Vos infos de ce mercredi

Vos infos de ce mercredi 24 mars

L’Europe au secours des vallées


La Commission européenne a décidé d’un soutien financier de 86,7 millions d’euros pour venir en aide à la population de plusieurs régions de France et de Grèce frappées par des catastrophes naturelles en 2020. Un montant de 59,3 millions d’euros sera ainsi adressé à la France à la suite des dommages causés par la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes, et de 27,4 millions d’euros à la Grèce suite aux dégâts causés par le cyclone méditerranéen Ianos, les inondations dans la région d’Ellada et le tremblement de terre dans les îles de Samos, Ikaria et Chios. La France et la Grèce ont déjà reçu des avances pour ces catastrophes régionales. Une fois que la proposition de la Commission sera approuvée par le Parlement et le Conseil, l’aide financière finale pourra alors être versée.

Sciences-Po sans conscience…


Cinq étudiants français, dont un qui suit les cours de deuxième année de Sciences-Po Menton, vont comparaître aujourd’hui devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de judiciaire de Paris, spécialisée dans les délits de presse, après avoir publié des Tweets appelant à agresser des Chinois après l’annonce du second confinement général. Ils ont expliqué à nos confrères du Monde avoir pensé faire de l’humour et ne pas mesurer la portée de leurs petits textes, pourtant clairement explicites. En tous cas, ils n’ont pas fait rire SOS racisme ni plusieurs autres associations qui se ont portées parties civiles. Si les réseaux regorgent de messages haineux, racistes et homophobes, il est tout de même surprenant que certains de leurs auteurs soient des étudiants, qui plus est en sciences politiques, où l’on pourrait penser les esprits plus éclairés et plus humanistes…

Ils pestent contre les pesticides


Copie à revoir : c’est l’avis sans appel rendu par le Conseil constitutionnel le 19 mars au sujet des distances à respecter pour l’épandage des pesticides entre les cultures et les habitations. Selon les produits utilisés et les plantes cultivées, un décret et un arrêté les ont fixées entre trois et vingt mètres, ce qui a provoqué la colère de diverses associations qui ont dénoncé des mesures prises sans concertation et qui n’apportent pas de garanties suffisantes pour la santé des riverains. Il faut reconnaître que prendre son petit déjeuner la fenêtre ouverte quand passe un épandeur à trois mètres…

Devine qui vient dîner ce soir


Inviter ses voisins à dîner, c’est possible ? Non, pas dans les seize départements « confinés », selon le porte-parole du gouvernement, qui a indiqué sur BFMTV que "aujourd’hui, la logique, c’est chacun chez soi ou alors dehors" alors qu’il est possible de circuler presque librement à l’extérieur. Il ne s’agit que d’une « recommandation » pour le ministère de l’Intérieur, pas d’une obligation légale, et la police ne débarquera pas chez vous pour verbaliser, sauf fête clandestine ou tapage nocturne. Mais aller dîner « en ville » ne fait pas partie des motifs dérogatoires autorisant un déplacement de plus de dix kilomètres ou d’enfreindre les heures du couvre-feu.

26 départements encore en « sursis »


Quelles décisions seront prises ce matin lors du Conseil de défense sanitaire alors que la situation continue à se dégrader en France et que les perspectives sont mauvaises pour les prochaines semaines ? Aux 21 millions de Français et seize départements déjà sous restrictions sanitaires pourraient s’ajouter jusqu’à vingt-six nouveaux départements qui sont entrés dans la « zone rouge » où le taux d’incidence dépasse le seuil de 250 cas par jour. Les autorités redoutent en Europe une troisième vague imminente.

Visuel de Ue : Le Var pourrait bien entrer dans la zone rouge des départements soumis à des restrictions sanitaires renforcées, réponse après le conseil de défense de ce matin - (Saint Tropez illustration DR)

deconnecte