L’entreprise

Identification

12 octobre 2017

Jacques Kotler : "le (...)
Jacques Kotler : "le CGA-06 apporte de nombreux avantages à ses adhérents"
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

Fort de 10 000 membres, le Centre de Gestion Agréé 06 est l’un des plus importants de France. Il vient de fêter ses 40 ans et n’est pas prêt à s’arrêter en si bon chemin...

Pour les quarante ans du Centre de Gestion Agréé 06, le président Jacques Kotler, la trésorière Emmanuelle Viano et le commissaire aux comptes Yves Honoré ont reçu pas moins de huit cents invités au Palais Acropolis la semaine dernière.

Pour les Petites Affiches, le président du CGA évoque l’actualité du centre, l’un des plus importants de France.

Historiquement, qu’est-ce qui a conduit à créer le CGA ?

À l’époque, les commerçants et les artisans étaient fiscalement pénalisés parce qu’ils ne bénéficiaient pas du même abattement de 10% que les salariés. La loi de 1978 a donc permis de créer les CGA. Il en existe une centaine en France, qui représentent 300 000 entrepreneurs, principalement des TPE. Dans ce département, notre CGA a été créé à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie, de l’Union Patronale et des experts comptables. Il présente la particularité d’être présidé par un membre élu de la CCI.

Comment le CGA aide t-il les dirigeants à mieux maîtriser leur environnement fiscal, économique, légal, réglementaire ?

Nous sommes très proches des PME commerciales et artisanales. En adhérant chez nous, les entreprises ne sont pas assujetties à la surtaxation de 1,25%, ce qui constitue un avantage. Nos
adhérents peuvent aussi déduire de leurs impôts les frais de comptabilité, ainsi que la rémunération du conjoint travaillant dans la
petite entreprise. Nous leur offrons des formations gratuites : gestion, lois de Finances, lire et interpréter un compte d’exploitation ou un bilan. Nous proposons aussi des formations spécifiques à une profession. Par exemple cette année pour les restaurateurs, les pharmaciens, les agents immobiliers... Et, depuis quatre ans, des formations en langue (anglais, espagnol, italien, russe) de tous niveaux. Les formateurs proposent des ateliers orientés vers les conversations d’affaire, de tourisme. C’est vraiment de l’opérationnel. Seules les formations en informatique, qui sont parfois lourdes, sont payantes, ainsi que les langues, mais elles peuvent être remboursées dans certains cas.

La loi de modernisation de l’économie rebat-elle les cartes ?

Elle donne beaucoup plus de travail aux CGA car elle a rajouté de nouvelles missions. En plus du contrôle des TVA déclarées, il y a maintenant aussi l’EPS (Examen Périodique de Sincérité). Ces nouvelles responsabilités permettront, à partir de janvier 2018, de bénéficier de statistiques fiables. Les CCI et la Banque de France ont certes des bases de données, mais aujourd’hui personne ne dispose encore des bénéfices commerciaux des petites entreprises. Ce sont pourtant des éléments importants, dont nous disposerons.

Cela se traduit comment pour les adhérents ?

Ils bénéficient d’une vérification approfondie de leur comptabilité. Si l’on découvre une anomalie, on appelle d’abord l’expert comptable et ensuite le client. De cette façon, les choses se rétablissent facilement. C’est pourquoi nous avons de très bons rapports avec l’administration fiscale qui siège d’ailleurs à nos conseils d’administration.

Justement, en assurant la régularité des comptes, le CGA évite-t-il les contrôles fiscaux ?

Avec toutes les vérifications que l’on doit effectuer, il y a rarement de problèmes. Nous sommes parfois alertés par des situations particulières, comme une baisse brutale du chiffre d’affaires d’une entreprise. Vérifications faites, elle a pu être causée par une maladie du dirigeant de la TPE qui a été obligé de cesser son activité sur une période. Si l’on ne regarde que les chiffres, on ne comprend pas les anomalies. Toutes ces vérifications se terminent par un "compte rendu de bilan" qui, pour moi, est plus important et plus complet qu’un bilan. Le dossier EPS (Examen
Périodique de Sincérité) est téléchargeable sur internet pour l’adhérent. S’il a besoin d’un prêt pour se développer, il peut le présenter au banquier car il est plus approfondi et donne plus d’explications que le bilan.

Pourquoi le CGA-06 a t-il beaucoup de loueurs en meublés non professionnels parmi ses adhérents ?

Effectivement, ils viennent de toute la France pour bénéficier de notre expérience. On leur fournit un travail reconnu, qui leur permettra de bénéficier d’un abattement de 915 euros par an.

L’avenir du CGA 06 ?

Nous allons embaucher. Il nous faudra au moins deux analystes complémentaires pour réaliser toutes les missions.

Propos recueillis
par J.-M. CHEVALIER

Photo de Une Jacques Kotler © Courtesy CCI 06

deconnecte