Croisières : 600 000 (...)

Croisières : 600 000 passagers attendus cet été dans les ports de la Côte d’Azur

  • le 13 juillet 2016

Trop petits, les ports de la Côte d’Azur souffrent de la comparaison avec leurs voisins géants de Marseille et de Gênes. Un marché pourtant très rentable.

La saison estivale arrive enfin. Elle ramène avec elle des milliers de touristes. Dont beaucoup arrivent par la mer, pour une escale de quelques heures sur la Côte d’Azur. Une aubaine pour le commerce local...

Cet été, pas moins de 343 escales sont programmées dans les ports des Alpes-Maritimes, dont 95 à Nice avec 36000 croisiéristes attendus. Si l’on rajoute Cannes, Golfe-Juan, Antibes, Villefranche et Monaco, ce sont 600 000 passagers qui pourront venir visiter nos cités, nos musées et nos boutiques. Du moins potentiellement, car tous ne débarquent pas forcément.

Selon les chiffres du comité régional du tourisme, on estime que la dépense moyenne par jour et par visiteur est de 90 euros environ, identique à celle des vacanciers arrivant par avion. Ces chiffres impressionnants cachent cependant une relative stagnation du secteur dans notre région : si le volume des croisières a été rapidement multiplié par deux sur la Côte – en particulier grâce au travail de lobbying du French Riviera Cruise Club, émanation de la CCI-06, qui assure la promotion de notre destination dans les grands salons du monde – il n’en demeure pas moins que la progression est faible depuis cinq ou six ans. Les raisons ? Nos ports sont petits et mal adaptés pour recevoir de grosses unités, souvent obligées à rester au mouillage au large. Et la concurrence est rude avec nos voisins de Toulon (145 croisières et 330 000 passagers accueillis dans le Var l’an passé), Marseille, Gênes et autres ports de la côte ligure. La cité phocéenne, qui est en tête de ligne, reçoit à elle seule 1,3 million de croisiéristes par an !
Toujours plus de bateaux, toujours plus beaux et plus grands : les croisières sont en fort développement dans le monde entier. Avec une saison hiver dans les Caraïbes, une saison été en Méditerranée, et d’autres destinations qui pointent devant les étraves des paquebots : les fjords du nord, la Baltique, l’Amérique du Nord... Un marché global de 39 milliards d’euros, dont on s’applique à grappiller quelques miettes...

Rowana CHAAR

deconnecte