Economie

Identification

17 octobre 2019

Z'avez pas vu Mirza (...)
Z'avez pas vu Mirza ? un loupé génial et remarquable...
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

En condamnant Philippe Pradal la semaine dernière à une amende de 50 000 euros, dont 25 000 avec sursis, le TGI n’a certes fait qu’appliquer la loi. Mais qu’était-il donc reproché de si grave au premier adjoint de Nice pour une telle peine ? D’avoir "tapé dans la caisse" ? Non ! D’avoir cassé le vase de Soissons ? Encore moins. D’avoir dissimulé des millions dans un lointain paradis fiscal ? Pas du tout. Alors d’avoir invité aux frais de la princesse des amis pour déguster du homard en trinquant au champagne ? Vous n’y êtes pas...
Non, se trouvant le trésorier (bénévole) de l’association qui gère les œuvres caritatives de l’église Saint Paul-d’Arènes, il aurait simplement dû quitter la salle du conseil municipal lorsque celui-ci a voté une subvention (1,5 M€) en faveur de l’association. Pour la loi, il s’agit là d’une "prise illégale d’intérêt" même si, dans les faits, Philippe Pradal n’a pas participé au vote.
Mais parce qu’il est à la fois élu et trésorier "bénéficiaire" de la subvention, il aurait dû, mais il n’a pas...
Dans cette République peut-être exemplaire, qui voit des ministres, dont celle de la Justice, obligés de retoucher leur déclaration de patrimoine après de fâcheux oublis, le premier adjoint niçois se voit donc sévèrement condamné.
Même si personne, pas même le tribunal, n’a mis en doute son honnêteté et son intégrité. Ce ne fut pas suffisant pour obtenir la relaxe. Finalement, il a "pris" davantage que s’il avait chipé à l’épicerie du coin le portefeuille d’une petite mamie.
Évidemment, on ne fera aucun commentaire sur ce jugement...

oOo

Z’avez pas vu Mirza ? Il est passé par ici, il repassera (peut-être) par là... Tel un Arsène Lupin transfrontalier, il est partout mais surtout nulle part à la fois, ce Xavier Dupont de Ligonnès, tellement recherché depuis des années en France qu’on a bien cru le retrouver à Glasgow. La piste a fait pschitt, comme aurait dit Jacques Chirac. Peut-être faut-il se méfier des policiers écossais lorsque ceux-ci font un relevé d’empreintes digitales après l’heure de l’apéritif ?
En tout cas, après ce loupé génial et remarquable, ne trouvez-vous pas que l’on s’est bien vite emballé autour de cet... emballement policier et médiatique pour une affaire certes passionnante mais sinistre. Nous parlons de cinq personnes assassinées tout de même, mais je n’ai pas entendu beaucoup de compassion à leur endroit.
Tourner sa plume sept fois dans l’encrier et vérifier l’info avant de désigner un Dupont de Ligonnès d’opérette aurait été à la fois prudent et nécessaire. Après presque dix années de cavale, le public n’en était plus à quelques heures près pour apprendre son "arrestation"...

deconnecte