La cuisine niçoise à (...)

La cuisine niçoise à la carte !

La cuisine niçoise à la carte !
Par Giordan de la Peppa et José Maria.

Nice possède sa propre cuisine, une cuisine très originale. Une cuisine de pays longtemps pauvre, mais créative, riches d’idées, le produit d’une longue histoire locale, toujours ouverte sur le monde qui a su adopter nombre de produits venus d’ailleurs pour les magnifier autrement. Elle est encore peu connue sur un plan international et parfois même par les locaux.... Heureusement des niçois de souche, au sein d’une association culturelle, patrimoniale et sportive, Nissa Pilo, aiment la faire partager.
Par ailleurs, Nice et sa région possèdent un grand patrimoine (lieux, bâtiments, églises,..) que reflètent les anciennes cartes postales dont l’âge d’or fût les années 1900-1920. Celui-ci est souvent oublié, quand il n’a pas été détruit…
Pourquoi ne pas profiter de l’été pour en présenter quelques aspects, tout en se régalant avec une cuisine simple, authentique et surtout diététique…

Purée de sardines d’Eze Potrola de sardinas d’Eza

Sur un fond de culture niçoise, cette recette est une innovation, fruit de multiples essais pour obtenir le meilleur rendu. Très simple à réaliser, très économique, elle peut être servie en apéritif ou en accompagnement d’une salade pour un repas très diététique.

Mon marché
- 300 grammes de sardines
- 100 grammes de fromage frais (30% de matière grasse)
- 4 noix
- romarin frais
- sel, poivre

Ma préparation
25 minutes en comptant la cuisson des sardines

Je cuisine
Je nettoie soigneusement les sardines et je les fais griller très légèrement.
Je les laisse refroidir, je leur enlève éventuellement la peau et je prélève les filets.
Je les mixe avec le fromage frais, les noix et le romarin.
J’ajoute sel, poivre avant de servir tiède.

Les conseils de Giordan de la Peppa et José Maria
Vous servez frais avec du pain grillé arrosé de citron et des crudités ou avec une simple salade niçoise.
Vous pouvez faire de même avec des anchois ou des rougets barbets, attention alors aux arêtes.

Si vous n’avez rien d’autre sous la main, nous vous suggérons d’utiliser des sardines en boite à l’huile d’olive ! Dans ce cas, vous augmentez la quantité de citron à ajouter dans la purée.
La sardine, considérée comme un poisson gras a longtemps été décriée sur le plan diététique. Heureusement, elles ont été réhabilitées ! Le contenu élevé en en acides gras oméga-3 leur confère des avantages incontestables pour la santé ; c’est ce que met en évidence la littérature scientifique. Des études récentes mettent sérieusement en évidence une diminution du risque de maladies cardiovasculaires. D’autres travaux ont également démontré que leur consommation contribue à éviter la dépression, limite les risques d’être atteints de la maladie d’Alzheimer ou encore les incidences de l’arthrite

Touristes en visite à Eze Village
Collection José Maria

Pour en savoir plus sur l’histoire de Eze

Eze est bien connue aujourd’hui sur le plan touristique pour son piton escarpé avec ses vieilles rues pittoresques et ses maisons médiévales. Au XIXe siècle et au début du dernier, cette commune au nom en palindrome, était surtout fréquentée pour son bord de mer, son village perché était pratiquement à l’abandon depuis la Renaissance.

Par contre sa large et belle baie était très fréquentée pour ses pêcheurs et ses cabanes de pêcheurs. Les niçois aimaient également venir y pêcher, ramasser des oursins et manger le Pan Bagnat le dimanche.

Le lieu va être totalement perturbé dans les années qui ont suivi l’annexion du Comté de Nice à la France, avec la construction tour à tour de la Basse Corniche en 1862 et l’implantation de la voie ferrée Nice-Monaco en 1868. Nombre de petits restaurants s’installeront sur son remblai, face à la Baie. Le bord de mer devient alors une station balnéaire très courue à la fin du XIXe siècle.

Eze fut le point de chute favori de nombreux promeneurs niçois, mais surtout de touristes et de célébrités internationales. Notamment, Friedrich Nietzsche y séjourna dans l’une des anciennes maisons, sans doute celle de la vieille poste. Dans ce lieu apaisant, au milieu des palmiers, des cistes et des bougainvilliers, il écrit avoir retrouvé le moral et l’inspiration pour composer "Ainsi parlait Zarathoustra". Son déclic fut une promenade depuis la gare au bord de mer jusqu’au village. Un sentier porte aujourd’hui son nom ; l’ascension depuis Eze bord de mer jusqu’au village dure environ 1h 20, la descente environ 50 mn pour un dénivelé de 400 m.

La ligne de tramway du TNL Nice-Monaco à Eze
Collection José Maria

Le tramway arrivera à Eze en 1900. Et après les anglais, les belges et les allemands, le bord de mer accueillera en 1917 une grande colonie de « russes blancs » échappés de la Révolution d’Octobre. Un des plus importants témoignages de leur installation reste Le Cap Estel, avec sa romantique demeure d’un Prince russe.

Le président Poincaré découvrit Eze en visite officielle ; il y reviendra plus tard pour plusieurs séjours. Le peintre Sakarof, la Princesse Antoinette de Monaco et Bono du groupe U2 y ont laissé également leur empreinte.

Giordan de la Peppa et José Maria sont deux niçois de longue souche, fins connaisseurs de la cuisine niçoise en particulier, mais pas seulement… de la culture et du patrimoine de Nice en général. Ils ont publié précédemment Et vive la cuisine niçoise ! (Z’Editions, 1989) Et vive le pilou ! (Serre 2004) ou encore Nice à la Belle époque (Serre 2005) et animent avec d’autres passionnés de Nice l’association Nissa Pilo. José MARIA, est actuellement président du club cartophile de Nice et des A-M (contact jmaria06@free.fr). Site niçois d’André Giordan : http://www.andregiordan.com/nissa/n...

deconnecte