, ce sont les autres travaux de construction spécialisés qui enregistrent la plus grande baisse (-779 pour les CDI et -567 pour les CDD de plus d’un mois).

Le secteur des Hôtels, Cafés et Restaurants (HCR)

En avril, ce secteur est de loin le plus en difficulté avec un recul annuel de 94,7% pour les CDI (dont les DPAE chutent de 5 929) et de 94,8% pour les CDD de plus d’un mois, avec 15 880 déclarations en moins

Net recul des DPAE enregistrés sur avril pour ce secteur : seulement 335 en CDI et 868 en CDD de plus d’un mois. La restauration traditionnelle, contrainte de fermer temporairement ses établissements pour respecter les consignes de distanciation sociale, perd 2370 déclarations en CDI et 6937 en CDD longs, par rapport à avril 2019.

Cette perte profite à la restauration de type rapide qui pèse pour 37,9% des embauches en CDI d’avril, mais aussi aux hôtels et hébergement similaire qui représentent 45,6% des DPAE en CDD de plus d’un mois. Les embauches en CDI des débits de boissons sont les plus en recul annuellement (- 96,5%). Cette branche d’activité est sortie du graphique des principales embauches en CDD de plus d’un mois, au profit des terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs, qui représentent 12% des DPAE d’avril pour ce type de contrat.

Le secteur de l’industrie

Les embauches dans l’industrie sont également impactées. Les activités de certaines branches sont détournées dans l’urgence. Les CDI diminuent de 72,7% par rapport à avril 2019, et les CDD de plus d’un moins reculent de 79,8%.

Seule l’industrie pharmaceutique enregistre une évolution annuelle des embauches en CDI nulle. Pour les embauches du secteur, les reculs sont très importants notamment pour les industries agro-alimentaires (-82,6% pour les CDI et -83,8% pour les CDD de plus d’un mois). Elles étaient déjà en grande difficulté sur mars. L’industrie chimique régresse par rapport à avril 2019. Cependant, elle représente 7,8% des déclarations en CDI et 10,3% en CDD longs et gagne près de 4 points. Dans l’urgence certaines entreprises ont dû se mobiliser pour fabriquer des respirateurs : ce qui explique l’arrivée au top 5 des CDI des fabricants de matériels de transport, qui détrônent la métallurgie et fabrication de produits métalliques. Le besoin en CDD de plus d’un mois chute moins fortement pour la branche de bois et papier qui participe à la fabrication de masques.

Le secteur des services

La baisse des déclarations pour ce secteur est très importante : -8 588 des DPAE en CDI et -10 455 en CDD longs.

Aucune branche de ce secteur n’est épargnée par la crise liée au COVID19. Les activités de services administratifs et de soutien comptabilisent le plus grand nombre de DPAE sur avril en CDI et CDD de plus d’un mois, malgré une régression importante avec respectivement -65,4% et -82,1%. La baisse constatée en mars des embauches en CDD longs dans les transports et entreposage se poursuit tandis que les CDI sont un peu plus représentés dans les déclarations d’avril.
Ils contribuent à la circulation de matériels et de malades sur l’hexagone. Les activités relevant de l’action sociale et hébergement médico-social et de la santé humaine sont très représentées malgré un fort recul annuel. Pour les CDD longs, leur part dans les déclarations d’avril évolue respectivement de +10 et +6 points. Les activités juridiques, de conseil et d’ingénierie comptabilisent 590 DPAE.

Embauches et territoire

Tous les départements enregistrent une baisse annuelle importante des embauches qu’elles soient en CDI ou en CDD de plus d’un mois. Si les Alpes-de-Haute-Provence affichent un recul (–67,7%) des CDI, moindre par rapport aux autres départements de la région, elle reste dans la moyenne pour les CDD de plus d’un mois (-84,9%), contrairement aux Hautes-Alpes (-73,1%). La tendance de mars se poursuit dans les Alpes Maritimes qui, avec le Var, enregistrent les plus fortes baisses du nombre de DPAE, quel que soit le type de contrats. Les embauches dans les Bouches-du-Rhône affichent des reculs moins importants par rapport à la moyenne régionale, alors qu’elles représentent 48,5% des CDI et 35,8% des CDD longs.

Les entreprises

Les CDI par taille d’entreprise
Les embauches en CDI baissent de 74,8% par rapport à avril 2019. Elles régressent le plus fortement dans les entreprises de 10 à 49 salariés (— 79,8%). Les embauches dans les entreprises de plus de 250 salariés sont en recul (-65,5%) mais de façon moins marquée : elles représentent 26,6% des DPAE.
Les embauches dans les entreprises de plus de 50 salariés sont particulièrement concentrées dans le secteur des services (71,1% pour les entreprises de 50 à 249 salariés et
68,3% pour les plus de 250 salariés). Les embauches liées au secteur HCR sont plus nombreuses dans les entreprises de moins de 50 salariés, à l’origine de leur importante régression.

Les CDD de plus d’un mois par taille d’entreprise
Les embauches en CDD de plus d’un mois diminuent en annuel de 86%. Ce sont les entreprises de moins de 49 salariés qui enregistrent les plus fortes baisses annuelles : -88% et pour les moins de 10 salariés -87,8%. Ces dernières représentent 33,3% des embauches sur avril 2020. 61% des entreprises de plus de 250 salariés ont pour branche d’activité les services. Elles enregistrent sur avril une évolution annuelle de -80,4%. Le
recours à des CDD de plus d’un mois dans le secteur de la construction est particulièrement concentré dans les entreprises de moins de 10 salariés.

Les profils des embauches en CDI
Les hommes représentent 62,1% des embauches en CDI, en annuel leur régression (-72,6%) reste moins marquée que celle des femmes (-77,8%).
Les femmes de moins de 25 ans sont les plus exposées au recul des embauches, avec -86,9%. Dans une moindre mesure, cette tranche d’âges est également la plus impactée chez les hommes. Quel que soit leur âge, l’embauche des femmes régresse plus fortement que pour les hommes.

Les profils des embauches en CDD de plus d’un mois
L’écart entre les hommes et les femmes est moins marqué mais demeure favorable aux hommes, qui représentent 53,2% des embauches en CDD d’un mois ou plus pour le mois d’avril 2020.
femmes et les hommes âgés de moins de 25 ans jusqu’à 34 ans qui restent les plus exposés à la baisse des embauches en CDD longs (en recul de près de 87% pour tous). Pour les femmes, les déclarations d’avril sont principalement concentrées sur le secteur des services (56,9%), contre 38,8% des pour les hommes. Les femmes sont donc très présentes dans les services (56,3%), mais également dans le commerce (51,8%). A contrario, les secteurs de la construction et de l’industrie ont plus recours à des renforts masculins avec respectivement 94,2% et 62,2%.

Téléchargez ci-dessous le document complet avec les indicateurs graphiques

Visuel de Une : plongeon historique des embauches en raison du confinement en avril 2020. Seul le commerce de produits alimentaires a embauché en avril (illustration DR)

deconnecte