La COVID-19 détectée (...)

La COVID-19 détectée par l’intelligence artificielle à partir d’un échantillon de toux ?


Depuis l’arrivée de la Covid-19 au printemps dernier, des chercheurs du MIT à Boston ont planché sur un projet étonnant : une application permettant de réaliser un pré-diagnostic de contamination par la Covid-19. Leur dispositif fiable permet de détecter aussi bien les cas asymptomatiques que sains, sur un simple échantillon vocal de toux. L’intelligence artificielle va-t-elle mettre fin aux tests PCR ?

Conçue par des chercheurs de l’Institut Technologique du Massachusetts (MIT), cette intelligence artificielle permet non seulement d’établir un pré-diagnostic, mais aussi de détecter les cas asymptomatiques des cas sains. Tout ça, grâce à une simple analyse de toux et d’un réseau de neurones artificiels. Les micromodulations de la toux, indiscernables à l’oreille humaine, peuvent être repérées et interprétées par la série d’algorithmes de cette IA. Réalisé à partir de systèmes déjà existants utilisés pour détecter les symptômes liés à la maladie d’Alzheimer, les chercheurs américains se sont basés sur un réseau de neurones artificiels interconnectés, sur trois couches. La première permet d’analyser la force vocale du son traité. La deuxième, identifie s’il y a un déclin neurologique par rapport au caractère émotionnel du son. Et la troisième, permet de détecter une faiblesse respiratoire dans la voix. Ensemble, ces trois neurones permettent d’identifier les « biomarqueurs acoustiques » typiques de la COVID-19, et donc, de poser un pré-diagnostic.

Vers un diagnostic sans contact ?

Les chercheurs à l’origine de cette intelligence artificielle affirment avoir rassemblé «  la plus large banque sonore de toux de malades de la COVID-19  », dans la publication de leurs travaux dans le IEEE Open Journal of Engineering in Medecine and Biology. Entrainée sur plus de 5 000 enregistrements téléphoniques de toux forcées, la machine enregistre un taux de précision quasi optimale : 98,5% des personnes décelées positives ont effectivement contracté le virus, et 100% des personnes asymptomatiques ont été correctement décelées. De plus, sa technologie permet de reconnaitre précisément la COVID-19 et de la différencier d’autres pathologies tel le rhume ou autres pathologies saisonnières.
« Cette technique par l’IA peut produire un diagnostic en temps réel, gratuit, non invasif (comme c’est le cas des tests PCR), et disponible rapidement  », soutiennent les chercheurs dans la revue Scientifique américaine. Par ailleurs, ils expliquent également que «  ce dispositif de détection peut aussi améliorer l’approche d’endiguement de la propagation du virus par isolement et distanciation ». Les chercheurs du MIT espèrent pouvoir intégrer leur solution à une application mobile, sous réserve qu’elle soit approuvée par la Food and Drug Administration (qui autorise la commercialisation des médicaments sur le territoire des États-Unis).

Tousser devant notre smartphone pourrait demain nous permettre de savoir gratuitement et de manière non invasive si l’on doit s’isoler et se faire soigner rapidement.

Visuel de Une : l’analyse des micro-ondulations de la voix pourrait permettre de faire un pré-diagnostic fiable, rapide et gratuit des cas de Covid DR

deconnecte