Vos infos de ce lundi 12

Vos infos de ce lundi 12 avril

Déjeuners « clandestins »


Une soixantaine de personnes ont été surprises vendredi dernier en plein repas clandestin dans un restaurant de Seine Saint-Denis, département qui est pourtant l’un des plus impactés par l’épidémie. Pour le dessert, ce fut « prunes » à la carte (135 euros) pour chacun des convives, le patron étant placé en garde à vue puis relâché peu après. Selon nos informations, aucun ministre ni même l’humoriste Pierre-Jean Chalençon ne participaient à ce repas…

Repas « professionnel »


Mediapart a annoncé que l’ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a participé le 30 mars à un déjeuner préparé par le chef Christophe Leroy, éclaboussé par l’affaire des « restaurants clandestins » après les déclarations fracassantes de Pierre-Jean Chalençon. S’il reconnaît sa participation à ces agapes, l’ancien homme fort de la "Sarkozie" a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un déjeuner clandestin mais d’un déjeuner professionnel auquel participaient moins de six personnes et pendant lequel les règles sanitaires ont été respectées. Mediapart affirme que ce repas a été servi dans un appartement privé du 8ème arrondissement «  où tous les jours le chef Leroy proposait à une clientèle select des menus entre 110 euros et 580 euros".

Vaccination dès 55 ans en principe


Selon les déclarations d’Olivier Véran au Journal du Dimanche, la vaccination va être ouverte à partir d’aujourd’hui à tous les Français âgés de 55 ans ou plus grâce à l’accès élargi à l’AstraZeneca, qui sera toutefois réservé aux seniors, et au vaccin de Johnson & Johnson, qui commence à être livré. A partir du 16 avril, nous assisterons à une « extension de la campagne vaccinale par Pfizer et Moderna  » à tous les plus de 60 ans. Voilà qui devrait permettre d’accélérer, parce que de nombreux centres attendent toujours des doses, y compris pour vacciner des personnes très âgées et indépendantes.

Elections : les dates qui divisent


Alors que le Landernau politique continue à s’agiter sur le maintien ou le report des élections départementales et régionales, qui a fait l’objet d’une consultation en urgence des élus locaux à la demande du gouvernement, les villes de Cannes et d’Antibes font savoir qu’elles sont favorables au maintien car elles se disent capables d’organiser la consultation dans de bonnes conditions sanitaires. Mais elles trouvent la méthode employée (une réponse par oui ou non en trois jours à la suite de l’envoi d’un simple SMS suivi d’un mail) plutôt « cavalière » et voient dans cet appel « une manœuvre politicienne du pouvoir en place pour porter atteinte au bon déroulement de ces scrutins locaux qui ne lui seront pas favorables ».

Le cavalier seul d’Estrosi

Comme souvent avec cette pandémie, Christian Estrosi navigue à contre-courant de sa formation politique d’appartenance, Les Républicains. Ainsi a t-il estimé ce week-end dans le JDD que "notre démocratie ne sera pas confinée si nous avons la garantie que ces élections, (pour l’instant prévues les 13 et 20 juin), se tiendront en 2021, quand la situation s’améliorera, dès septembre. La seule campagne qui doit prévaloir, c’est la campagne vaccinale, pas la campagne électorale ». De son côté, le député Eric Ciotti réclame le maintien des élections et dénonce "une combinazione inquiétante » dans la conception de la démocratie par le pouvoir en place.

Photo de Une : Normalement à compter de ce lundi 12 avril, la vaccination contre la Covid-19 est ouverte aux plus de 50 ans sans comorbidités. DR

deconnecte