La grande solitude (...)

La grande solitude du buveur de café à Matignon

Cet article est réservé pendant 15 jours aux abonnés
Après la délicieuse soirée passée la veille à Matignon - celle des félicitations de la famille et des amis sincères, des courtisans aussi pour cette nomination que personne n’avait vue venir - Jean Castex espérait bien dimanche matin prendre tranquillement son petit déjeuner avant d’affronter sa première journée aux manettes. Las ! Il allait mordre dans un croissant bien doré et croustillant lorsqu’un huissier vint lui porter un pli scellé barré en lettres rouges de "URGENT" et "CONFIDENTIEL". Une fois décacheté, le nouveau Premier ministre s’aperçut qu’il s’agissait d’une lettre d’offres de services de l’ancienne ambassadrice des pôles (nord et sud), Ségolène Royal, venue mettre ses immenses talents aux service de la pauvre France. Jean Castex sourit, se disant in petto que l’égérie du Chabichou et ancienne (...)

Abonnez-vous pour moins de 2€ par mois.
Accédez à tous les articles du site et découvrez de nouveaux services.

deconnecte