Christophe Cassou et (...)

Christophe Cassou et Magali Reghezza-Zitt, paroles d’experts

Les deux experts invités au premier des rendez-vous Green Deal 06, n’ont rien caché de la gravité de la situation actuelle, martelant certaines affirmations. Une situation qui pourrait devenir catastrophique si un changement radical n’intervient pas dans nos sociétés. Heureusement, des solutions existent pour éviter le pire. Mais encore faut-il y recourir.

Christophe Cassou 

- « Nous vivons une rupture et nous entrons dans l’inédit pour l’espèce humaine. Le déni de gravité n’est plus une option. Le déni de l’urgence à agir n’est plus une option. Chaque mot porte sur des faits scientifiques et les faits scientifiques ne sont pas des opinions, des croyances ou des avis. (…) L’influence humaine sur le climat est sans équivoque. Sans équivoque, cela veut dire que c’est un fait établi, que cela ne peut pas être autrement. (…) L’océan et la végétation sont nos meilleurs alliés dans la lutte contre le réchauffement climatique. (…) L’intégralité du réchauffement climatique est liée aux activités humaines. (…) Cela se traduit par des événements extrêmes qui sont plus probables, qui sont plus intenses et qui durent plus longtemps. (…) On a une vague de chaleur en France en plein mois d’octobre. Sans influence humaine, il est quasi certain que ces vagues de chaleur ne peuvent pas se produire. (…) Les futurs climatiques possibles ne sont pas écrits, ils sont vraiment entre nos mains. (…) Le seuil de 1,5°C sera franchi avant 2040 quel que soit le scénario. (…) La neutralité carbone est la seule solution, non négociable. (…) Ce rapport du Giec est plombant mais c’est un plaidoyer pour l’action. Les solutions existent et peuvent permettre de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. (…) La technologie et l’innovation vont nous aider, elles sont indispensables mais elles ne suffisent pas. (…) Ce n’est pas la lutte contre le changement climatique qui est punitive mais bien les effets climatiques qui le sont. (…) Le changement climatique nous impose six valeurs : lucidité, honnêteté, cohérence, courage, éthique et solidarité. »

Magali Reghezza-Zitt 

- « Il y a une bonne nouvelle dans ce qu’a annoncé Christophe. Si le réchauffement additionnel est à 100 % d’origine humaine, si ce n’est pas la faute du soleil ou des volcans, cela veut dire qu’on a 100 % la possibilité d’agir. Pour la première fois, on a la possibilité de choisir notre avenir. Nous avons les moyens technologiques, économiques, politiques d’orienter notre avenir. (…) Le climat qui change, ce sont des pertes humaines. On l’a vu avec Alex malheureusement. Cela va se reproduire. Une partie, c’est l’aléa, le processus physique ; une grosse partie, c’est la vulnérabilité et l’exposition. On a aussi un problème d’atteintes aux biens, aux infrastructures… Les aléas hydro-climatiques sont connus et sont aggravés par le réchauffement climatique. On a un héritage à gérer, avec une urbanisation forte et de probables déplacements de population. (…) Les coûts de l’inaction sont plus élevés que les coûts de l’action. (…) La sobriété, ce n’est pas le retour à l’âge de pierre, c’est juste avoir les yeux moins gros que le ventre. (...) Les agriculteurs sont la première solution au problème du climat. Il va falloir les aider parce qu’ils vont rendre un service à la communauté. (…) On a tous des efforts à faire mais tout le monde n’a pas les mêmes efforts à faire. (…) Attention à la maladaptation : une solution qui aggrave le problème. (…) Ce qui existe déjà doit être amplifié et évalué, de nouvelles initiatives doivent être soutenues. Le modèle qui existe aujourd’hui dans les Alpes-Maritimes peut devenir un modèle phare pour la Méditerranée. »

Photo de Une : les deux experts lors de la rencontre débat Greendeal sur la transition écologique au Palais Sarde le 27 octobre ©S.G

deconnecte