Quels sont les effets du

Quels sont les effets du confinement sur le comportement des confinés ?

Les personnes mises en quarantaine pendant plus de 10 jours développent davantage de symptômes de stress post-traumatique que ceux mis en quarantaine moins de 10 jours. Le confinement commence à provoquer des effets psychologiques. La colère et l’anxiété montent. Un événement choquant, en plus d’être une expérience fort douloureuse pour une personne, peut devenir sa hantise pendant des années et ce de manière consciente et/ou inconsciente. Maeva CLEMENT, Présidente de l’association SOFORM’ACT, vous donne quelques conseils utiles.

La notion de trouble de stress post-traumatique regroupe l’essentiel des perturbations liées au vécu de la personne, durant et après l’événement traumatique.

Comment reconnaître le Trouble de Stress Post-Traumatique (TSPT) ?

Un événement entraîne un effet traumatisant lorsqu’il effraie ou accable un individu, tout en lui causant de l’anxiété et de la détresse. Paradoxalement, une excellente nouvelle peut être aussi un traumatisme, on peut parler d’échelle « démesurée en émotions  ».
L’état de stress lié au traumatisme est un trouble souvent inattendu qu’une personne maîtrise difficilement. La plupart de ceux qui en font l’expérience se sentent impuissants pour empêcher les effets du choc émotionnel lié à l’événement.

Le TSPT est un trouble que l’on vit de manière personnelle. Chaque individu réagit différemment en fonction de sa personnalité, ses croyances, ses valeurs personnelles et ses expériences antérieures.
La première chose stressante est la situation économique : qui a perdu des revenus ? des personnes allaient obtenir un travail : soudain, on leur dit qu’on arrête le processus de recrutement, puisqu’on ne sait pas où l’on va.
Les gens en situation économique de transition, ou les travailleurs précaires, vont être mis en difficulté.
Ce stress économique va aussi peser sur les dirigeants d’entreprises et les managers, avec des fonctions qui ne peuvent pas forcément se vendre à distance, comment vont-ils faire financièrement ? Et même chez des personnes stables professionnellement, il va y avoir des difficultés à revenir au travail : il y aura un réaménagement des valeurs existentielles. "Est-ce qu’il est vraiment si essentiel, ce travail ?"

Comment gérer ses émotions et assurer son bien-être en période de crise ?

Voici quelques conseils
- Garder des routines de vie
Il faut maintenir une hygiène de vie, avoir un cycle veille-sommeil qui correspond à ce qu’on vit d’habitude. Il est donc essentiel de continuer à avoir des routines sur la durée pour préserver sa santé mentale.

- Éviter l’overdose d’informations
Des états de stress post-traumatique peuvent arriver si on est soumis à des choses alarmantes, notamment le flux d’informations des chaînes d’info en continu.
Il faut continuer à s’informer, car cela peut avoir un effet bénéfique d’apprendre de bonnes nouvelles.
Ne pas laisser la radio, la télé allumée toute la journée ou rester connecté en permanence à internet, car cela peut générer une anxiété trop importante.

- Rester en contact avec les autres
Il faut commencer par rappeler que c’est normal d’être angoissé. La pandémie nous rappelle à notre condition de mortel. Et les mesures de confinement sont particulièrement stressantes, notamment car on se coupe de ses proches. C’est très important de ne pas se sentir isolé.

- Gérer sa solitude de télétravailleur
Le confinement est une épreuve. Pour ne pas avoir l’impression de devenir « fou », il est important de :
- garder le contact avec les autres (collègues, clients, prestataires ...)
- se dire que c’est une période qui sera limitée dans le temps
- garder la tête froide
Ce sont des mesures de sécurité indispensables.
Et puis, le télétravail a aussi des effets bénéfiques :
- c’est l’occasion de se recentrer, de faire un point sur soi.
- cela permet de repenser son travail pour pouvoir, par la suite, changer la manière dont on fonctionne

- Trouver du sens au confinement
Les situations de crise peuvent faire apparaitre le pire comme le meilleur chez l’être humain
- Le pire : l’individualisme forcené (les gens qui se ruent dans les magasins, les vols de masques)
- Le meilleur : l’interaction sociale (réactions de solidarité, des voisins qui commencent à s’entraider, à se tenir
informés)

Si vous avez besoin d’aide

SOFORM’ACT propose de mettre en place pour vous, un système de soutien, un accompagnement de proximité qui ne doit pas être intrusif, car la situation est difficile. Ce ne sont pas les gens qui ont un problème psychologique à proprement parler : c’est la situation qui crée un trouble.
En sachant que les symptômes se manifestent différemment d’une personne à l’autre, il est important d’intervenir le plus rapidement possible autour de 2 pôles :
1/ La désensibilisation qui permet de « digérer » ou de prendre de la distance comme une « sorte d’effacement » afin que graduellement l’on puisse reprendre une vie normale.
2/ L’accompagnement par la libération de la parole et l’échange pour identifier les pensées et les sentiments en lien au traumatisme. Nous pouvons bâtir pour vous, des groupes de parole, des formation-flash en redéfinition d’efficience professionnelle, des coachings personnalisés de managers et de collaborateurs, des actions de cohésion d’équipe, de réorganisation de posture managériale et professionnelle.

La crise du coronavirus est un drame sanitaire, social et économique dont l’être humain, fort de son évolution, devra plus que jamais tirer les leçons en revenant à l’essentiel.
Toutes les infos sur le site de l’association PAR ICI

Visuel de Une : Maeva CLEMENT et Sophie ZORGNO DR Association SOFORM’ACT

deconnecte