22 propositions de (...)

22 propositions de l’UDET Sud pour sauver le secteur touristique

Vecteur de rayonnement de notre pays, locomotive économique de la région Sud, le tourisme constitue l’un des secteurs les plus durement frappés par la crise sanitaire que nous traversons. Dès lors, dans ce contexte exceptionnel, l’Union des Entreprises du Tourisme (UDET) Sud propose 22 mesures de bon sens pour sauver les entreprises et les emplois liés à l’activité touristique.

Le tourisme emploie près de 120 000 personnes dans notre région et pèse 13 % du PIB régional via ses 19 milliards d’euros de recettes annuelles. L’impact de la crise du Covid-19 est à mesurer à l’aune de ces chiffres vertigineux.

Ce contexte inédit dans notre histoire nécessite la mobilisation exceptionnelle des pouvoirs publics. Si les différents outils d’accompagnement déjà mis en œuvre répondent à l’urgence, les organisations représentatives du monde économique et des entreprises du tourisme de la région, regroupées sous la bannière de l’UDET Sud, ont identifié 22 mesures complémentaires à prendre en priorité :

- 7 mesures économiques et financières,
- 3 mesures sur les loyers,
- 8 mesures fiscales et sociales,
- 2 mesures sanitaires,
- 2 mesures de marketing territorial et de communication.

Ce plan de sauvetage massif, fruit des réflexions communes des organisations signataires, sera transmis à l’ensemble des pouvoirs publics. Il s’appuie sur une note de conjoncture réalisée par ces mêmes organisations, sous l’égide du MEDEF Sud.

Denis Vogade, membre du bureau du MEDEF Sud en charge du tourisme, déclare : «  L’un des secteurs les plus durement frappé par la crise sanitaire du Covid-19, le tourisme est aujourd’hui confronté à la plus grande crise de son histoire. Or, poumon de notre économie régionale, ADN de notre art de vivre, le secteur touristique revêt des enjeux majeurs. Les représentants des entreprises se devaient dès lors de réagir et d’être au rendez-vous ! C’est tout l’esprit qui anime l’Union des entreprises du tourisme Sud. »

22 PROPOSITIONS POUR SAUVER LE SECTEUR TOURISTIQUE

Dans le contexte de crise actuel du secteur, il est urgent que les pouvoirs publics nationaux et territoriaux placent le tourisme en haut des priorités économiques et engagent une politique volontariste en la matière.
L’objectif est simple : sauver des filières, sauver des entreprises et sauver des emplois !

Mesures économiques et financières
➊ L’identification en tant que secteur prioritaire et légitime avec un accès renforcé et simplifié au prêt garanti par l’État (PGE) ainsi qu’à l’activité partielle.
➋ La transformation du PGE en crédit longue durée sectoriel, remboursable sur 8 ans avec différé d’amortissement de 12 mois.
➌ Le remboursement anticipé du CICE et du CIR sur les années 2017/2018.
➍ La prolongation des exercices comptables de 12/15 mois à 24 mois pour éviter de devoir présenter des bilans trop dégradés.
➎ L’adaptation des conditions financières dans le cadre des occupations du domaine public (aéroports, ports, gares).
➏ Le déplafonnement du titre restaurant pour stimuler la demande.
➐ La modification temporaire de la cotation Banque de France afin de permettre à un plus grand nombre d’entreprises de bénéficier des aides proposées.

Mesures sur les loyers
➊ L’annulation des loyers et des redevances d’occupation du domaine public pour la période de fermeture administrative.
➋ L’exonération de loyers pour les établissements recevant du public pour des événements types foires, salons, congrès sous contrat avec l’État.
➌ L’abandon des loyers des parcs d’expositions et palais des congrès dans le cadre d’une DSP pour la période de mars 2020 à décembre 2020 et report de charge de loyer pour l’année 2021 sur les 2 années suivantes

Mesures fiscales et sociales
➊ L’exonération totale de la TVA au cours des trois prochains mois (juin, juillet, août) afin de reconstituer de la trésorerie, puis une hausse progressive aux taux réduit (5,5%) et intermédiaire (10%) au second semestre 2020 avant un retour à la normale début 2021.
➋ La réduction des impôts économiques locaux pour les années 2020-2021-2022 : CAP, CFE, CVAE, TEOM, TLPE, droit sur les terrasses, taxe foncière, taxe de balayage, versement transport, etc.
➌ La suppression de la taxe de séjour au forfait.
➍ La prolongation de l’activité partielle jusqu’en avril 2021.
➎ L’exonération des cotisations sociales pour les dirigeants non-salariés.
➏ L’exonération des cotisations sociales patronales sur la période du confinement maintenue durant les six mois suivant la période de reprise.
➐ L’automatisation de la dispense de paiement des acomptes d’impôt sur les sociétés de toutes les entreprises du tourisme.
➑ L’élargissement des dispositifs de soutien mis en place à travers le plan Tourisme du gouvernement (actuellement définis à partir des codes NAF/APE) aux secteurs d’activité connexes (nautisme, autocaristes, taxis, fournisseurs des hôtels et des restaurants, etc.) également frappés de plein fouet. Un élargissement réalisé via un tiers certifié comme un commissaire aux comptes afin de jauger du critère de la dépendance de l’activité aux flux touristiques

Mesures sanitaires
➊ La création d’un fonds de soutien à l’investissement lié à la sécurité sanitaire pour l’accueil du public et à la future mises aux normes des établissements.
➋ La mise en place de protocoles sécuritaires et sanitaires pour la protection des clients et des salariés.

Mesures de marketing territorial
➊ Poursuivre la structuration déjà engagée des destinations de Provence-Alpes-Côte d’Azur sous l’égide du Conseil régional, du Comité régional de tourisme et de l’ensemble des acteurs de la filière ainsi que des organisations professionnelles.
➋ Poursuivre les campagnes de communication pour promouvoir la région Sud et les différentes marques territoriales qui la composent en France et à l’international.

Source : MEDEF SUD
Crédits photos : MEDEF SUD

deconnecte