Economie

Identification

28 septembre 2017

Garçon, l'addition, (...)
Garçon, l'addition, ce sera pour le voisin...
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

On a beau dire, et même beaucoup médire, il est quand même drôlement malin, notre Emmanuel Macron. Parce qu’il fallait le trouver, et ensuite oser l’annoncer. Il l’a fait : chapeau l’artiste !
Empêtré dans cette histoire devenue très politique de la baisse de 5 euros des APL par mois - la belle affaire : ce n’est pas le prix d’un paquet de cigarettes et tout juste celui de deux ou trois cafés selon le standing de l’établissement - le président a suggéré aux propriétaires de baisser leurs loyers de cette même somme pour compenser.
S’ils s’exécutent, l’effet sera en effet nul sur les locataires bénéficiaires des APL.
En d’autres termes, Emmanuel Macron s’est placé dans la position d’une âme bien intentionnée qui appellerait à la charité publique sans mettre elle même la main à la poche. Cela peut paraître incroyable, mais cela s’est déjà vu... Dans le restaurant France, tout le monde veut bien consentir à faire des
sacrifices à condition que le garçon refile la note à la table voisine...
Il n’y a que dans notre beau pays où
5 euros font l’ouverture du journal de 20 heures, avec des interviews des spécialistes de la spécialité. Parmi ceux-ci, les agents immobiliers se font les avocats des propriétaires "indignés" d’une telle proposition, quand les associations de locataires se disent "révulsées", pas moins, par cette "incroyable atteinte au pouvoir d’achat".
Sous Robespierre, on passait chez le barbier pour moins que cela !
Plus sérieusement, l’État est passé maître pour faire supporter par les autres les efforts à accomplir pour, par exemple, contenir les déficits. Les comptes publics ont-ils dérapé ? Alors "yaka" ne pas distribuer cette année aux collectivités locales 300 millions pourtant prévus dans le budget...

La Sécu plonge dans le rouge ? "Yaka" diminuer certains remboursements en
expliquant, doctement, que les mutuelles compenseront pour que le reste à charge soit le même pour les assurés..

Mais le plus étonnant demeure que le gouvernement semble vraiment persuadé que cette baisse des APL va provoquer une baisse générale des loyers... Pas sûr que les investisseurs aient envie de s’engager dans cette "décroissance" alors que leurs remboursements vont évidemment rester identiques. Pas très incitatif pour construire les dizaines de milliers de logements dont nous avons besoin...
À moins que, mais oui : "Yaka" demander à l’État de compenser sur la CSG la baisse des loyers qui pourrait résulter de la baisse des APL...
J.-M. CHEVALIER

deconnecte