Nice sous la menace (...)

Nice sous la menace de mesures restrictives si le taux d’incidence ne baisse pas

Le maire de Nice Christian Estrosi s’est exprimé hier en visioconférence devant la presse concernant la progression du virus à Nice et dans le département.


« Je ne transigerai pas sur la santé de mes administrés », lance en préambule Christian Estrosi. « Je veillerai à ce que les mesures prises par le Gouvernement soient scrupuleusement respectées ». Si le maire de Nice annonce que la ville est parmi les moins touchées par le virus en France, elle demeure au-dessus du seuil d’urgence, établi à 150 cas pour 100 000 habitants : « aujourd’hui Nice est à 166 (pour 100 000 habitants) ». Saint-Étienne par exemple enregistre un taux d’incidence supérieur à 900 cas pour 100 000 habitants. Si Nice n’est pas le plus mauvais élève, la ville reste très touchée. Et cela se ressent tout spécialement dans les hôpitaux de la Métropole : « Si cela continue nous devrons envoyer des patients en Occitanie ou en Bretagne  ». Partout dans le département des Alpes-Maritimes les services hospitaliers sont saturés et manquent de lits. En chiffres, le nombre de patients en réanimation à Nice est de 16 personnes (pour 104 dans l’ensemble du département) et 35 en hospitalisation (pour 42 dans les Alpes-Maritimes). «  Il faut pendant ces huit jours retomber en dessous de la barre des 150, pour ne pas détruire le système de santé  », répète le maire de Nice avec conviction, « mettre plus de lits en réanimation signifie qu’il y a moins de lits pour les opérations programmées ou les urgences graves. Il y a des accidentés de la route qui arrivent tous les jours », rappelle-t-il.

Si d'ici 8 jours nous ne passons pas en-dessous du seuil d'alerte, je serai amené à prendre de nouvelles mesures plus fermes. Retrouvez les annonces que j'ai faites cet après-midi relatives à l'évolution de la situation #Covid19 dans les Alpes-Maritimes. pic.twitter.com/4gYnvH8m2j

— Christian Estrosi (@cestrosi) October 26, 2020

Huit jours pour redescendre en dessous du seuil


«  J’en appelle à la responsabilité des niçois et niçoises  », ajoute Christian Estrosi. Le maire indique également que «  si le taux d’incidence ne passe pas sous le seuil de 150/100.000 habitants d’ici lundi prochain, de nouvelles mesures restrictives seront prises », dont notamment, un confinement total les week-ends et la fermeture des commerces non-indispensables. En attendant, il demande aux administrations du département mais aussi aux entreprises qui le peuvent à favoriser le télétravail pour leurs employés : « cela fait moins de monde dans les transports et dans les villes », et donc moins de possibilités de transmission. Le maire annonce que 50% du personnel de la Ville de Nice et de la Métropole Nice Côte d’Azur seront en télétravail dès aujourd’hui et appelle toutes les autres institutions et entreprises à faire de même. Pareil pour les universités : le maire enjoint les acteurs de l’enseignement supérieur à favoriser les cours en visioconférence. Une limitation des interactions sociales nécessaire pour éviter un reconfinement total. Comme dirait le premier adjoint au maire Anthony Borré : « Les niçois(es) ont leur liberté entre leurs mains ».

Photo de Une DR E. Ching Mairie de Nice

deconnecte