Utiles ou futiles, (...)

Utiles ou futiles, nos infos de ce 11 septembre

- La Gordolasque n’est plus une zone blanche. Dans cette jolie vallée du haut pays, votre smartphone ne vous servira plus uniquement à photographier chamois et marmottes. Un relais de téléphonie mobile 4G multi-opérateurs vient en effet d’être installé dans le secteur de Tréménil, sur les hauteurs de Belvédère. Pratique pour les habitants du cru. Et plus sûr pour les randonneurs !

- 
Christian Estrosi, Monsieur Plus de la lutte contre la progression de la Covid-19. Alors que le préfet des Alpes-Maritimes venait de durcir le ton, en obligeant par exemple les patrons des bars et restaurants à avancer la fermeture nocturne de leurs établissements, le maire de Nice a présenté, hier, un ensemble de mesures destinées à protéger les plus fragiles des Niçois. Il s’agit notamment de la suspension des visites dans les quatre EHPAD municipaux, de la reprise de la distribution de masques en tissus réutilisables pour les personnes n’ayant pas les moyens de se protéger, du retour à la désinfection des espaces publics dans les conditions sanitaires du printemps, de la réactivation de la plateforme téléphonique d’information (04 97 13 56 00), de la fermeture des vestiaires des sites sportifs… Christian Estrosi a par ailleurs décidé d’annuler ou reporter les manifestations sportives et culturelles organisées par la ville de Nice. Les journées du patrimoine, mais aussi le lancement de la saison de l’Opéra de Nice sont les premières « victimes » de cette batterie de mesures, que le maire espère voir complétée par le préfet. Il lui a ainsi demandé de stopper l’activité des ferries et bateaux de croisière sur le port de Nice ou encore d’organiser le dépistage des personnels de l’Etat dans les écoles.

- « À Villeneuve-Loubet, les sangliers seront masqués !  ». C’est par cette phrase que Lionnel Luca a réagi à la publication de l’arrêté préfectoral qui, le 10 septembre, a inclus sa commune dans la liste des villes où le port du masque est obligatoire sur l’intégralité de l’espace public. Le maire a en effet peu goûté cette décision, la jugeant « arbitraire, disproportionnée et discriminatoire  ». Et de faire valoir que le territoire communal est classé à 70% en espace naturel boisé inconstructible, et que les 30% restants n’ont pas un centre urbain dense mais diffus, ce qui évite toute concentration de population. Il indique que Villeneuve-Loubet va saisir le tribunal administratif en référé liberté «  pour que la libre administration communale bafouée soit rétablie ».

- Éric Ciotti veut rendre le vaccin contre la grippe obligatoire pour les soignants et les personnes les plus vulnérables. Le député niçois l’a dit cette semaine sur France 2, soulignant son inquiétude face à l’éventuelle conjonction entre l’épidémie de Covid-19 et celle de la grippe saisonnière. Il n’est pas le seul à craindre ce scénario auquel « l’hôpital ne résisterait pas ».

- Le dispositif d’activité partielle de longue durée sera maintenu tout au long de l’année scolaire. La ministre du Travail, Elisabeth Borne, l’a confirmé hier, expliquant que les parents contraints de garder leurs enfants en cas de fermeture de crèche, d’école ou de collège pour cause de coronavirus pourraient en bénéficier jusqu’à l’été 2021. La mesure ne pourra être sollicitée que par un parent du foyer, en cas d’impossibilité des deux parents à pratiquer le télétravail. Rétroactive au 1er septembre, elle sera accordée sur présentation d’un justificatif attestant de la fermeture de l’établissement scolaire ou de la désignation du ou des enfants parmi les cas contact. Pour les salariés du privé, c’est la solution d’activité partielle rémunérée à 84% du salaire net qui s’applique jusqu’au 1er novembre, avant une dégressivité de ce taux. Les indépendants et les contractuels de droit public bénéficient quant à eux d’indemnités journalières tandis que les fonctionnaires sont placés en autorisation spéciale d’absence (ASA).

- La crise sanitaire nous ferait-elle oublier l’urgence environnementale ? Si tel était le cas, le Fonds mondial pour la nature (WWF) nous ravive la mémoire avec son rapport intitulé « Planète vivante  », présenté hier. Il révèle que 68 % des animaux sauvages ont disparu de la Terre entre 1970 et 2016. « Le déclin massif des vertébrés, qui se produit à un rythme sans précédent dans l’histoire, est un témoignage de l’appauvrissement de la nature  », indique Véronique Andrieux, directrice générale du WWF en France. La conversion des habitats en terres agricoles est l’une des principales causes de la chute de la biodiversité, l’Amérique latine étant le continent le plus touché.

Photo de Une : Désormais, il y a du réseau dans la jolie vallée de la Gordolasque. Un relais de téléphonie mobile vient s’y être mis en service. © JP

deconnecte