Droit

Identification

12 décembre 2018

Le télétravail en Principau
profil
Proposé par Valérie Noriega
Les Petites Affiches

En Juillet 2016, après plusieurs années de négociations avec les autorités françaises, la Principauté de Monaco se dotait de l’arsenal juridique nécessaire à la mise en place du télétravail, créant ainsi un dispositif clair, encadré et protecteur, tant pour les salariés que pour les employeurs.

Après presque trois années de pratique, la Direction du Travail a souhaité interroger, par le biais d’un questionnaire, les principales entreprises utilisatrices de ce nouveau mode d’organisation de travail afin d’obtenir des informations sur la mise en place du télétravail en leur sein, les avantages, les éventuelles réticences et appréhensions auxquelles elles ont pu avoir à faire face, ainsi que l’impact en termes de management.

Une réunion de restitution des résultats du questionnaire a réuni près de 20 entreprises monégasques au Ministère d’Etat.

UNE PROGRESSION CONSTANTE

Un bilan chiffré du dispositif du télétravail en Principauté et un tour de table auront permis à chacun de faire part de son retour d’expérience, de ses pratiques, des points positifs et des points de vigilance détectés, tant lors de sa mise en place au sein de l’entreprise, que lors de l’accroissement de son utilisation.

Pour Didier BEYNET, DRH du Groupe SINGLE BUOY MOORINGS, «  on pense à tort que le télétravail ne permet pas de contrôle. Au contraire, les télétravailleurs se rendent disponibles et plus réactifs sur leur production au quotidien. Ils ont à coeur de montrer leur réactivité ».

Mme MAMOLA, DRH EXPERIAN MONACO : « Le télétravail ne complique pas la planification de réunions et ne nécessite pas l’adaptation des outils de travail ni l’adoption de nouveaux outils. Le télétravail n’interrompt pas le bon fonctionnement. D’ailleurs, nous sommes facilement passés de 1 jour à 2 jours de télétravail par semaine  ».

Pour M. AUDRAN de LA SOCIETE GENERALE DE MONACO : « le gain de trajet est réinvesti dans le travail et si cela ne convient pas, le salarié peut décider d’arrêter le télétravail et ainsi revenir en arrière  ».

La Direction du Travail souligne : « Le meilleur équilibre entre vie privée et vie familiale, les bienfaits sur la réduction de la fatigue et du stress, et l’image positive donnée par l’utilisation de ce dispositif, auprès de recrues potentielles ».

Cette rencontre s’inscrit dans la volonté de la Direction du Travail de poursuivre le pilotage de ce dispositif, tant en ce qui concerne l’accompagnement des employeurs lors de sa mise en place qu’à l’issue de cette phase, dans la pratique même au sein des sociétés, et ce, afin de continuer à garantir le succès de cette nouvelle forme d’organisation du travail.

Le Conseiller-Ministre Didier Gamerdinger, soutient ce mode d’exercice d’activité. Il a d’ailleurs déclaré « j’y crois beaucoup ». Dans le prolongement des actions réalisées par son prédécesseur qui avait signé les accords avec la France, il déclare « j’ai demandé aux autorités italiennes de réfléchir ensemble à la possibilité d’ouvrir aux transalpins la possibilité de télé travailler ».

LE TÉLÉTRAVAIL MONACO - FICHE TECHNIQUE

Il est fondamental de rappeler que le télétravail s’inscrit dans une démarche d’amélioration de l’organisation du travail et s’appuie sur les technologies numériques. Il s’agit d’un travail effectué hors des locaux de l’employeur de façon régulière et volontaire, en utilisant les technologies de l’information et de la communication (ordinateurs fixes et portables, Internet, téléphonie portable, etc…)
Car il ne s’agit pas d’un aménagement du temps de travail mais bien d’une modalité d’organisation du travail. L’exercice du télétravail n’a en effet aucune incidence sur le décompte du temps de travail effectif. Le dispositif cadre, le contrat de travail ou son avenant précisent les modalités de contrôle du temps de travail. Le salarié/l’agent exerce en effet normalement son activité professionnelle et peut être habituellement joint par son employeur durant des plages horaires fixées en concertation avec lui.

Ce dispositif rencontre des intérêts multiples :
Pour les salariés, il permet une plus grande autonomie, d’avantage de temps personnel et une réduction du temps consacré à leurs déplacements. Dès lors, le salarié parvient à concilier plus aisément son activité professionnelle et sa vie privée, améliorant ainsi sa qualité de vie.
De plus, cette forme de travail permet de faciliter l’accès à un emploi pour des personnes ayant des difficultés de déplacement.

Bénéficiaires
Tous les salariés, liés à leur employeur par un contrat de travail régi par la Loi n. 729 du 16/03/1963, concernant le contrat de travail résidant en Principauté ou dans un pays ayant conclu une convention bilatérale, permettant le maintien de l’affiliation du télétravailleur auprès des organismes de sécurité sociale de la Principauté.

Lieu d’exercice du télétravail

A ce jour, l’activité de télétravail peut être exercée uniquement depuis la France ou la Principauté :
- Depuis le domicile du salarié,
- Depuis un tiers-lieu : ce sont des espaces de travail gérés par un opérateur économique public ou privé et distinct de l’employeur, il peut s’agir de télé-centre ou d’espace de coworking.

Il permet à tout télétravailleur d’exercer le travail qu’il effectue hors des locaux de son entreprise.
Le travail accompli dans un local décentralisé de l’employeur ou mis à la disposition du personnel par l’employeur n’est pas considéré comme du télétravail.
Ce dispositif est mis en place sur la base du volontariat au sein de l’entreprise, par l’accord des volontés du salarié et de l’employeur. Il peut également faire partie des conditions de recrutement du salarié.
Les télétravailleurs disposent d’une égalité de traitement. Ils ont les mêmes droits collectifs, les mêmes possibilités de carrière et le même accès à l’information et à la formation que les autres salariés de l’entreprise. L’activité de télétravail ne peut excéder les deux tiers du temps de travail hebdomadaire du salarié.

Photo de Une : Réunion Teletravail avec les entreprises monégasques ©manuel Vitali_Dircom

deconnecte