Revivre le passé à travers

Revivre le passé à travers ses odeurs


Une équipe d’historiens, de parfumeurs et de spécialistes en Intelligence Artificielle a fait le pari fou de recréer les odeurs que l’on pouvait sentir dans les rues d’Europe du XVIe au XXe siècle. Un projet nommé Odeuropa, né en Angleterre, qui devrait commencer ses recherches dès le début de l’année 2021.

Que pouvait-on sentir dans les rues de Londres, Paris ou Amsterdam quelques siècles en arrière ? C’est à cette question que les membres du projet Odeuropa cherchent à répondre et mieux, en proposer une démonstration olfactive. Tous ont associé leurs talents et leur expertise dans l’objectif de recréer, de la manière la plus proche possible, les senteurs que l’on pouvait humer entre le XVIe et le XXe siècle. On pourra retrouver des odeurs de vieux cigares, les effluves de parfums d’époque, celles des épices ou de répulsif contre la peste au romarin, et d’autres senteurs moins agréables pourtant omniprésentes dans le paysage olfactif des siècles passés comme l’odeur nauséabonde des matières fécales ou des restes de viandes avariés jetés à même la rue par les bouchers d’autrefois.

L’utilisation de l’intelligence artificielle


Pour recréer ces senteurs perdues, l’équipe a choisi de faire appel à l’Intelligence Artificielle. La première étape, qui sonnera le début du projet en janvier prochain, sera de développer un algorithme capable de scanner et d’analyser de vieux écrits d’histoire à la recherche de descriptions d’odeurs. « Une fois que l’on commence à regarder dans les anciens textes publiés en Europe depuis les années 1500, on se rend vite compte du nombre important de références faites aux odeurs, des senteurs associées à la religion, comme l’encens, ou des effluves de tabac », explique William Tullett, chercheur à l’Université de Cambridge, membre du projet Odeuropa et auteur du livre « Smell of Eighteenth-Century England  » au Guardian. Cet algorithme futur, devrait également permettre de repérer certains éléments olfactifs dans les peintures d’époque. Qui ne s’est jamais demandé comment pouvait bien sentir le champ de bataille de Waterloo ? En principe, cette technologie serait en mesure de lever le voile sur cette interrogation.

Une expérience immersive à destination des musées ? 


Une fois le recensement des odeurs terminé, l’équipe de chercheurs dit vouloir recréer, de manière synthétique, les odeurs identifiées par l’IA afin de pouvoir les diffuser dans les musées d’Europe. Une initiative qui ferait des visites un enchantement des sens. Une expérience inédite totalement immersive où le visiteur, plongé dans la contemplation d’une toile, pourrait être amené à sentir, littéralement, l’ambiance se dégageant d’une toile. Il faudra cependant attendre quelques années avant de pouvoir vivre, ou humer, cette expérience dans les musées européens. Patience, patience.

Visuel de Une : pourra-t-on bientôt sentir l’odeur du feutre gris, posé sur la tête de cet autoportrait de Van Gogh ? ILLUSTRATION DR

deconnecte