Garder un bon rythme (...)

Garder un bon rythme de vie, la règle d’or du confiné


Que l’on soit en télétravail, en chômage partiel ou au bureau, le confinement peut vite jouer sur le moral. Manque d’activité et isolement peuvent avoir des effets néfastes sur notre santé mentale. Se lever tôt, s’habiller, se rendre au sport… autant d’activité qui rythment le quotidien qu’il faut adapter et conserver le plus possible durant cette période de confinement pour ne pas déprimer.

On l’a vu au printemps dernier, confinement peut vite rimer avec journées en pyjama. Et l’expérience nous a montré que cela n’est pas une bonne idée. Le laisser-aller qui peut survenir durant ces semaines d’enfermement décale notre rythme de vie habituel, et ce n’est pas bon pour le moral. Selon des chercheurs de l’université de Duke, près de 40% de notre quotidien est organisé autour d’habitudes, d’activités que l’on fait sans qu’il nous soit nécessaire de se concentrer ou même d’y penser. Pendant le confinement, les repères se brouillent. Aller au travail, se rendre au sport, faire les courses, rejoindre des amis sont des repères qui disparaissent. Pourtant, pour Florian Ferreri, psychiatre à l’hôpital Saint-Antoine au micro de RTL : « Garder un certain rythme et prévoir un agenda c’est important ». L’être humain est « conditionné par des rythmes : se lever, s’habiller, se laver, aller au travail, s’occuper des enfants… C’est important, dans une certaine mesure, de conserver ces rythmes », insiste-t-il. Parce que si quitter le mode automatique a du bon, le faire de façon aussi soudaine peut être déstabilisant. Les routines présentent en effet l’intérêt de rythmer et cadrer nos journées.

Le bon rythme de travail

Le sommeil est un aspect essentiel pour notre équilibre psycho-physique. Le rythme décalé qui s’impose presque naturellement lorsque l’on est coincé entre quatre murs, perturbe notamment nos heures de coucher et de lever. Cela peut avoir des conséquences sur le niveau de fatigue et de concentration dans la journée. Et tout est lié. «  Se lever, manger à l’heure des repas, manger équilibré sont des choses qui vont beaucoup apporter au niveau psychologique  », rappelle le psychiatre. Ainsi, prenez soin de vous lever aux heures habituelles, de vous préparer, de cuisiner et de ne pas grignoter tout ce qui vous passe sous la main.
Le mieux est de vous imposer à la maison de réelles plages horaires de travail. Sans pour autant négliger de faire des pauses régulières. Les habituelles pauses-café entre collègues peuvent être remplacées par de la marche ou des séances de sport à domicile pour s’aérer l’esprit.
Ainsi organisé, vous ne devriez pas avoir de raison de broyer du noir et en plus, votre efficacité s’en trouvera améliorée !

Visuel de Une : Il est impératif de conserver un rythme de lever et de coucher régulier DR

deconnecte