Tech

Identification

18 septembre 2019

L'agritech MYCOPHYTO (...)
profil
Proposé par Valérie Noriega
Les Petites Affiches

Créée par Justine Lipuma, jeune docteur en biologie de l’Université de Nice, MYCOPHYTO qui développe des solutions biologiques naturelles pour revitaliser les sols et booster le développement des plantes lève 1,4M€ auprès de family office et des fonds Région Sud Investissement et Créazur. MYCOPHYTO va ainsi financer son développement commercial et son programme de R&D visant à construire un système d’information prédictif unique au monde combinant biotechnologie, big data et Intelligence Artificiel.

Des enjeux d’une ampleur inégalée : en 2050 l’agriculture devra nourrir 9,6 milliards d’individus, en diminuant les intrants chimiques, tout en préservant la planète et la santé des hommes, dans un contexte de bouleversement climatique et de fragilisation des sols.

L’innovation MYCOPHYTO s’appuie sa capacité à développer les synergies naturelles entre les plantes et des champignons mycorhiziens microscopiques déjà présents dans le sol en s’adaptant aux cultures. Ses résultats ont ainsi permis de mesurer un développement jusqu’à 40% des racines, une croissance végétale accrue de 30 à 40%, des gains de rendement de 15%, des économies d’eau de 15% à 40% et une résistance aux pathogènes.

Depuis 2017, MYCOPHYTO accompagne les acteurs de l’agriculture sur ses filières cibles : la culture de plante à parfums, aromatiques et médicinales, le maraichage avec la culture de la tomate et de la vigne.

- Entourée de Christine Poncet, ingénieure agronome hors classe INRA et d’Olivier Bret, entrepreneur et business angels, Justine Lipuma entend faire de MYCOPHYTO une solution d’avenir « nos solutions s’adaptent aux cultures et encouragent la biodiversité. C’est une nouvelle voie pour augmenter les rendements et la qualité de la production, tout en réduisant l’empreinte environnementale. Notre vision pour demain c’est de les rendre accessibles à tous, partout dans le monde ».

- Aux côtés de Créazur, structure d’investissement du Crédit Agricole Côte d’Azur, des family Office OLBIA et OBSIDIANE, Région Sud Investissement conseillé par Turenne Capital a mené ce tour réalisé par le Cabinet d’avocats EY Ventury.

Alain Lacroix, président de Région Sud Investissement, souligne l’intérêt du fonds pour la technologie et le marché visé par MYCOPHYTO : « MYCOPHYTO porte la promesse d’une agriculture réconciliant productivité, environnement et santé. L’industrialisation permettra de répondre à l’immense défi de la transformation de l’agriculture  ».

MYCOPHYTO a été lauréat du concours national de recherche iLab en juin 2019 et s’appuie sur des partenariats stratégiques entre acteurs de la biotechnologie et des Data sciences : Université Côte d’Azur (UCA), l’Institut National de la recherche Agronomique (INRA) et l’Institut National de recherche en Informatique et Automatique (INRIA).

MYCOPHYTO, la recherche entrepreneuriale au féminin : Origine et histoire d’une start-up disruptive

« Redonner de la vie au sol pour qu’il soit moins dépendant de la main de l’homme »

PNG - 152.7 ko
Justine Lipuma (DR)

Docteur en microbiologie, Justine Lipuma, la jeune créatrice de MYCOPHYTO, rentre de sa collaboration avec l’Université de Turin en 2015 avec une expérience et des connaissances uniques sur les symbioses plantes micro-organismes et leurs effet bénéfiques sur les agroécosystèmes.
Animée d’une volonté sans faille qui la mobilise depuis l’âge de quatorze ans, elle veut mettre son parcours universitaire au bénéfice du secteur de l’agriculture qu’elle connaît bien : elle a fait ses études secondaires dans un lycée agricole. Son objectif est de promouvoir des outils biologiques enfin efficaces pour une agriculture durable sans ajout d’intrants chimiques : les champignons mycorhiziens arbusculaires (CMA).
Fin 2015, Justine Lipuma rencontre Christine Poncet, alors directrice adjointe de l’Institut Sophia Agrobiotech (INRA -Institut Nationale de la Recherche Agronomique) en charge de l’innovation. Christine Poncet est une experte internationalement reconnue des systèmes de production agricole plus respectueux de l’environnement et en particulier de la conception et validation d’alternatives aux pesticides chimiques.
Forte de 30 ans d’expérience, Christine sait que 80% des solutions de bio-contrôle, pourtant validées dans les laboratoires, sont inefficaces en conditions réelles de production.

Ce constat est confirmé par des interviews d’agriculteurs réalisées par Justine pour alimenter sa réflexion et encore récemment par une enquête IBMA France (International Biocontrol Manufacturers Association) fin 2018 auprès de 542 agriculteurs issus de filières différentes et répartis sur tout le territoire français.

En parallèle, Christine a déjà vérifié l’efficacité des champignons mycorhiziens dans le cadre d’un projet européen qu’elle a coordonné. Les deux scientifiques décident donc de de créer ensemble MYCOPHYTO.
Dès sa phase de maturation, MYCOPHYTO bénéficie du soutien de l’INRA, d’UCA (Université Côte d’Azur) et de l’Incubateur PACA Est en moyens humains, logistiques et financiers ce qui lui permet de valider ses preuves de concepts et de protéger ses actifs. Dans le même temps, la start-up réalise plusieurs contrats de R&D avec des industriels leaders mondiaux de la parfumerie ce qui lui confère la particularité de générer un chiffre d’affaire dès sa première année d’activité.
- Mi 2018, un entrepreneur réputé Olivier Bret (a créé et développé une entreprise de crèche Tout Petit Monde, 20M€ Chiffres d’affaire, 430 salariés, 5,5M€ levés, revendue en 2010 à Babilou, leader français des crèches) décide d’investir et rejoint l’équipe de MYCOPHYTO pour l’aider à développer l’activité.
- Une levée de fonds de 1,4 M euros réalisée auprès d’investisseurs publics et privés en août 2019 poursuit l’objectif de réaliser un programme d’innovation ambitieux afin de pénétrer le marché mondial des biostimulants à base de micro-organismes et devenir leader de ce marché à l’horizon 2025.
Des investisseurs engagés  : Région Sud Innovation, Olbia (familly Office), Créazur (Crédit Agricole), Obsidiance (holding Olivier BRET). Le montage de l’opération a été réalisé par le cabinet EY Ventury Avocats.

Une équipe dirigeante complémentaire, expérimentée, engagée

Justine Lipuma, 31 ans, Présidente de la SAS MYCOPHYTO. Docteur en Biologie de l’université de Nice, spécialiste des interactions plantes/micro-organismes et de l’interaction symbiotique mycorhizienne. Les techniques de microbiologie nécessaires à la sélection de champignons symbiotiques (culture en milieu synthétiques sélectifs) ou celles de biologie moléculaire de caractérisation de ces champignons (sélection par marqueurs) ainsi que la culture in vitro (plantes et champignons), sont des compétences techniques spécifiques qu’elle maîtrise parfaitement après quatre années de travail en laboratoire. Justine Lipuma a également développé des travaux scientifiques innovants sur l’amélioration de l’efficacité de la symbiose microbienne.

Christine Poncet, co-fondatrice, ingénieur agronome diplômée de l’ENSA Toulouse, Associée et Conseillère Scientifique dans le cadre d’un concours scientifique entre l’INRA et MYCOPHYTO. Salariée INRA (IR Hors Classe) animatrice de l’UMT FioriMed et ex directrice adjointe, responsable innovation du site INRA Agrobiotech à Sophia Antipolis elle a supervisé de nombreux projets internationaux et intervient régulièrement dans des conférences internationales en agriculture et agroécologie. Elle est en charge de projets liés à la dynamique de territoire, de conception de systèmes de production innovants plus respectueux de l’environnement L’objectif global est de parvenir à une économie en intrants : eau, fertilisants, pesticides et énergie et, parallèlement, promouvoir l’utilisation d’alternatives durables. Christine anime le Comité scientifique mis en place par MYCOPHYTO.

Olivier Bret, 50 ans, Associé, Business Développement. Olivier BRET après dix ans en marketing de service télécoms B to B, a créé et développé une entreprise de crèche (Tout Petit Monde, 20M€ Chiffres d’affaire, 430 salariés, 5,5M€ levés) revendue en 2010 à Babilou, leader français des crèches qu’il a accompagné dans son développement comme Directeur Régional Sud, Directeur Marketing Communication et Etudes et membre du Comité de Direction et du Comité Exécutif. Par la suite Président du Réseau Entreprendre Côte d’Azur, il est aussi depuis 2011 un business angel actif au capital d’une quinzaine de start up. Olivier BRET apporte son expérience d’entrepreneur et dans le développement.

Le leadership MYCOPHYTO : une offre unique sur le marché des biostimulants

Agriculteurs et producteurs : acteurs du changement agro-écologique
Le marché actuel de biostimulants à base de micro-organismes de type champignons mycorhiziens s’est développé sur l’utilisation de souches de CMA génériques dont la production est tenue par quelques grandes sociétés. L’introduction de souches de CMA génériques dans les cultures ne donne pas les résultats escomptés de par le caractère biotrophe obligatoire de ces champignons qui entraine en cas de non reconnaissance avec la plante une faible durée de vie. Sachant que la présence d’une espèce de CMA dans un environnement non favorable et non adapté à ces caractéristiques entraine parfois dans plus de la moitié des cas la non réalisation de l’interaction symbiotique (Corkidi et al. 2004). Enfin, l’utilisation de souches génériques peut perturber l’équilibre et la structure du microbiome des sols traités.
MYCOPHYTO apporte des solutions microbiologiques indigènes et personnalisées et accompagne les acteurs de l’agriculture pour dynamiser la biodiversité naturelle des sols, augmenter les rendements et la qualité des productions, réduire l’empreinte environnementale des cultures, s’adapter aux changements climatiques
Aujourd’hui, MYCOPHYTO propose des prestations de conseil et de service technique sur mesure :
- Prestations d’analyses microbiologiques et audits de sol, afin de définir précisément le contexte cultural, environnemental et connaitre les pratiques de suivi agronomique.
- Contrats d’essais de plants mycorhizés « à façon » sur de nouvelles productions agricoles, et sélection de la meilleure association plante – champignons mycorhiziens en vue de l’optimisation de la qualité des plantes (gustatif, olfactif…).
- Plants mycorhizés avec garantie de « mycorhization ». Vente de plants inoculés avec des souches de CMA élevées par MYCOPHYTO.

Demain MYCOPHYTO sera en capacité de proposer la vente de mix de CMA issus de la biobanque de souches adaptées à une culture et aux sols à des distributeurs, pépiniéristes ou à des clients premium (industriels de l’agro-industrie et de l’environnement, grands domaines viticoles, coopératives …). L’activité « à façon » sera maintenu auprès de clients premium pour des domaines/industries d’exceptions.

PNG - 534.3 ko
Plant non mycorhizé / Plant Mycorhizé (DR)

MYCOPHYTO : un ancrage territorial fort avec l’écosystème scientifique

MYCOPHYTO est basée à Sophia Antipolis et dispose de bureaux, serres et laboratoires au sein du site l’INRA Sophia Antipolis et au Village By CA, ainsi que des serres supplémentaires au Lycée agricole d’Antibes.
La réalisation d’un site unique comportant 4500 m2 de serres, de bureaux et de laboratoires est au coeur du projet de développement de MYCOPHYTO d’ici 2023.
MYCOPHYTO a mis en place des partenariats stratégiques avec des instituts de recherche, instituts techniques et universités.
Ce programme interdisciplinaire entre acteurs de la biotechnologie et des Data sciences est le facteur clef du succès de l’agritech Mycophyto et de son du projet R&D.

Photo de Une : Illustration DR MYCOPHYTO

deconnecte