Economie

Identification

9 août 2018

Les "bombes" de l'été (...)
Les "bombes" de l'été ne sont pas toutes à Saint Tropez...
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

La vie publique réserve toujours des surprises. Ainsi, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, a t-elle été très appréciée lorsqu’elle fut recteur de l’Académie de Nice avant de prendre ses nouvelles responsabilités au gouvernement.
Mais si, d’aventure, elle décidait de revenir à Valrose pour la prochaine rentrée universitaire, il se pourrait bien qu’elle ne soit pas reçue à bras ouverts...
Rien de personnel, bien sûr.
Mais une interview qu’elle a accordée à la mi juillet, en compagnie de Jean-Michel Blanquer, son collègue de l’Éducation nationale, a quelque peu agacé les personnels qu’elle avait sous sa responsabilité il y a seulement un an.
Sans doute l’effet de la Coupe de monde de football. En tout cas un contre-pied magistral au sujet du devenir des vingt-six académies réparties sur le territoire.
En effet, suite à la réforme territoriale réalisée sous le quinquennat précédent, l’équipe de François Hollande avait envisagé de mettre à égalité le nombre des académies et celui des régions. Soit treize, soit deux fois moins qu’actuellement. Pour notre quart sud-est, cela signifiait l’absorption de celle de Nice par Marseille ! Très vite, les cartons jaunes se sont mis à pleuvoir, les syndicats à se mobiliser et Najat Vallaud-Belkacem, alors en charge du dossier, a sifflé la fin de la partie, remettant prudemment le dossier à plus tard.
Frédérique Vidal a donc trouvé la patate chaude sur son bureau du ministère. Au début de l’année, tout le monde pensait que cette "fusion" avait fait "pschitt" puisque Jean-Michel Blanquer avait déclaré lors de sa venue à Nice que "la question n’est pas d’actualité".
Mais il faut croire qu’elle l’est devenue maintenant puisque dans l’entretien accordé à une agence de presse spécialisée dans l’éducation, il a annoncé que le calquage région-académie serait effectif pour la rentrée de 2021 au plus tard. Une petite bombe au milieu de l’été...
Déjà que Nice, 5ème ville de France, espère toujours une Cour d’appel pour éviter aux justiciables azuréens (et aux avocats) de galoper jusqu’à la grande cité voisine, amie et rivale, pour plaider leur cause... Mais voilà qu’on envisage d’un trait de plume de lui sucrer son académie !
Enfin, cela, c’est la volonté du ministre. Son intervention est parue au milieu de l’été, quand les personnels et les syndicats sont en vacances...
On est prêts à parier que le match n’est pas terminé et qu’il y aura des prolongations...
Quant à Mme Vidal, elle se retrouve un peu dans les deux équipes à la fois, avec le maillot niçois et le maillot gouvernemental sur le dos... Inconfortable.

deconnecte