Economie

Identification

11 juillet 2018

Pierre Goguet : Le (...)
Pierre Goguet : Le montant des économies demandées pour la transformation du réseau CCI n'est pas jugé supportable
Publié par Valérie Noriega
Les Petites Affiches

Bruno Le Maire devant l’assemblée générale extraordinaire de CCI France
A l’assemblée générale extraordinaire de CCI France, mardi 10 juillet 2018, le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire, est intervenu pour présenter les orientations du gouvernement pour le réseau des Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI), en confirmant la baisse des ressources qui lui sont allouées. Si la transformation du réseau apparaît comme nécessaire aux présidents des CCI, le montant des économies demandées n’est pas supportable et aura des conséquences graves.

"L’effort que nous vous demandons est important avec un horizon en 2022 de 400 millions d’euros d’économies", a déclaré Bruno Le Maire devant les présidents des CCI, en précisant qu’une "transformation en profondeur" est "indispensable".

L’objectif serait de recentrer les missions des CCI sur :
- l’appui aux entreprises, notamment l’aide à la création d’entreprise ;
- la formation initiale dans les territoires, via le financement des écoles de commerce ;
- la représentation des entreprises, notamment pour faire entendre leurs voix au niveau local.

Le ministre a reconnu que cette diminution aurait "un impact sur les personnels" et a précisé "qu’il n’y a pas de plan tout ficelé à l’avance. Si à un moment donné, on peut accélérer, on accélèrera. Et puis, si à un moment donné, il faut ralentir, parce qu’il pourrait y avoir de la casse, parce que ça ne passe pas, nous ralentirons".

Si la transformation du réseau apparaît comme nécessaire aux présidents des CCI, le montant des économies demandées n’est pas jugé supportable.

Pierre Goguet, président de CCI France, explique : "Nous n’avons pas voulu nous affronter avec le ministre parce que nous sommes des élus, chefs d’entreprise responsables et que nous voulons établir avec le Gouvernement un dialogue constructif mais exigeant pour continuer d’être les relais des politiques publiques de développement des entreprises sur l’ensemble du territoire. Nous ne renonçons pas à dire et démontrer que la baisse de 400 millions était insupportable. Elle aura des conséquences désastreuses sur les territoires et sur l’emploi. Même si nous contestons la trajectoire brutale du gouvernement, et avons perçu sa détermination, nous retenons toutefois quelques ouvertures comme la volonté de ne pas imposer de modèle unique, d’accompagner la transformation de notre réseau ainsi que les départs pour amortir le choc social ou encore de vérifier, chaque année, que les décisions soient supportables".

Source et DR Photo CCI FRANCE : http://www.cci.fr

deconnecte