Plage du Ruhl : la (...)

Plage du Ruhl : la saga de la famille Malacarne

  • 18 mai 2016

Depuis près de cent ans, elle gère avec succès cet « hôtel de jour » sur les galets de la Baie des Anges et en a fait une adresse prisée.

« Nous pouvons dire que nous sommes un hôtel de jour puisque nous louons... des matelas » aime à dire Robert Malacarne, 71 ans, qui dirige la plage du Ruhl depuis près de 38 ans. « Mon grand-père, Alfred Malacarne, qui a créé l’OGC Nice en 1904, a ouvert la plage Ruhl en 1920, pour Emmanuel Martinez, patron de l’hôtel Ruhl, raconte le plagiste. Il l’a gérée pendant trois ou quatre saisons avant de la racheter à M. Martinez ».

Le père de Robert, Alphonse Malacarne, qui était promoteur immobilier, a pris la suite en 1955. Puis Robert a repris le flambeau après avoir travaillé dans l’hôtellerie en Allemagne, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Il est revenu en 1978 sur la Côte d’Azur à l’âge de 33 ans : « Mon père s’est retiré petit à petit et nous a laissé la main tranquillement à ma sœur et à moi ».

Les plages appartenant au domaine public maritime de l’État, leur exploitation tou- ristique est soumise à une réglementation particulière et fait l’objet d’une concession. « Elle est régie par la mairie qui fixe un loyer, un droit d’exploitation du domaine maritime et auquel s’ajoute une part variable. Nous sommes sous-traitants de la mairie. Nous répondons à un appel d’offre tous les douze ans ».

Des projets pour l’avenir
De quoi construire une entreprise solide malgré les aléas dus à la météo : « La mer est parfois mauvaise, elle peut être là en moins d’une demi-heure. Le 4 mai 2010, elle est arrivée en dix minutes. Heureusement, tout était fermé. Mais on a perdu les planchers, les chaises, des tables ».

Autour de Robert, sa sœur Claudine, 80 ans, et son épouse Marie-José qui s’occupe de la comptabilité. Ainsi que leur fils Fabien, 25 ans, chargé de l’opérationnel. « Nous passons de deux salariés l’hiver à près de 45 en plein été, sans compter les extras. Nous avons comptabilisé jusqu’à cent fiches de paye certains mois » annonce Fabien qui a des projets pour l’avenir : « Nous voulons créer un deuxième bar à l’extérieur, refaire toutes les cuisines pour accueillir des groupes plus nombreux et refaire la structure du toit » explique le fils Malacarne. Fabien retrouve son père autour d’une table sur la terrasse de la plage : « La plage c’est ma danseuse, disait mon père, », sourit Robert Malacarne. C’est comme une hôtellerie de jour. Et quand on est fermé, trois mois par an, je passe quand même tous les matins pour relever le courrier ».

Ouvert de début mars à mi-novembre, fermé le dimanche soir. Carte 20 euros environ (plat). Breakfast 16 euros. Matelas : 21 euros. Matelas + parasol : 27 euros. Matelas + parasol + drap de bain : 32 euros.

Des people...en toute discrétion
Robert Malacarne se souvient des personnalités qui ont fréquenté sa plage : « Nous avons reçu notamment Romy Schneider, Alain Delon, Jean Dujardin, PPDA, Yannick Noah. Tous viennent en famille, en toute discrétion .Il y a trois ou quatre ans, on a eu Jacques Chirac, très poli, très sympathique ». Au Ruhl Plage, pas de soirées à thèmes, « mais nous pouvons recevoir jusqu’à 600 personnes par soir. Le 4 juin, nous recevons le Fes- tival du Livre le midi et l’OGC Nice le soir ! »

- Le patron
Robert Malacarne
Né en 1945 à Turin
Marié à Marie-Jo, trois enfants : Fabien, Thibaut et Romain
A travaillé dans l’hôtellerie à l’étranger. Succède à son père Alphonse en 1978.

- Les chiffres
2 M€ de chiffre d’affaires
2 salariés l’hiver
environ 45 salariés l’été
1 500 m2 surface des locaux sous le trottoir de la Prom
250 transats

-  Les pourcentages
Fréquentation
midi : 80%
soir : 20%
restauration 75%
matelas 25%

Pierre BROUARD
Photo : PB / Robert Malacarne, patron de la plage du Ruhl à Nice depuis 38 ans.

deconnecte