Les embauches chutent de

Les embauches chutent de -22% sur mars en région PACA hors intérim

L’Urssaf Paca vient de dévoiler son "Flash embauches : Repèr’Embauches" de mars, et les chiffres ne sont pas bons comme l’on s’y attendait. A compter du 16/03/2020, en raison de la pandémie de COVID19, des mesures ont été prises par le gouvernement imposant la suspension d’un certain nombre de secteurs d’activité. Les entreprises encourent des risques vitaux du fait de la crise du coronavirus. Certaines sont plus exposées que d’autres en raison de la nature de leur activité ou de leur taille. La situation des embauches de la région subit frontalement le contexte actuel.

En bref

- Les embauches chutent de -22% sur mars
- Tous les types de contrats sont touchés
- Les CDI et CDD d’un mois ou plus régressent dans l’ensemble du département
- La santé et la recherche : hausse des recrutements en CDD de plus d’un mois
- Les entreprises de moins de 10 salariés : plus disposées à recruter
- Profil des embauches : 58,3% des embauches en CDI sont des hommes

Les tendances

Les mesures prises dans le cadre de la gestion de la crise du coronavirus ne sont pas sans incidence sur les embauches du mois de mars 2020, en recul de 22%.
Si tous les types de contrats sont touchés, les CDD de plus d’un mois régressent moins fortement (-3%), alors qu’ils baissent de 30,3% en annuel. Les CDI constituent 18,5% des embauches de mars et reculent de 21%. En annuel, ils régressent moins fortement que l’ensemble des contrats à durée déterminée.
Les CDD de moins d’un mois, représentent 66% des embauches et perdent 3 points au profit des CDD longs : Ils s’affichent comme étant les plus impactés par la crise. Cependant, ce type de contrat est majoritairement utilisé par les services (graphique 3), dont les très représentés « hébergement médico-social » et « activités pour la santé humaine » qui ne suivent pas la même tendance, avec respectivement +10% et +2%.

Les secteurs d’activité les plus dynamiques

En mars, la conjoncture est devenue difficile pour les embauches, certaines branches d’activité restent dynamiques avec des variantes selon la nature du contrat.
- On retrouve sans surprise des secteurs liés à la situation d’urgence face au COVID- 19 (l’hébergement social et médicalisé, les activités hospitalières) mais également pour les CDI des métiers liés à la fabrication d’autres produits alimentaires, l’informatique et la sécurité privée.
- Le secteur des études de marché et sondages connaît la plus forte progression pour les CDD de plus d’un mois bien que cette branche soit peu représentée dans les services, mais elle répond à un besoin actuel.

Les secteurs d’activité les plus en difficultés

- La décision du gouvernement d’imposer un confinement à l’ensemble de la population a entraîné la fermeture temporaire de lieux conviviaux, liés au tourisme, mais aussi à la culture, aux loisirs et au sport. Les secteurs les plus en reculent appartiennent à ces domaines d’activité quel que soit le type du contrat.
- Les autres activités de nettoyage ont fortement chuté en raison notamment de l’arrêt ou la forte baisse de fréquentation des transports et lieux de loisirs.

Le secteur du commerce

Les CDI relevant du secteur du commerce perdent 574 postes par rapport à mars 2019 (-12,4%). Cette baisse est plus importante pour les CDD de plus d’un mois, en recul de 23% (861 postes en moins).

Les activités du secteur du commerce qui ont enregistré le plus d’embauches sur mars sont quasiment identiques quelle que soit la nature du contrat, avec cependant un ordre hiérarchique différent.
Le commerce de détail alimentaire en magasin spécialisé, qui représente près de 9% des embauches de ce secteur en CDI, est le seul à enregistrer une évolution positive annuelle (2,3%), alors qu’il est en net recul de 21% pour les CDD longs.
Le commerce de détail en magasin non spécialisé compte le plus d’embauches sur mars en CDI, mais régresse de 4% en annuel, tandis que les CDD de plus d’un mois, qui lui sont rattachés, progressent fortement par rapport à mars 2019 (+23,6%).
Parmi ces cinq principales activités, celle qui est la plus en difficulté est le commerce de détails d’autres équipements du foyer en magasin spécialisé, en recul de 21,3% pour les CDI et 40,3% pour les CDD de plus d’un mois.

Le secteur de la construction

Le secteur de la construction enregistre une nette régression de 26,1% des embauches en CDI et de 30,9% pour les CDD de plus d’un mois, par rapport à mars 2019.

La tendance annuelle à la baisse est généralisée dans le domaine de la construction. On retrouve notamment les travaux de finition (-36,5% pour les CDI et -29,4% pour les CDD longs), les travaux d’installation électrique, plomberie et autres travaux d’installation (-19,9% pour les CDI et - 24,1%), fortement concernés par les mesures de distanciation sociale mises en place dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus.
- Les chiffres dépeignent également les projets à l’arrêt avec une forte chute des embauches dans la construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels et l’activité de démolition et préparation des sites, et ce pour tous type de contrat.

Le secteur des Hôtels, Cafés et Restaurants (HCR)

En mars, une baisse de plus de 49% des CDI et de plus de 45% pour les CDD de plus d’un mois est observée par rapport à la même période sur 2019.

Les mesures mises en place par le gouvernement face au COVID-19 ont des répercutions incomparables sur les métiers des Hôtels, Cafés et Restaurations.
Les préconisations appliquées dès le 16/03/2020 laissent présager des baisses encore plus importantes sur les prochains mois.

- Les CDI relevant des services des traiteurs maintiennent un nombre d’embauches identique à celui de 2019, détrônant l’hébergement touristique et autre hébergement de courte durée, ainsi que les autres services de restauration historiquement mieux positionnés et qui régressent fortement en annuel (respectivement -44,4% et -54,8%).
- Les hôtels et hébergement similaire enregistrent le plus fort recul du nombre d’embauches en CDI avec -69,2%.
- La baisse des recours à des CDD de plus d’un mois est particulièrement marquée dans la restauration traditionnelle et la restauration de type rapide qui accusent une baisse de plus de 50%.

Le secteur de l’industrie

Les embauches dans le secteur de l’industrie sont également impactées par le contexte mais de façon plus mesurée.
Les CDI diminuent de 13,2% par rapport à mars 2019, et les CDD de plus d’un moins reculent de 23,9%

- Parmi les activités ayant eu le plus recours à l’embauche de CDI, la production et distribution d’eau, assainissement, gestion des déchets et dépollution, ainsi que l’industrie chimique affichent une légère hausse (+0,15%). Si cette tendance ne se confirme pas pour l’embauche de CDD de plus d’un mois dans la première activité (-35,6%), concernant l’industrie chimique celle-ci a recruté +6,5% de CDD longs par rapport à la même période de 2019 et intègre le tableau de tête en lieu et place des industries de bois et papier (en recul de 1%).

- Ce sont les industries agro-alimentaires et l’industrie du meuble et réparation et installation de machines qui enregistrent les plus forts reculs annuels avec respectivement -8,3% et -5,1% d’embauches en CDI. Concernant cette seconde activité, elle a également réduit considérablement ses besoins en CDD de plus d’un mois (- 30%).

Le secteur des services

Ce sont les industries agro-alimentaires et l’industrie du meuble et réparation et installation de machines qui enregistrent les plus forts reculs annuels avec respectivement -8,3% et -5,1% d’embauches en CDI. Concernant cette seconde activité, elle a également réduit considérablement ses besoins en CDD de plus d’un mois (- 30%).
Dans ce secteur, les embauches en CDI diminuent en annuel de -15,8% et les CDD de plus d’un mois de -21,5%.

Si l’ensemble des embauches en CDI dans les principales activités du secteur des services régresse par rapport à la même période de 2019.
- Concernant les activités en lien avec la santé, notons qu’elles privilégient les recrutements de CDD de plus d’un mois (action sociale et hébergement médico-social +13,43% et activités pour la santé humaine +4,68%).
- Les activités de services administratifs et de soutien (-22,4%) sont les plus impactées quel que soit le type de contrat.
- Le domaine professionnel des principales activités change également : les autres services et les arts spectacles et activités récréatives, occupant jusqu’alors les cinquième et sixième rangs, dégringolent dans le classement au profit de secteurs en lien avec la recherche et la santé.
- Les transports et entreposage rencontrent également des difficultés et ont moins recours à des CDD de plus d’un mois (-28,7%)

Embauches et territoire

Tous les départements enregistrent une baisse annuelle importante des embauches qu’elles soient en CDI ou en CDD de plus d’un mois.
- Si les Alpes-de-Haute-Provence affichent un recul (–11,7%) des contrats à durée indéterminée moindre par rapport aux autres départements de la région, elle reste dans la moyenne pour les CDD de plus d’un mois (-30,8%), contrairement aux Hautes-Alpes (-14%).
- Ce sont les Alpes-Maritimes qui régressent le plus fortement que ce soit pour les CDI (-30,9%) ou pour les CDD longs (-40,3%).
- Les embauches dans les Bouches-du-Rhône affichent des reculs moins importants par rapport à la moyenne régionale, alors qu’elles représentent 45,2% des CDI et 36,4% des CDD longs.

Les profils des embauches en CDI

Les hommes représentent 58,3% des embauches en CDI, en annuel leur régression (-22,8%) reste moins marquée que celle des femmes (-24.9%).

Les profils des embauches en CDD de plus d’un mois

L’écart entre les hommes et les femmes est moins marqué mais demeure favorable aux hommes, qui représentent 51,2% des embauches en CDD d’un mois ou plus pour le mois de mars 2020.

Le détail complet avec graphiques et infographies à lire ci-dessous

Visuel de Une : les chiffres d’avril devraient être encore moins bons... DR

deconnecte