Signaler un point de (...)

Signaler un point de deal : pas encore…

Gérald Darmanin a annoncé lors de son point presse d’hier l’ouverture d’une plateforme qui permet aux particuliers de signaler les points de deal, anonymement ou pas, à la police et à la gendarmerie. Il s’agit de "moncommissariat.fr" pour la zone police et de "ma brigade numérique" pour la zone gendarmerie. Les signalements fournis seront ensuite transmis aux enquêteurs pour traitement.


Nous avons essayé hier en début de soirée de nous connecter sur les deux sites annoncés par le ministre de l’Intérieur. Ils n’étaient pas (encore ?) en ligne et nous avons été redirigés vers des sites du ministère qui existaient préalablement. Si ces derniers présentent leurs services habituels, il n’y est pas (encore ?) question de signalement de points de deal. Celui de la police précise qu’en cas d’urgence il faut appeler le 17 ou le 112 : pas vraiment un scoop et à vrai dire rien de nouveau (encore ?) sous le soleil…

Le locataire de la place Beauvau veut donc mettre la pression sur les petits trafics qui empoisonnent la vie dans des quartiers ou dans des points sensibles des grandes villes. Il a annoncé que depuis janvier 301 points de deal ont été démantelés par les forces de l’ordre, dont 98 dans les Bouches-du-Rhône.

Selon le ministère de l’Intérieur, il y aurait 3 952 points de trafic repérés sur le territoire, auxquels il faudra peut-être ajouter ceux signalés par la population quand les sites seront réellement opérationnels. Un peu plus de 44 000 amendes contractuelles pour usage de drogue ont été distribuées entre le 1er septembre 2020 et le 28 février 2021.

L’ouverture de ces sites intervient alors qu’à un peu plus d’un an de la présidentielle les questions de sécurité sont au centre des préoccupations des Français.

Photo de Une : Illustration DR

deconnecte