Droit

Identification

16 septembre 2019

Le Barreau de Grasse (...)
profil
Proposé par Valérie Noriega
Les Petites Affiches

Le Conseil de l’Ordre du Barreau de Grasse a décidé de suivre l’appel à la mobilisation lancé par le Conseil National des Barreaux et la Conférence des Bâtonniers, en réaction au projet de réforme des retraites.
Ce lundi 16 septembre 2019, les avocats du Barreau de Grasse sont appelés à observer une journée de grève : il n’y aura aucune désignation, aucune commission d’office et les dossiers seront renvoyés.
Une délégation d’avocats du Barreau de GRASSE est en route pour rejoindre la manifestation organisée à Paris par le Conseil National des Barreaux aux cotés d’autres professions (pilote de ligne, chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes,
podologues, infirmiers, médecins, ….)

Dans un communiqué de presse le Bâtonnier Roland RODRIGUEZ explique les raisons de cette participation : "Les propositions du rapport DELEVOYE sur les retraites constituent un véritable casus belli pour la profession d’Avocat.
La retraite des avocats s’organise autour d’un régime autonome (et non spécial).

Ce régime, quasiment séculaire, s’autofinance pleinement, sans aide de l’Etat ou du régime général.
Bien au contraire, il se distingue de l’aveu même des pouvoirs publics par sa solidarité tant en interne de la Profession qu’à l’égard des autres professions dont il abonde les caisses déficitaires.
En effet, un tiers des cotisations annuelles (soit 80 millions €) viennent compenser les régimes déficitaires.
La démographie de la Profession et la gestion prévoyante de la Caisse permettent également d’assurer à chaque avocat une retraite de base de 1400 euros, quel que soit les difficultés rencontrées dans la carrière ou le niveau de revenus différents ; cela permet notamment de compenser les disparités toujours persistantes entre les femmes et les hommes mais aussi les différences de revenus au détriment de ceux qui font le choix de se consacrer à la défense des plus démunis.

Cette gestion a également permis de constituer 2 milliards de réserves afin de garantir le système dans la durée.

L’application du rapport DELEVOYE aboutirait à
- Un doublement du montant des cotisations (de 14 à 28% pour les revenus inférieurs à 40000 euros)
- Une diminution de près de 30% du montant minimum de la retraite de base
- Le versement des réserves de la Caisse des Avocats dans le nouveau régime universel
Le rapport DELEVOYE constitue donc tout à la fois
- Une mise à mort économique des petites structures d’avocats, souvent dédiées à la défense des plus démunis
- Une destruction d’un système solidaire qui ne coute rien à la collectivité
- Une spoliation étatique des réserves constituées légalement par une Profession
Nous n’acceptons pas cette triple peine.
Nous n’acceptons pas ce hold-up étatique.
Nous n’acceptons pas le destruction d’un système solidaire qui ne coute rien à la collectivité.
Nous n’acceptons pas que la Profession soit saignée sur l’autel d’un régime universel dont le caractère équitable
est très discutable.
"

Ce lundi 16 septembre 2019, les avocats du Barreau de Grasse feront entendre leur colère.

Visuel de Une DR Kit de mobilisation du CNB

deconnecte